PÉRIODE, rhétorique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phrase complexe que le style oratoire utilise pour exprimer une idée-force. La période est bâtie sur des propositions agencées selon un schéma musical ; leur harmonie ou leurs dissonances sous-tendent le sens, suspendu jusqu'à la fin de la période, et elles contribuent à exprimer l'emphase dont celle-ci est chargée. À l'inverse du style coupé — enchaînement de phrases très brèves —, le style périodique demande une véritable tactique oratoire : le souffle et la syntaxe de l'orateur, l'oreille et la mémoire de l'auditoire, la logique et l'esthétique de la phrase « circulaire », tout doit s'accorder. Alors que dans la langue écrite on peut multiplier infiniment les propositions (c'est l'hyperhypotaxe, l'écriture proustienne en regorge), à l'oral le nombre de membres (propositions) est limité, depuis Hermogène et Démétrios de Phalère, à quatre. Aristote recommande de juxtaposer ou d'opposer les deux parties de la phrase qui doivent être équilibrées. Si celles-ci — appelées respectivement protase et apodose — ne sont pas symétriques, la phrase est scalène ou rhopalique (une série de subordonnées commence par exemple la période et au sommet de l'attention, à l'acmé de la phrase, une courte principale débute et provoque la surprise). Les membres peuvent être constitués d'incises et de parenthèses ; ils procèdent souvent par des figures de style telles que « conglobation » (énumération), « suspension », « correction » ou « réticence » (Fontanier). L'absence de conjonctions rend la période « ronde », par opposition à la période carrée dont les articulations sont bien marquées et dont les parties sont équilibrées comme les vers d'une strophe. L'âge d'or de la période coïncide avec celui de l'éloquence, Démosthène, Isocrate, Cicéron, Sénèque, Tite-Live, Juvénal, Bossuet, Rousseau et Vergniaud sont les orateurs qui en usaient avec le plus grand talent.

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PÉRIODE, rhétorique  » est également traité dans :

ISOCRATE (436-338 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 878 mots

Orateur grec, né dans le dème d'Erchia, dont le père, Théodoros, était un fabricant d'instruments de musique aisé. Isocrate reçoit l'enseignement des sophistes, en particulier de Prodicos, et il entendra aussi Socrate. Lorsque son père se trouve ruiné, après la guerre du Péloponnèse, Isocrate, se tourne vers l'éloquence : il suit en Thessalie les cours du vieux Gorgias, et, vers ~ 400, il se fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isocrate/#i_87221

PHRASE, linguistique

  • Écrit par 
  • Christiane MARCHELLO NIZIA
  •  • 1 010 mots

L'introduction dans la grammaire du terme et de la notion de phrase est relativement récente. Le mot lui-même, emprunté, au xvi e siècle, au latin, signifie uniquement, jusqu'à la fin du xvii e siècle, « expression, tournure ». C'est avec ce sens qu'il fait son entrée dans la grammaire à la fin du xvii e siècle, et, au siècle suivant, les dictionnaires et quelques traités encore ne lui reconna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phrase-linguistique/#i_87221

RÉPÉTITION PROCÉDÉS DE, rhétorique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 538 mots

La répétition est un principe créateur universel régissant toute communication depuis l'unité minimale du signifiant (signes, lettres, sons) jusqu'aux ensembles les plus larges (un récit entier par exemple). Ses fonctions s'étendent de la mnémotechnie jusqu'à l'imitation de la structure circulaire du monde. Elle est facilement reconnaissable, et la rhétorique ne s'en émeut guère sauf si elle s'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procedes-de-repetition-rhetorique/#i_87221

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « PÉRIODE, rhétorique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/periode-rhetorique/