PASOS, sculpture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On désigne du nom de pasos, les statues isolées ou les groupes de statues portés à dos d'homme au cours des processions de la semaine sainte en Espagne. On a discuté sur l'étymologie du terme. Deux hypothèses sont avancées : ce sont des pasos soit parce qu'ils passent, soit parce qu'ils évoquent la Passion du Christ.

Le destin de ces images sacrées est lié aux confréries, c'est-à-dire aux associations qui se développèrent dans la Chrétienté entière à la fin du xive et au début du xve siècle. Les unes visaient des fins essentiellement corporatives, les autres avaient une destination uniquement religieuse, en particulier les confréries de la Passion, qui entendaient émouvoir les fidèles en mettant en scène les personnages du drame du Calvaire. L'évolution conduisit dans un cas au théâtre religieux et aux mystères, dans l'autre aux processions spectaculaires, avec pasos et flagellants, dont la pénitence formait un extraordinaire tableau vivant.

Ces pratiques de dévotion populaire furent encouragées par le concile de Trente, qui favorisa les manifestations extérieures de la piété. On assiste à la fin du siècle à un regain d'activité des confréries qui se consacrent à des pratiques de pénitence (parfois sanglantes) et organisent les processions de la Semaine sainte. Ce sont elles qui commandent, entretiennent et rénovent les pasos. Leurs membres participent aux processions en portant des torches, des croix ou des disciplines : frères de lumière, de croix et de sang.

L'action du concile de Trente fut décisive pour la création des véritables pasos. Jusque-là, ils étaient fréquemment de grande taille, mais cependant légers, car faits de lin et de carton (type papelón). En exigeant une plus grande dignité dans les représentations sacrées, le concile encouragea l'usage du bois et il se trouve ainsi à l'origine de la grande statuaire polychrome espagnole du xviie siècle.

La ville de Valladolid tient une place de choix dans la naissance de l'art nouveau. O [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  PASOS, sculpture  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le baroque espagnol »  : […] Alors que le xvi e siècle avait connu une prodigieuse expansion grâce à l'arrivée des richesses d'Amérique, le siècle suivant représente une période de dépression, d'inflation, de banqueroutes et d'épidémies meurtrières. La reprise ne s'effectua qu'après l'accession des Bourbons au trône : un dynamisme nouveau de l'État provoqua alors le réveil p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_42473

HERNÁNDEZ ou FERNÁNDEZ GREGORIO (1570 env.-1636)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 386 mots

Le dernier des grands sculpteurs de l'école de Valladolid incarne l'âme religieuse de l'Espagne de la Contre-Réforme. On est mal informé sur son origine et sa formation, mais il est évident qu'il subit profondément dans sa jeunesse l'influence des maîtres de l'art naturaliste que furent le Bourguignon Juan de Juni et l'Italien Pompeo Leoni. Cette veine naturaliste caractérise l'époque de la maturi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hernandez-fernandez/#i_42473

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « PASOS, sculpture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pasos-sculpture/