Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PAROISSE, histoire

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

À l'époque du haut Moyen Âge, la paroisse désigne le lieu de culte, l'église et, par extension, les terres dont elle est dotée par l'évêque pour sa subsistance avec les tenanciers qui y vivent et lui versent la dîme. Le recteur ou curé a la charge (la cure) des âmes de ces tenanciers qui sont tenus d'y remplir leurs devoirs de chrétiens depuis le baptême jusqu'à l'inhumation des leurs dans le cimetière attenant à l'église ; chaque fête ou sacrement est l'occasion d'offrandes tarifées au titulaire de la cure. Celui-ci doit par contre donner à ses paroissiens un rudiment d'enseignement et venir en aide aux plus pauvres. L'église représente enfin un lieu d'asile et de culte particulier pour son saint patron, dont quelque précieuse relique y est généralement conservée. Lorsque la monarchie franque s'effondre au ixe siècle, la paroisse demeure un cadre pour la vie sociale. Mais les désordres de l'époque féodale favorisent la mainmise des seigneurs laïcs sur les paroisses ; ils s'arrogent alors le droit d'en nommer les desservants en dehors de toute considération religieuse ; beaucoup de seigneurs construisent également sur leur domaine des églises dont ils se considèrent comme propriétaires. La réforme grégorienne et le rétablissement de l'ordre monarchique vont permettre aux évêques de restaurer leur autorité sur les paroisses qui, avec l'expansion démographique, se multiplient aux xiie et xiiie siècles dans les villes comme dans les campagnes ; le seigneur demeure le « patron » de l'église, mais la nomination du curé dépend de l'évêque qui exige de lui l'ordination majeure ainsi que le célibat et a le devoir de visiter régulièrement les paroisses de son diocèse, même si ces conditions ne sont pas toujours respectées dans la pratique. Les limites de la paroisse sont alors strictement déterminées, autant pour des raisons économiques (dîmes et offrandes) que pour la surveillance des paroissiens, passibles d'excommunication si leur fréquentation ou leur pratique ne sont pas attestées par le curé. Ainsi l'église paroissiale exerce-t-elle une sorte de monopole de la vie religieuse, qui est parfois l'occasion de conflits, notamment lorsque les prédicateurs des ordres mendiants, au xiiie siècle, vont attirer de grandes foules de fidèles, détournant à la fois de la paroisse les âmes et les offrandes. Également au xiiie siècle, la surveillance exercée par le curé, qui n'est pas toujours exempte de vindicte personnelle, fournit de nombreuses victimes à l'Inquisition.

L'église paroissiale, lieu de réunion, de fête, parfois de marché, est aussi un centre d'information : c'est au sermon dominical que sont lues les proclamations émanant de l'évêque, du seigneur ou du pouvoir royal ; le parvis ou le cimetière sont des lieux de célébration des processions et des mystères.

Circonscription administrative dans l'Ancien Régime, la paroisse est la cellule de base de la fiscalité et c'est un rôle essentiel des assemblées de paroisse, ou de village, que de répartir la somme fixée pour la taille entre les chefs de feux ainsi que d'en élire pour l'année les collecteurs. Ces assemblées sont aussi un moyen pour les habitants de la paroisse de se défendre contre l'arbitraire seigneurial et c'est sans doute la raison pour laquelle la monarchie, constamment en lutte contre la féodalité, les a soutenues et favorisées jusqu'à sa chute.

— Solange MARIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Solange MARIN. PAROISSE, histoire [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

    • Écrit par
    • 4 261 mots
    • 3 médias
    ...même le forum après la disparition des assemblées populaires. Dans les campagnes, on cherche à remplacer les temples païens les plus achalandés par des sanctuaires chrétiens, et, peu à peu, s'esquisse dans les vici, les villages et les grandes propriétés, le réseau des futuresparoisses.
  • CANADA - Histoire et politique

    • Écrit par , et
    • 19 402 mots
    • 12 médias
    ...pour créer les paroisses sur lesquelles s'appuient non seulement l'administration religieuse mais également l'administration civile et militaire. Chaque paroisse compte au moins un capitaine de milice qui détient une commission du gouverneur général. Les communautés religieuses s'occupent de la jeunesse,...
  • DÎME, Moyen Âge

    • Écrit par
    • 1 048 mots
    • 1 média

    Redevance, en nature ou en argent, portant principalement sur les revenus agricoles, la dîme, au Moyen Âge, est destinée à permettre l'exercice du culte par l'entretien du clergé et des lieux de culte, et à fournir assistance aux pauvres.

    On lui trouverait de nombreux antécédents...

  • ÉTATS GÉNÉRAUX, France

    • Écrit par
    • 3 106 mots
    À la fin du Moyen Âge, les assemblées de paroisse, de bailliage, de gouvernement ou de province rédigent un cahier de doléances pour chaque ordre. Les cahiers de paroisse sont réunis au bailliage ou à la châtellenie pour une première synthèse. D'autres ajustements sont pratiqués au niveau de la province...
  • Afficher les 7 références