PANATHÉNÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fête d'Athéna Parthénos, célébrée tous les quatre ans à Athènes, aurait été instituée par Thésée après qu'il eut établi le système démocratique avec ses trois classes de citoyens (nobles, artisans, cultivateurs) et qu'il eut réalisé l'unité de l'Attique autour d'Athènes ; elle devint le symbole de l'unité de l'Attique autour de la ville. Elle comportait des concours d'athlétisme, de musique et de chant ; les vainqueurs recevaient les célèbres amphores panathénaïques. La fête était l'occasion de la grande procession qui, de la porte du Dipylon, se déroulait jusqu'à l'Acropole en traversant l'agora. Cette procession associait les différentes classes de la société à l'ensemble des magistrats ; c'était la cité entière qui célébrait ainsi la déesse protectrice de la ville. La procession a inspiré une partie de la décoration du Parthénon, puisqu'elle est le sujet de la frise ionique que Phidias a déroulée autour du temple, en couronnement du mur de la cella.

La sculpture, longue de 159 m, est formée de plaques de marbre de 1,02 m de haut, en faible relief. Ensemble exceptionnel dans l'ordre dorique, elle a été conçue et exécutée en grande partie par Phidias entre ~ 447 et ~ 434. Débutant à l'angle sud-ouest, la procession se divise en deux groupes qui se rejoignent au-dessus de l'entrée est, sous les yeux des douze dieux de l'Olympe. Les préparatifs équestres occupent la face ouest, tandis que la procession se déroule au nord et au sud : cavaliers, chars, sacrificateurs, porteurs d'outres, d'amphores, de rameaux, citoyens athéniens jeunes ou vieux, métèques, magistrats et musiciens, jeunes filles porteuses d'offrandes, vierges athéniennes qui allaient remettre à Athéna le nouveau péplos sacré, devant le prêtre et la prêtresse. Il ne reste sur place que la frise occidentale, les autres bas-reliefs se trouvent au musée de l'Acropole, au British Museum de Londres et au Louvre (plaque des Ergastines, tête de jeune homme « de la Coulonche »).

—  Alain MAHUZIER

Écrit par :

  • : assistant des fouilles d'Eboli (Campanie), moniteur à la bibliothèque de l'Institut d'art et d'archéologie de Paris

Classification


Autres références

«  PANATHÉNÉES  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 212 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'Acropole classique »  : […] Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acropole-d-athenes/#i_26835

ATHÉNA

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 727 mots
  •  • 2 médias

Le mythe de la naissance d'Athéna fait partie du récit de la conquête de la souveraineté par Zeus : après avoir épousé en premières noces la déesse Métis, maître en toutes sagesses et en tous savoirs, le fils de Kronos l'engloutit afin de posséder en lui toute l'intelligence du monde. Mais l'épouse avalée était grosse d'une fille recouverte d'armes éclatantes, qui jaillit de la tête de Zeus, sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athena/#i_26835

BERLIN PEINTRE DE (env. 510-460 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAFFRE
  •  • 1 364 mots

On désigne sous le nom de Peintre de Berlin, qui est en fait l'abréviation de la dénomination plus complète « Peintre de l'amphore de Berlin (Staatliches Museum) 2160 » — une de ses œuvres les plus belles —, un artiste athénien anonyme appartenant à la deuxième génération des peintres de vases qui utilisent comme moyen d'expression privilégiée la technique de la (ou des) figure(s) rouge(s). Bien q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peintre-de-berlin/#i_26835

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essor de la religion civique »  : […] La Grèce sort paradoxalement victorieuse de la crise des guerres médiques : la ferveur envers les dieux ne laisse pas d'en être considérablement renforcée dans toutes les cités qui ont participé à la gigantesque mêlée. C'est le cas notamment à Athènes. Les dieux et les héros de l'Attique ont lutté aux côtés des Athéniens, à Marathon comme à Salamine ; Athéna a fait repousser l'olivier sacré de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_26835

JEUX OLYMPIQUES, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 8 360 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Panathénées »  : […] On ne saurait brosser le tableau de la vie sportive et religieuse de la Grèce antique sans évoquer les Panathénées. La mythologie nous dit que les Panathénées, fêtes destinées à célébrer Athéna, auraient été fondées par Érichthonios, l'un des premiers rois légendaires d' Athènes, puis réinstaurées par Thésée après qu'il eut établi à Athènes le système démocratique avec ses trois classes de citoyen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-grece-antique/#i_26835

Pour citer l’article

Alain MAHUZIER, « PANATHÉNÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/panathenees/