BREST-LITOVSK PAIX DE (mars 1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au lendemain de la révolution d'Octobre, le 26 octobre (8 novembre) 1917, le Congrès des soviets promulgue un décret demandant l'ouverture immédiate de pourparlers de paix avec les puissances centrales, mais les pays de l'Entente se déclarent absolument opposés à cette proposition. Le gouvernement bolchevique engage malgré tout séparément des négociations au début de décembre 1917. L'armistice entre la Russie soviétique et les puissances centrales est signé le 15 décembre à Brest-Litovsk (Biélorussie). Les pourparlers de paix s'ouvrent une semaine plus tard. Les conditions proposées par les puissances centrales apparaissent comme exorbitantes quant à la superficie que doit céder la Russie soviétique. Lénine est favorable à la paix, à n'importe quel prix, afin de gagner le temps nécessaire à assurer la victoire de la révolution en Russie : une révolution en Europe rendra ultérieurement caduc tout accord passé avec les empires centraux. La position de Lénine provoque de vives divergences parmi les bolcheviks et elle est la source de discussions orageuses au comité central. Les « communistes de gauche » animés par Boukharine se déclarent violemment hostiles à tout accord de paix et préconisent le passage à la guerre révolutionnaire contre l'impérialisme. Trotski, alors commissaire du peuple aux Affaires étrangères et chef de la délégation soviétique à Brest-Litovsk, est tout aussi opposé à la signature de la paix qu'à la poursuite de la guerre.

Le 9 février 1918, l'Allemagne et ses alliés signent une paix séparée avec la rada d'Ukraine qui leur demande protection contre la Russie soviétique. Le lendemain, ils adressent un ultimatum à celle-ci. Trotski, fidèle à sa position, déclare alors que les pourparlers sont rompus mais que l'armée sera démobilisée. Les troupes allemandes reprennent leur avance. Lénine parvient à convaincre Trotski et à le rallier à son point de vue si bien que, le 18 février, le comité central vote par sept voix contre cinq l'acce [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  BREST-LITOVSK PAIX DE (mars 1918)  » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Le pacifisme »  : […] Au début des hostilités, l'élan patriotique avait emporté les pacifistes et, avec eux, l'Internationale : les militants révolutionnaires avaient couru à l'ennemi, comme tout le monde. Peu d'entre eux eurent conscience qu'ils étaient parjures à leurs serments ; quelques émigrés russes, par exemple, qui avaient rompu tous les liens avec la société. Encore certains d'entre eux, tel Plekhanov, jugeaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/#i_14774

KIEV

  • Écrit par 
  • Richard Antony FRENCH, 
  • Yann RICHARD
  • , Universalis
  •  • 2 436 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La période révolutionnaire  »  : […] Lorsque la révolution russe de 1917 éclate, les ouvriers de la ville élisent un soviet révolutionnaire, appelé rada (« conseil »). Ce conseil central, essentiellement composé de mencheviks et de socialistes révolutionnaires, bénéficie du soutien des nationalistes ukrainiens. En janvier 1918, il proclame un État ukrainien indépendant dont Kiev est la capitale. Quelques ouvriers bolcheviques s'insu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kiev/#i_14774

LITUANIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • D.A. SEALEY
  •  • 8 111 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sur le chemin de l'indépendance »  : […] La déclaration de guerre de l'Allemagne à la Russie en 1914 changea le cours des événements. Occupés par les troupes allemandes à partir de 1915, les Lituaniens, d'abord accueillants, rejetèrent les tentatives de germanisation forcée mais, avec l'accord des occupants, ils mirent en place une autorité politique, le conseil lituanien (Taryba), qui réclama immédiatement l'indépendance. Celle-ci fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lituanie/#i_14774

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 216 mots

28 juin 1914 À Sarajevo, assassinat de l'archiduc d'Autriche François-Ferdinand par Gavrilo Princip. 3 août 1914 L'Allemagne déclare la guerre à la France ; les troupes allemandes entrent en Belgique. 6-13 septembre 1914 Bataille de la Marne ; les Allemands sont stoppés à quelques kilomètres de Paris. 25 avril 1915 Débarquement d'un corps expéditionnaire allié aux Dardanelles. 23 mai 1915 Ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-guerre-mondiale-reperes-chronologiques/#i_14774

RÉVOLUTION RUSSE

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 7 712 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Octobre 1917 : révolution ou coup d'État ?  »  : […] Depuis près de quatre-vingts ans, la prise du pouvoir par les bolcheviks, le 25 octobre 1917, fait l'objet d'interprétations radicalement différentes. Pour une école d'historiens, que l'on peut qualifier de « libérale » (Richard Pipes, Martin Malia), les événements d'octobre 1917 n'ont été qu'un coup d'État perpétré par un groupuscule minoritaire, résultat d'une habile conspiration tramée à la fav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-russe/#i_14774

TROTSKI LÉON (1879-1940) ET TROTSKISME

  • Écrit par 
  • Michel LEQUENNE
  •  • 6 959 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La direction de la révolution d'Octobre »  : […] Au long des dix années, presque toutes de réaction politique, qui précèdent la révolution d'Octobre, les tendances russes apparaissent aux puissants partis sociaux-démocrates d'Occident comme autant de groupuscules, et leurs débats théoriques comme autant de querelles byzantines. La violence inconsidérée de ces polémiques – qui nourrira si tragiquement la période de réaction stalinienne – est la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trotski-et-trotskisme/#i_14774

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 635 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale et la lutte pour l'indépendance »  : […] Dès le déclenchement des hostilités entre la Russie et l'Autriche-Hongrie, le 1 er  août 1914, les publications et organisations culturelles ukrainiennes furent interdites dans l'Empire russe, et les personnalités en vue, arrêtées ou exilées. Quand les troupes russes entrèrent en Galicie en septembre, les Autrichiens exécutèrent au cours de leur retraite des milliers de personnes suspectées de sym […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ukraine/#i_14774

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « De la guerre impérialiste à la guerre civile »  : […] La conclusion de la paix est une priorité pour les bolcheviks. Sans paix, c'est l'avenir même de la révolution russe et de la révolution mondiale qui est menacé . Un armistice est conclu le 15 décembre 1917 avec les Puissances centrales, mais le traité de Brest-Litovsk n'est signé que le 3 mars 1918, à la suite de tractations dramatiques pour des dirigeants bolcheviques profondément divisés sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_14774

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « BREST-LITOVSK PAIX DE (mars 1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paix-de-brest-litovsk/