Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORLÉANISME

Traditionnellement, le duché d'Orléans donnait son nom au deuxième fils du roi de France. À sa naissance, il était fait duc d'Orléans de même que son frère aîné le futur roi était dénommé Dauphin. Par la suite, et surtout à partir de 1610, les ducs d'Orléans prirent l'habitude de grouper autour d'eux la faction des mécontents et le nom d'orléanisme devint, en quelque sorte, le mot de ralliement d'une certaine opposition intradynastique. À partir du règne de Louis XIV, cette opposition (qui avait paradé durant la Fronde avec un certain succès) devint à la fois souterraine et idéologique. Souterraine, car Louis XIV avait réussi à faire de son frère Philippe un inverti et un sous-développé mental. Idéologique, car l'entourage de Monsieur, frère du roi, avait désormais la partie belle pour dénoncer les prétendus excès de l'absolutisme. Les Mémoires de Saint-Simon sont, sur bien des points, un bel exemple d'une habile mauvaise foi qui a égaré longtemps les historiens, même les plus perspicaces. L'orléanisme est en réalité, à cette époque, un syndicat d'appétits animé par quelques grands seigneurs pseudo-libéraux. En 1715, le Régent fait casser par le Parlement de Paris le testament du feu roi (son oncle Louis XIV) et commence un règne parallèle qui sera marqué par l'expérience de la banque de l'Écossais Law. Désormais, l'orléanisme et le monde des affaires auront partie liée et l'on est surpris de voir avec quelle habileté les gens d'affaires sauront de temps à autre orienter la politique de la France en faveur d'intérêts plus ou moins personnels sous couvert de la maison d'Orléans pour seconder, dès 1787, le déclenchement de la Révolution française. Celle-ci devait, selon leurs vœux, se réduire à une tentative pour substituer au faible et incapable Louis XVI le duc Philippe d'Orléans.

L'orléanisme sous la Révolution a groupé au Palais-Royal (où les ducs d'Orléans successifs habiteront jusqu'en 1830) un certain nombre d'esprits éminents qui ont essayé de trouver un compromis entre l'Ancien Régime et les idées nouvelles issues du siècle des Lumières. Ce jeu subtil, mené par Sieyès, Mirabeau, Choderlos de Laclos (fort influent au club des Jacobins jusqu'en juillet 1791), Sillery (futur Girondin), La Rochefoucauld-Liancourt, Danton, Dumouriez et même des personnages plus modérés comme Clermont-Tonnerre, aboutira à un échec.

Échec dont le principal responsable est le duc lui-même, par ses atermoiements et sa pusillanimité. Les meneurs qu'il pousse et les journalistes qu'il solde se retrouvent dans la préparation des journées révolutionnaires (juillet puis octobre 1789 ; juin-juillet 1791 après la fuite à Varennes ; 10 août 1792), mais à chaque fois, au moment décisif, il hésite à abattre son jeu, à déclarer ses ambitions, à revendiquer le pouvoir pour lui ou les siens. Après Valmy encore, Danton songe à faire déclarer Louis XVI « imbécile » (ce qui éviterait le procès) et à confier la régence à son cousin. Mais Philippe, duc d'Orléans, qui a déjà fait changer son nom en celui de citoyen Philippe Égalité, rend la manœuvre impossible par la surenchère démagogique à laquelle il se livre ; député montagnard de Paris, il vote la mort de Louis XVI, alors que chacun aurait trouvé correct qu'il s'abstînt par décence. Ce parti pris ne l'empêchera pas d'être décapité, neuf mois après le roi, son cousin. Mais il est remarquable que, pendant les débats qui précéderont l'arrestation du duc, chaque camp se renvoie la balle en dénonçant les complicités du camp adverse dans le « complot » orléaniste.

De fait, autour du fils d'Égalité, le ci-devant duc de Chartres qui se proclame duc d'Orléans à la mort de son père en attendant[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

José MURACCIOLE. ORLÉANISME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CHOISEUL-PRASLIN CHARLES duc de (1805-1847)

    • Écrit par
    • 254 mots

    Fils d'un pair de France, élu député de Melun en Seine-et-Marne en mars 1839 par les conservateurs, Charles de Choiseul-Praslin est nommé en 1845 pair de France. Chevalier d'honneur de la duchesse d'Orléans, apparenté à toute la plus haute aristocratie orléaniste, il est un des principaux instruments...

  • DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

    • Écrit par
    • 4 300 mots
    • 1 média
    ...monarchique. Or la mort, le 26 août, en Angleterre, de Louis-Philippe, qui s'était convaincu de la nécessité de la fusion, n'avait pas résolu les difficultés. Des efforts sont tentés à la fois par des légitimistes (comme le duc de Noailles) et par des orléanistes comme Salvandy, Molé, le duc de Broglie, Guizot...
  • EMPIRE SECOND (1852-1870)

    • Écrit par
    • 12 843 mots
    • 9 médias
    ...étouffé la liberté d’expression. La répression et les commissions mixtes ont eu raison de la menace républicaine, à part quelques bastions en province, en particulier dans les grandes villes. Les légitimistes et lesorléanistes, trop divisés et affaiblis, ne peuvent constituer une opposition sérieuse.
  • EXTRÊME DROITE

    • Écrit par
    • 11 962 mots
    • 9 médias
    ...début de la monarchie de Juillet, pour ne jamais plus revenir au pouvoir. C'est à cette époque que le camp monarchiste se divise en deux familles : les orléanistes, derrière Louis-Philippe, partisans d'une monarchie libérale, et les légitimistes ultras. Les premiers, favorables à une monarchie parlementaire,...
  • Afficher les 10 références