CI-DEVANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression de ci-devant se dit fréquemment au xviie et au xviiie siècle des personnes et des choses dépossédées de leur état ou de leur qualité. Le terme en vint à désigner pendant la Révolution les anciens nobles.

Si Chateaubriand a pu dire que « les plus grands coups portés à l'antique constitution de l'État le furent par des gentilshommes ; les patriciens commencèrent la Révolution », la noblesse devait en réalité beaucoup souffrir de cette révolution.

Dans la nuit du 4 août 1789, elle a renoncé à ses privilèges, mais non à ses titres. Le décret du 19-23 juin 1790 déclare : « La noblesse héréditaire est pour toujours abolie. » Les qualifications nobiliaires (Monseigneur, Éminence, Grandeur, Excellence) sont supprimées. Armoiries et livrées subissent le même sort. Les ordres de chevalerie disparaissent à leur tour. Commencés le 30 juillet 1791, les débats de l'Assemblée aboutissent en effet à la suppression de « tout ordre de chevalerie ou autre, toute corporation, toute décoration, tout signe extérieur qui suppose des distinctions de naissance ».

Cette suppression de la noblesse est réclamée depuis longtemps. Les attaques dans les libelles de 1788 à avril 1789 n'ont pas manqué : les exemptions fiscales sont dénoncées comme « un délit national » et les privilèges qualifiés d'anarchistes. Est-il nécessaire de citer les tirades de Beaumarchais dans Le Mariage de Figaro ? La réaction nobiliaire des dernières années du règne de Louis XVI a excité les passions. « Qu'est-ce qui a fait la Révolution ? disait Napoléon. La vanité. La liberté n'a été qu'un prétexte. »

Privé de tous ses droits par les mesures des 6 juillet et 25 août 1792, puis par celles du 17 juillet 1793, le ci-devant est devenu un suspect pendant la Terreur. Ses biens sont confisqués lorsqu'il émigre (loi du 28 mars 1793). S'il est resté, il connaît souvent la prison (loi du 17 septembre 1793), qu'évoquent de nombreux mémoires (Beugnot, Pasquier...), et même l'échafaud. Il convient toutefois de ne pas exagérer les pertes de l'aristocratie : 15 p. 100 de ses membres, appartenant surtout à la haute noblesse, sont victimes de la Terreur. La fortune de l'ordre est davantage éprouvée, mais moins qu'on ne l'a écrit. Dans bien des régions, il y a peu de changements : prête-nom, divorce fictif, intendant achetant le domaine, autant de moyens qui ont permis de tourner la loi. C'est le clergé qui fait les frais de la vente des biens nationaux. Mais, quand les nobles retrouvent leurs domaines, c'est souvent pour en constater le délabrement. Rémusat note dans ses Mémoires : « Le séquestre, les mesures révolutionnaires, les mauvaises années, les difficultés de tout genre avaient dégradé les propriétés, supprimé les revenus, aggravé les dettes. » Ainsi s'explique avec de notables exceptions l'entrée des ci-devant dans la noblesse d'Empire après 1808.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  CI-DEVANT  » est également traité dans :

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 084 mots
  •  • 2 médias

L'expression « Ancien Régime », dont le caractère dénigrant ne peut faire de doute, a été popularisée par le célèbre livre d'Alexis de Tocqueville, paru en 1856, L'Ancien Régime et la Révolution. Elle a cependant été utilisée telle quelle dès la fin de 1789. Elle est issue du vocabulaire familier du xviii e  siècle et, peut-être, de certaines locutions juridiques utilisées par les jurisconsultes d […] Lire la suite

Les derniers événements

2-31 octobre 2022 Ukraine – Russie. Attentat contre le pont de Crimée.

Moscou avait mis son veto à une résolution similaire présenté devant le Conseil de sécurité fin septembre – la Chine, l’Inde, le Brésil et le Gabon s’étaient abstenus. Le 18, le président ukrainien Volodymyr Zelensky déclare que « depuis le 10 octobre, 30 % des centrales électriques ukrainiennes ont été détruites » par des bombardements russes. Ceux-ci se poursuivent au cours du mois. […] Lire la suite

6-26 octobre 2022 France. Mouvement de protestation contre le projet de réforme de la police judiciaire.

Celui-ci prévoit de placer l’ensemble des forces de police sous l’autorité d’un chef unique dans chaque département, ce qui fait craindre aux enquêteurs de la PJ une évolution de leurs missions. Le 7, la DGPN démet de ses fonctions le directeur de la PJ de la zone sud Éric Arella, justifiant cette décision par ses « mauvais » résultats. Des centaines de policiers se rassemblent spontanément devant leur commissariat à travers le pays, en signe de protestation. […] Lire la suite

3-19 octobre 2022 France. Renvoi devant la justice du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti.

Le 3, la commission d’instruction de la Cour de justice de la République (CJR) ordonne le renvoi du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti devant cette juridiction pour « prises illégales d’intérêts ». La CJR est une juridiction d’exception chargée de juger les ministres pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions. L’instruction avait été ouverte en janvier 2021 et le ministre a été mis en examen en juillet de la même année. […] Lire la suite

13-28 septembre 2022 Maroc. Revendications pour la dépénalisation de l'avortement.

Celle-ci aurait en outre été victime d’exploitation sexuelle. L’avortement n’est toléré au Maroc que si la santé de la mère est en danger ; tout avortement clandestin est passible de six mois à deux ans de prison pour la femme enceinte, et jusqu’à cinq ans pour le médecin qui le pratique. Le 28, des dizaines de femmes manifestent devant le Parlement de Rabat en faveur de la dépénalisation de l’avortement. […] Lire la suite

24-30 juillet 2022 Vatican – Canada. Visite du pape François au Canada.

Ceux-ci ont accueilli quelque cent cinquante mille enfants entre les années 1880 et 1990. François évoque « une erreur dévastatrice, incompatible avec l’Évangile de Jésus-Christ » et dénonce « la manière dont, malheureusement, de nombreux chrétiens ont soutenu la mentalité colonisatrice des puissances qui ont opprimé les peuples autochtones ». Les 27 et 28, François se rend à Québec. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « CI-DEVANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ci-devant/