CODÉINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alcaloïde naturel constituant de l'opium, la codéine, ou méthylmorphine, dérive de la morphine par méthylation. Elle est utilisée en médecine comme anti-tussif et comme analgésique, mais cette dernière action est six à sept fois plus faible que celle de la morphine. La codéine est administrée par voie orale en sirops contre la toux ; elle a des effets antispasmodiques et sédatifs. Elle est aussi associée avec des analgésiques non narcotiques et administrée oralement pour atténuer la douleur ; parfois elle est, en tant qu'analgésique et que sédatif, utilisée en injections hypodermiques.

La codéine peut être extraite de l'opium (produit de la dessiccation de l'exsudat laiteux fourni par l'ovaire immature du pavot à opium : Papaver somniferum), mais la plus grande partie de la codéine utilisée dans l'industrie pharmaceutique est obtenue à partir de la morphine.

La codéine, qui fut isolée pour la première fois de l'opium par le chimiste français Pierre Jean Robiquet en 1832, cristallise avec une molécule d'eau en gros prismes translucides. Elle se comporte comme une base monofonctionnelle en donnant des sels, parmi lesquels le sulfate et le phosphate sont les plus fréquemment utilisés en médecine.

Au point de vue chimique, la codéine est un alcaloïde du groupe du phénanthrène, dont tous les membres ont des similitudes structurales et thérapeutiques. À cause de ses effets narcotiques, cette drogue n'est utilisée que sous le contrôle d'organismes gouvernementaux. Elle ne donne lieu qu'exceptionnellement à des phénomènes d'accoutumance et d'assuétude, car elle ne provoque pas d'euphorie. La formule chimique de la codéine est C18H21NO3.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CODÉINE  » est également traité dans :

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 684 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Intérêt thérapeutique »  : […] Les alcaloïdes jouent toujours un rôle important, comme principes actifs des médicaments, malgré l'essor des produits de synthèse. Ils sont utilisés soit tels quels, soit sous forme de dérivés plus actifs, mieux tolérés par l'organisme, ou manifestant des effets différents. Ils ont souvent servi de modèle pour imaginer de nouvelles molécules de synthèse. La morphine reste le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_7622

MORPHINE

  • Écrit par 
  • Hélène MOYSE, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  •  • 2 111 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Emplois thérapeutiques »  : […] La morphine est employée en médecine sous forme de ses sels ; ainsi le chlorhydrate est officinal en France (tableau B : prescription réglementée avec utilisation d’un carnet à souches) et utilisé sous forme de soluté injectable à 1 ou 2 p. 100 (doses maximales 0,02-0,05 g). Médicament de la douleur, elle est administrée au cours des coliques hépatiques et néphrétiques, chez les grands opérés, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphine/#i_7622

OPIUM

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 006 mots
  •  • 1 média

Drogue narcotique, traditionnellement classée parmi les stupéfiants ( euphorica de Lewin, psychodysleptiques de Delay et Deniker), extraite du pavot ( Papaver somniferum ). Le fruit de cette plante est une capsule ovoïde qui exsude, après incision, un latex blanc et riche en alcaloïdes. Le latex, recueilli à l'aide d'un racloir, est séché et bruni au so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opium/#i_7622

Pour citer l’article

« CODÉINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/codeine/