THÉRIAQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien remède, la thériaque doit son nom à sa propriété de combattre les effets des morsures de bêtes sauvages (thériaké, de thèr, bête sauvage) ; son utilisation débuta au ier siècle. On prétend qu'inventée par Mithridate, elle fut vulgarisée par Andromaque, médecin de Néron. Galien en donna une formule qui subit ultérieurement bien des changements, mais le remède comprit toujours de la chair de vipère et les extraits d'une soixantaine de plantes, préparés en « électuaire polypharmaque ». Cette préparation de la thériaque était une véritable cérémonie publique, d'abord réservée aux pharmaciens de la république de Venise, puis, à partir du xvie siècle, aux collèges de pharmaciens de Lyon et de Paris, opérant sous surveillance rigoureuse et en présence des notables de la ville.

Ce remède type, appelé triacle au Moyen Âge, rétabli dans son nom de thériaque à la Renaissance (dans la traduction de Dioscoride en 1559), fut souvent l'objet d'indications variées. Avant de disparaître à la fin du xixe siècle, la thériaque était connue comme un stomachique.

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  THÉRIAQUE  » est également traité dans :

OPIUM

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 006 mots
  •  • 1 média

Drogue narcotique, traditionnellement classée parmi les stupéfiants ( euphorica de Lewin, psychodysleptiques de Delay et Deniker), extraite du pavot ( Papaver somniferum ). Le fruit de cette plante est une capsule ovoïde qui exsude, après incision, un latex blanc et riche en alcaloïdes. Le latex, recueilli à l'aide d'un racloir, est séché et bruni au so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opium/#i_31789

REDI FRANCESCO (1626-1697)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 1 088 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ses travaux sur les vipères »  : […] Dans le domaine des sciences naturelles, Redi étudie tout d’abord la production et le mode d’action du venin des serpents élevés à la pharmacie ducale dont il est le surintendant. Ces animaux entrent en effet dans la préparation de la célèbre thériaque (antidote de divers poisons). Il montre que le venin n’a pas de rapport avec la bile, comme on le pensait à son époque, et qu’il est produit par d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-redi/#i_31789

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « THÉRIAQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theriaque/