ONGULÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères généraux des Ongulés actuels

Dents et régime alimentaire

Les Ongulés sont généralement caractérisés par une réduction du nombre des dents antérieures et par une « molarisation » des prémolaires, celles-ci finissant par ressembler beaucoup à des molaires.

La plupart des Ruminants sont dépourvus d'incisives et de canines à la mâchoire supérieure, les Proboscidiens n'ont qu'une incisive définitive par demi-mâchoire, les Équidés ne présentent de canines que chez les mâles, etc. L'autre fait remarquable concernant ces dents antérieures est la présence assez fréquente d'incisives ou de canines à croissance continue. Ce sont les canines de certains Cervidés et des Suiformes qui sont aussi transformées en défense ; par contre, chez les Éléphantidés, les défenses sont constituées par les incisives latérales de la mâchoire supérieure.

Les incisives et les canines sont souvent séparées des prémolaires et des molaires par un espace dépourvu de dents : le diastème.

C'est au niveau des dents mâchelières que l'adaptation au régime herbivore est la plus remarquable. Déjà des formes fossiles, tels les Condylarthres du Paléocène, possédaient des molaires où certains tubercules étaient reliés entre eux par des crêtes d'émail. Tous les Ongulés actuels, exception faite de l'oryctérope (adapté à un régime formicivore et termitivore) et des Suiformes (adaptés à un régime omnivore), ont la surface triturante (broyeuse) des dents jugales ornée de crêtes qui, abrasées, dessinent soit des croissants (type sélénodonte, terme provenant de Séléné, déesse de la Lune), soit des bourrelets transversaux (type lophodonte, terme provenant de lophos, le « lobe » ou type loxodonte, de loxos, « losange »). Les formes strictement herbivores compensent par une croissance prolongée de la dent (hypsodontie, « dents hautes ») l'usure rapide provoquée par la trituration des tiges siliceuses des graminées.

Le faible pouvoir nutritif de l'alimentation végétale oblige l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur au Muséum national d'histoire naturelle, ancien directeur des collections
  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  ONGULÉS  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Dans le chapitre « L'environnement des premiers hommes »  : […] Les chercheurs commencent à comprendre les différents mécanismes à l'origine des oscillations climatiques à court ou à long terme, et nos civilisations reposent aujourd'hui sur des modèles en déséquilibre. Ainsi, l'ère quaternaire se définit traditionnellement par l'apparition de l'homme. Sur le plan climatique, elle est caractérisée par la succession de périodes froides, dites glaciaires, et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-methodes-et-techniques-l-archeologie-environnementale/#i_17371

HYRACOÏDES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 306 mots

Mammifères euthériens appartenant au superordre des ongulés, les hyracoïdes sont des animaux dont l'allure générale rappelle celle de la marmotte. Les membres sont terminés par des doigts nombreux (quatre à la main et trois au pied), eux-mêmes terminés par des sabots, l'axe du membre passant par le troisième doigt : structure dite mésaxone. L'appui sur le sol est du type plantigrade. Les hyracoïde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyracoides/#i_17371

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre «  Les Placentaires »  : […] Les Placentaires, ou Euthériens, constituent le groupe frère des Marsupiaux ou Métathériens (cf.  marsupiaux ). Ils se différencient de ces derniers par un ensemble conséquent de synapomorphies concernant le trophoblaste, la présence d'un placenta chorio-allantoïdien pourvu de villosités, une gestation intra-utérine prolongée, des uretères latéraux par rapport aux élémen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_17371

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Adaptation à la course »  : […] La condition préalable à l'adaptation à la course est l'acquisition de membres parasagittaux, qui a été réalisée indépendamment par les Dinosaures, les Oiseaux et les Mammifères. Chez les Mammifères, l'adaptation à la course est particulièrement intéressante à suivre dans le grand groupe des Ongulés. C'est toujours l'autopode qui subit l'essentiel des transformations : comparativement au membre p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_17371

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 679 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Mammifères »  : […] Les déplacements saisonniers sont moins répandus chez les mammifères que chez les oiseaux, du moins parmi les formes terrestres, la marche n'étant pas un mode de locomotion rapide et économique sur de longues distances. Toutefois, les grands Ongulés habitant des régions soumises à d'importantes fluctuations climatiques parcourent des distances considérables, de plusieurs milliers de kilomètres ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/migrations-animales/#i_17371

PÉRISSODACTYLES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 3 193 mots
  •  • 5 médias

Le nombre impair de doigts chez les chevaux, les zèbres, les ânes, les tapirs et les rhinocéros avait déjà conduit Linné en 1754 à rassembler ces Ongulés ( Mammifères à sabots) dans un ordre particulier qu'il appelait : Jumentae . Depuis lors, bien des appellations se sont succédé pour nommer cet ensemble, sans que des retraits ou des adjonctions le modifient notablement. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perissodactyles/#i_17371

RUMINANTS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 936 mots
  •  • 11 médias

Les Ruminants sont caractérisés, parmi les autres Ongulés paraxoniens, par la physiologie très particulière de leur nutrition, à laquelle ils doivent leur nom. La grande efficacité de ce système d'alimentation leur a probablement assuré un avantage décisif sur ces autres herbivores stricts que sont les Périssodactyles. C'est peut-être là que réside la raison de leur réussite évolutive en face de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminants/#i_17371

TERRITOIRE, éthologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RUWET
  •  • 2 765 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mammifères »  : […] Chez les Mammifères, dont les groupes les mieux étudiés sont les Rongeurs, les Carnivores, les Ongulés et les Primates, on assiste à une socialisation de plus en plus poussée des petits. Chez les Rongeurs, du plus simple au plus structuré, on note un isolement territorial de la femelle et des jeunes chez l'écureuil, le hamster, le lemming. Chez le castor et le rat musqué , le mâle participe de faç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/territoire-ethologie/#i_17371

Voir aussi

ARTIODACTYLES    CERVIDÉS    CHEVAL    DIASTÈME    ÉQUIDÉS    HERBIVORES    PARAXONIENS    PHANÈRE    SABOT    SUIFORMES

Pour citer l’article

Michel TRANIER, Robert MANARANCHE, « ONGULÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ongules/