MARMOTTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Marmotte siffleuse ou marmotte des Rocheuses

Marmotte siffleuse ou marmotte des Rocheuses
Crédits : Photodisc Collection/ Getty

photographie

Marmotte des Alpes

Marmotte des Alpes
Crédits : A. Izzotti/ Shutterstock

photographie


Gros rongeur, à la silhouette massive et arrondie, hibernant une grande partie de l'année. Répartition géographique : Asie, Europe, Amérique du Nord. Habitat : espaces découverts en montagne (de 1 000 à 3 000 mètres d'altitude), plaines parsemées d'éboulis rocheux et forêts claires. Classe : Mammifères ; ordre : Rongeurs ; famille : Sciuridés.

Marmotte siffleuse ou marmotte des Rocheuses

Marmotte siffleuse ou marmotte des Rocheuses

Photographie

La marmotte siffleuse, ou marmotte des Rocheuses (Marmota caligata), se rencontre principalement au Canada, son territoire s'étendant du nord des Grands Lacs à Calgary au sud et aux îles Aléoutiennes à l'ouest. 

Crédits : Photodisc Collection/ Getty

Afficher

Représentés par une dizaine d'espèces, ces animaux, au corps robuste, à la queue touffue et aux pattes courtes et puissantes, possèdent un pelage fourni de couleur brune, fauve, parfois gris cendré sur certaines parties du corps et avec le bout de la queue noire. Ils pèsent de 3 à 8 kilogrammes (poids maximal à l'automne) et mesurent de 50 à 80 centimètres de longueur, dont 10 à 20 centimètres pour la queue. Leur espérance de vie est de l'ordre de quinze à dix-huit ans.

Herbivores, les marmottes se nourrissent de végétaux variés, consommant surtout des bulbes, des racines et des graines. Exceptionnellement, pour augmenter leur régime en protéines, elles peuvent manger des œufs et des vers de terre. Elles boivent peu, se contentant souvent de la rosée matinale, de l'eau contenue dans leurs aliments et, au printemps, de la neige.

Tolérantes et peu agressives, elles vivent en petites colonies souvent familiales, sur 2 à 3 hectares, à l'exception des marmottes de plaine (marmotte monax américaine, par exemple) qui sont plutôt solitaires. Elles délimitent leur territoire grâce à des glandes situées au niveau des joues. Elles creusent des terriers qu'elles garnissent d'herbe sèche en vue de l'hibernation. En automne, lorsque les jours raccourcissent, que la température devient moins clémente et que la nourriture se fait rare, toute la colonie entre en léthargie dans son terrier, après en avoir obturé l'entrée. Au printemps, lorsque les marmottes émergent de leur profond sommeil, elles ont perdu toute la graisse qu'elles ont accumulée avant l'hibernation, c'est-à-dire pratiquement la moitié de leur poids.

L'unique période d'accouplement commence quinze [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARMOTTE  » est également traité dans :

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 135 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les problématiques de l'exploitation »  : […] Depuis quelques décennies, le concept de durabilité s'est imposé pour définir les règles qui devraient présider à l'exploitation des ressources de la planète. Ces règles sont celles de la régulation de la consommation, de façon à ne pas épuiser les ressources. Il s'agirait donc de fixer des niveaux de prélèvement supportables pour les espèces, ce qui implique plusieurs conditions. Un principe prél […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faune-sauvage/#i_41049

HIBERNATION

  • Écrit par 
  • Charles KAYSER
  •  • 1 832 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sommeil et sommeil hivernal »  : […] Les hibernants à activité diurne, comme la marmotte, entrent en sommeil quotidien le soir ; au début de l'automne, la marmotte se refroidit de plus en plus à chaque endormissement vespéral. Lorsque sa température est tombée au-dessous de 12  0 C, elle ne se réveille que le surlendemain ou même plus tard : elle est entrée en hibernation. Quant au loir et au lérot, animaux à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hibernation/#i_41049

RONGEURS ET LAGOMORPHES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 2 880 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les Sciuromorphes »  : […] Le sous-ordre des Sciuromorphes comporte, à côté des écureuils , arboricoles et terrestres, les marmottes , les castors et des Rongeurs très primitifs, les aplodontes, vulgairement appelés castors de montagne et localisés dans les régions montagneuses de l'ouest de l'Amérique du Nord. Toutes ces formes recèlent bien des traits primitifs déjà présents chez leurs ancêtres de l'Éocène. Il est possibl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rongeurs-et-lagomorphes/#i_41049

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Hibernation des mammifères »  : […] L'existence de rythmes circannuels chez les mammifères a été montrée pour la première fois sur des hibernants, comme le spermophile Spermophilus lateralis . Ils ont été observés chez de nombreuses autres espèces de spermophiles, mais aussi chez le hérisson, le hamster, la marmotte, le lérot, les souris sauteuses. Les facteurs de l'environnement jouent un rôle synchronisateur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythmes-biologiques-biorythmes/#i_41049

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « MARMOTTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marmotte/