Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MARMOTTE

Marmotte siffleuse ou marmotte des Rocheuses

Marmotte siffleuse ou marmotte des Rocheuses

Gros rongeur, à la silhouette massive et arrondie, hibernant une grande partie de l'année. Répartition géographique : Asie, Europe, Amérique du Nord. Habitat : espaces découverts en montagne (de 1 000 à 3 000 mètres d'altitude), plaines parsemées d'éboulis rocheux et forêts claires. Classe : Mammifères ; ordre : Rongeurs ; famille : Sciuridés.

Représentés par une dizaine d'espèces, ces animaux, au corps robuste, à la queue touffue et aux pattes courtes et puissantes, possèdent un pelage fourni de couleur brune, fauve, parfois gris cendré sur certaines parties du corps et avec le bout de la queue noire. Ils pèsent de 3 à 8 kilogrammes (poids maximal à l'automne) et mesurent de 50 à 80 centimètres de longueur, dont 10 à 20 centimètres pour la queue. Leur espérance de vie est de l'ordre de quinze à dix-huit ans.

Herbivores, les marmottes se nourrissent de végétaux variés, consommant surtout des bulbes, des racines et des graines. Exceptionnellement, pour augmenter leur régime en protéines, elles peuvent manger des œufs et des vers de terre. Elles boivent peu, se contentant souvent de la rosée matinale, de l'eau contenue dans leurs aliments et, au printemps, de la neige.

Tolérantes et peu agressives, elles vivent en petites colonies souvent familiales, sur 2 à 3 hectares, à l'exception des marmottes de plaine (marmotte monax américaine, par exemple) qui sont plutôt solitaires. Elles délimitent leur territoire grâce à des glandes situées au niveau des joues. Elles creusent des terriers qu'elles garnissent d'herbe sèche en vue de l'hibernation. En automne, lorsque les jours raccourcissent, que la température devient moins clémente et que la nourriture se fait rare, toute la colonie entre en léthargie dans son terrier, après en avoir obturé l'entrée. Au printemps, lorsque les marmottes émergent de leur profond sommeil, elles ont perdu toute la graisse qu'elles ont accumulée avant l'hibernation, c'est-à-dire pratiquement la moitié de leur poids.

L'unique période d'accouplement commence quinze jours après le réveil. Bien souvent, une seule femelle dans le groupe est gestante ; elle sera aidée dans ses tâches parentales par le mâle et les autres femelles. Le temps de gestation est de quatre à cinq semaines. De deux à six marmottons naissent, aveugles et nus, dans un terrier d'été qui est moins profond que celui qui est utilisé l'hiver. Ils ne le quittent que deux mois plus tard, lorsqu'ils sont sevrés, mais resteront près de leurs parents pendant près de deux ans.

Animaux très populaires, les marmottes sont souvent représentées assises sur leur arrière-train, guettant leurs éventuels prédateurs tels que les aigles, les corbeaux ou les carnivores. Cette attitude est caractéristique. Extrêmement vigilantes, les marmottes sont toujours aux aguets. Leur excellente vue leur permet de repérer le moindre mouvement anormal, même éloigné. En cas de danger, elles émettent des sifflements brefs et puissants pour prévenir le reste de la colonie.

Marmotte des Alpes

Marmotte des Alpes

Chassées surtout pour leur viande et leur peau en Europe centrale et en Asie, les marmottes ne sont pas menacées en France où l'espèce Marmota marmota (marmotte des Alpes) a été introduite avec succès dans les Pyrénées dans les années 1950.

— Marie-Claude BOMSEL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Marmotte siffleuse ou marmotte des Rocheuses

Marmotte siffleuse ou marmotte des Rocheuses

Marmotte des Alpes

Marmotte des Alpes

Autres références

  • FAUNE SAUVAGE

    • Écrit par Romain JULLIARD, Pierre PFEFFER, Jean-Marc PONS, Dominique RICHARD, Alain ZECCHINI
    • 14 185 mots
    • 7 médias
    ...et dix ans) et de 20 p. 100 pour celles dont la durée de vie est longue (plus de dix ans). Mais la réalité est souvent plus complexe que les modèles... Une étude effectuée en 2001 sur des marmottes des Alpes, notamment, a bien souligné la vulnérabilité supplémentaire qui caractérise les espèces sociales...
  • HIBERNATION

    • Écrit par Charles KAYSER
    • 1 832 mots
    • 4 médias
    Les hibernants à activité diurne, comme la marmotte, entrent en sommeil quotidien le soir ; au début de l'automne, la marmotte se refroidit de plus en plus à chaque endormissement vespéral. Lorsque sa température est tombée au-dessous de 12 0C, elle ne se réveille que le surlendemain ou...
  • RONGEURS ET LAGOMORPHES

    • Écrit par Robert MANARANCHE, Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
    • 2 872 mots
    • 14 médias
    Très proches des écureuils sont les marmottes, remarquables par la capacité d' hibernation. Chez les marmottes alpines, l'endormissement a lieu en automne, souvent en groupes de dix à quinze individus au fond d'un terrier. La période de léthargie dure jusqu'au printemps, interrompue normalement...
  • RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

    • Écrit par Catherine BLAIS, René LAFONT, Bernard MILLET, Alain REINBERG
    • 15 576 mots
    • 11 médias
    ...limité à une courte période pendant l'été, ne jouant un rôle que pour l'entrée en hibernation. Son effet a été bien montré sur le déphasage du rythme de marmottes déplacées expérimentalement d'un hémisphère à l'autre. Des marmottes maintenues en captivité pendant un an sur leur lieu de capture en Pennsylvanie...

Voir aussi