ŒUVRE D'ART TOTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophie, idéologie, mythologies

Derrière plusieurs de ces propositions apparaît comme en filigrane une Weltanschauung, une « vision du monde », caractérisée par un certain monisme. Le rôle du surréalisme, héritier ici du romantisme, mérite d'être souligné. « Diverses calamités semblent frapper l'art de ce temps. À la réflexion, elles se résument en un seul malaise que l'on serait tenté d'appeler l'Unité perdue », écrivait André Masson (1896-1987) en 1939. Et André Breton, dans l'Introduction au discours sur le peu de réalité (1927) : « À quoi tend cette volonté de réduction, cette terreur de ce qu'avant moi quelqu'un a appelé le démon Pluriel ? » Et d'évoquer la création d'un « mythe nouveau » pour fonder « la conjugaison de plus en plus parfaite des deux démarches poétique et plastique ». Si, pour Breton, perception et représentation sont « les produits de dissociation d'une faculté unique, originelle », il en va de même des divers modes d'expression, dont le cloisonnement fait scandale à ses yeux. Envisagé dans cette perspective, tout le projet surréaliste apparaît comme une tentative désespérée pour combler une faille, nier une division perçue comme malédiction. Et c'est encore cette quête fondamentale de l'unité qu'exprime la célèbre déclaration du second Manifeste (1930) : « Tout porte à croire qu'il existe un certain point de l'esprit d'où la vie et la mort, le réel et l'imaginaire, le passé et le futur, le communicable et l'incommunicable, le haut et le bas cessent d'être perçus contradictoirement. » Tel est ainsi le dénominateur commun de notions comme celles d'« image », de « rencontre » ou de « hasard objectif », et de pratiques comme le collage, les jeux de « l'un dans l'autre », du « cadavre exquis » et de « l'objet trouvé ». Quant à la pratique de l'automatisme, elle mène, selon Breton, à l'exploration du rapport entre ce qu'il nomme le « verbo-auditif » et le « verbo-visuel », préparant le terrain à l'expression plastique des figures ou des procédés littéraires (métaphore, calembour, anagramme, etc.) chers à Hans Bellmer (1902-1975) ou à René Magritte (1898-1967).

Les références à l'androgyne platonicien ou au démembrement de Dionysos, comme à l'étymologie du symbole (le sym-bolon, fait de deux tessons recollés) ne manquent pas dans les théories de l'époque. Cette quête de paradis perdus traversera les avant-gardes. Par un paradoxe fréquent, le modernisme se révèle ainsi pétri d'archaïsme. Pour Wagner, la « musique de l'avenir » se définissait comme un retour à l'idéal du théâtre antique. J. G. Sulzer (1720-1779) ou Schelling l'avaient précédé en proposant déjà celui-ci comme modèle d'une réunion des arts. L'expression la plus spectaculaire de ce fantasme unitaire sera fournie par un ouvrage du marquis Alexandre Saint-Yves d'Alveydre (1842-1909), L'Archéomètre musical, dont le succès est attesté par trois éditions successives entre 1903 et 1911. Son sous-titre ne manque pas de prétention : « Clef de toutes les religions et de toutes les sciences de l'Antiquité. Réforme synthétique de tous les arts contemporains. » Dans cette « science des correspondances cosmologiques », on retrouve toutes les séries de correspondances accumulées par les générations antérieures. Bien qu'extrême et caricatural, le cas de Saint-Yves d'Alveydre n'est pas isolé. Son « rapporteur universel » – terminologie qui n'est pas sans rappeler celle de Charles Henry (1859-1926) – se définit comme « évocateur scientifique et positif des plus grands mystères des religions ».

L'univers des correspondances s'organise ainsi selon deux axes, vertical et horizontal. Le premier, qui relève des traditions occultistes, assure la solidarité du microcosme et du macrocosme, tandis que le second se fonde sur la psychologie pour ménager le passage d'un moyen d'expression à un autre. La spéculation sur la langue originelle trouve ici une place de choix. Le mythe de la langue adamique ou pré-babélienne, hérité du xviiie siècle, survivra dans les théories du langage poétique, chez Stéphane Mallarmé (1842-1898) par exemple, pour qui « l'explication orphique de la Terre [...] est le seul devoir du poète ». Que ces dimensions soient étroitement liées, c'est ce que montre la spéculation sur les synesthé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Tannhäuser, mise en scène de Wieland Wagner à Bayreuth, 1955.

Tannhäuser, mise en scène de Wieland Wagner à Bayreuth, 1955.
Crédits : AKG-images

photographie

Cathédrale de Rouen, C. Monet

Cathédrale de Rouen, C. Monet
Crédits : AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OEUVRE D'ART TOTALE  » est également traité dans :

L'ŒUVRE D'ART TOTALE À LA NAISSANCE DES AVANT-GARDES, 1908-1914 (M. Lista)

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 1 145 mots

Depuis les années 1990, les publications sur la convergence des arts se sont multipliées. Marcella Lista, qui a publié sa thèse sous le titre L'Œuvre d'art totale à la naissance des avant-gardes, 1908-1914 (CNRS-INHA, Paris, 2006), a contribué à cette recherche dans divers catalogues d'exposition ou revues. Son ouvrage tente de saisir le phénomène dans une perspective globale.I […] Lire la suite

SCHWITTERS KURT (1887-1948)

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR
  •  • 2 285 mots

Dans le chapitre « « Poésure et Peintrie » »  : […] Deux ans après le lancement de Merz, Schwitters éprouve le besoin de souligner sa singularité, en consacrant la deuxième livraison de sa revue Merz (avril 1923) au concept de i . Selon lui, concept, matériau et œuvre d'art sont une seule et même chose. L'artiste choisit son œuvre au hasard dans la nature, il la distingue, la sélectionne, la distribue sur un support, sans la déformer ni l'arranger […] Lire la suite

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Pourquoi ? »  : […] Une première raison tient à la dénonciation, par certains compositeurs, du faible niveau littéraire et du conformisme narratif des livrets, produits formatés d'une « industrie » monopolisée par de véritables spécialistes tel Eugène Scribe, l'image même du « philistin » opératique. Échapper à leur emprise, c'est dénoncer les contraintes qu'imposent à la musique des textes standardisés. Comme l'écri […] Lire la suite

WAGNER RICHARD

  • Écrit par 
  • Pierre FLINOIS
  •  • 4 197 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L’exil à Zurich »  : […] Le projet de création de Lohengrin à Dresde échoue pour des raisons autres qu’artistiques. Car les sympathies de Wagner pour les mouvements révolutionnaires, et même anarchistes, en cohérence avec ses idées sur la rénovation de l’art et du théâtre l’amènent à fréquenter August Röckel, chef d’orchestre et compositeur très politisé, et, en 1848, Mikhaïl Bakounine. Il prend une part active aux émeut […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe JUNOD, « ŒUVRE D'ART TOTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/