Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OCÉANIE Géologie

La zone mélanésienne externe

L'archipel des Bismarck

En Nouvelle-Bretagne, les roches les plus anciennes affleurent dans la chaîne centrale (monts Nakanai). D'âge paléozoïque à mésozoïque, elles ont subi un léger métamorphisme (schistes ardoisiers et micacés, cornéennes) et sont traversées par des massifs plutoniques d'âge tertiaire supérieur. Des séries sédimentaires, visibles surtout sur la bordure sud, reposent sur ces métamorphites. Ce sont essentiellement des calcaires néritiques ainsi que des sédiments pyroclastiques d'âge néogène à récent. Au Pliocène, les formations détritiques dominent dans tout le domaine. Des séries volcaniques quaternaires à actuelles, de caractère andésitique ou basaltique, frangent la bordure nord de l'île. Les volcans actifs et les solfatares sont encore nombreux dans cette région. L'extrême nord de l'île (péninsule de la Gazelle) se rattache à l'unité structurale Nouvelle-Irlande - arc des Salomon. Le socle est formé de séries mésozoïques et cénozoïques, il est entouré de sédiments mio-pliocènes. Un édifice volcanique actuel de type andésitique occupe la majeure partie de la pointe nord de la péninsule (région de Rabaul).

Dans le sud de la Nouvelle-Irlande affleurent des roches cristallines non datées. Le premier événement connu de l'île correspond au dépôt de formations volcaniques anté-miocènes. Elles ont sans doute formé des monticules sous-marins sur lesquels se sont développés des calcaires coralliens d'âge miocène et pliocène. L'aspect dissymétrique de l'île et ce que l'on sait de sa structure permettent de supposer qu'une surrection de la partie centrale a été accompagnée de grandes fractures le long de la côte sud-ouest. Un basculement tardif vers le nord-est a donné sa forme actuelle à la Nouvelle-Irlande.

À une cinquantaine de kilomètres au nord de la Nouvelle-Irlande, le gisement d'or de Lihir a été tout récemment découvert dans l'île du même nom. Associé à une caldeira d'âge plio-quaternaire, il coïncide avec une zone géothermale active largement marquée d'altérations hydrothermales argileuses et siliceuses. Les volcanites, laves et pyroclastites sont de composition trachy-basaltique potassique. Les réserves de minerai reconnu se montent à 137 millions de tonnes avec une teneur de 2,66 grammes d'or par tonne, mais une éventuelle exploitation se heurterait à de graves difficultés, le gisement étant en partie dans la zone d'ébullition de l'eau et au-dessous du niveau de la mer.

L'archipel des Salomon

L'archipel débute au nord par les îles de Bougainville et de Buka, dont le trait géologique dominant – surtout en ce qui concerne Bougainville – est l'activité volcanique. Ses premières manifestations datent probablement de l'Oligocène : un groupe de volcans sous-marins aurait alors émergé pour former les chaînes actuelles. À cette époque, des intrusions dioritiques ont été mises en place dans les formations volcaniques, peut-être même à l'intérieur d'appareils volcaniques individualisés. Une phase majeure de surrection, avec de grandes cassures et des basculements vers l'est et le sud-ouest, a lieu du Miocène moyen au Pliocène. Ces mouvements sont accompagnés d'une seconde phase d'intrusions dioritiques. Au Pléistocène, le volcanisme atteint son paroxysme, accompagné de mouvements verticaux qui persistent pendant toute cette période. Actuellement, le volcan de Bagana, au centre de Bougainville, est toujours actif.

Le gisement de cuivre et or de Panguna, dans la chaîne de Crown Prince, au sud de Bougainville, est associé à une intrusion de diorite porphyrique accompagnée d'altérations hydrothermales et encaissée dans une série de volcanites andésitiques, la diorite et les andésites encaissantes pouvant être minéralisées.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Océanie - crédits : Encyclopædia Universalis France

Océanie

Le Kilauea - crédits : Greg Vaughn/ Getty Images

Le Kilauea

Autres références

  • ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

    • Écrit par Philippe PELLETIER
    • 23 142 mots
    • 4 médias
    ...d'archipels qui ourlent la façade pacifique des terres continentales asiatiques. Mais elle n'est pas sans complexités car l'Asie est en contact avec les pays de l'Océanie, dont les possessions américaines (les Mariannes par exemple). Le peuplement historique de la Micronésie, de la Mélanésie et de la Polynésie...
  • AUSTRALIE

    • Écrit par Benoît ANTHEAUME, Jean BOISSIÈRE, Bastien BOSA, Vanessa CASTEJON, Universalis, Harold James FRITH, Yves FUCHS, Alain HUETZ DE LEMPS, Isabelle MERLE, Xavier PONS
    • 27 355 mots
    • 29 médias
    Pays massif, l'Australie oscille entre deux qualificatifs : est-elle la plus grande île de la planète ou son plus petit continent ? Elle représente 85 % des terres émergées de l'Océanie, immense continent maritime.
  • AUSTRONÉSIENS

    • Écrit par Jean-Paul LATOUCHE
    • 919 mots

    Pris dans un sens strict, les Austronésiens forment un groupe ethnolinguistique considérable dispersé de Madagascar aux îlesHawaii et recouvrant la totalité de l'Indonésie, de la Malaisie et des Philippines, la quasi-totalité de la Mélanésie et de Formose, et enfin la Micronésie...

  • CHEFFERIE

    • Écrit par Henri LAVONDÈS, Jean-Claude PENRAD
    • 2 929 mots
    Laréflexion sur les systèmes politiques océaniens reste dominée par un retentissant article de Marshall Sahlins (1963), qui, plusieurs fois republié et devenu un classique, oppose le système dit du big man, caractéristique de la Mélanésie, où le statut de chef s'acquiert par des efforts personnels,...
  • Afficher les 33 références

Voir aussi