NOMS VERNACULAIRES FRANÇAIS (botanique)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chaque langue possède un champ lexical propre pour nommer les végétaux et les champignons, ou plutôt une partie d'entre eux, et ce qui s'y rapporte (cf. noms vernaculaires, botanique). La formation de ces noms étant en général tout à fait indépendante de la nomenclature scientifique (cf. règles internationales de nomenclature botanique), il en résulte très souvent qu'un même nom désigne plusieurs espèces et qu'une espèce a reçu plusieurs noms. Cette situation, parfois très embrouillée, entraîne de multiples risques de confusion, celle-ci pouvant s'avérer très fâcheuse lorsqu'elle concerne au moins deux espèces dont une est comestible et une autre toxique. L'idéal serait, au contraire, qu'à chaque espèce soit attaché un nom et un seul.

Dans ce domaine, la langue française, à laquelle il faut joindre ses variantes régionales, a développé un vocabulaire très riche, dont nous évoquerons quelques traits marquants.

Parmi les divers noms désignant une même espèce, le meilleur – dont l'emploi est à recommander – doit être déterminé à l'aide de critères raisonnés, pour éviter toute ambiguïté. Choisir ce nom – et parfois la meilleure graphie, le trait d'union pouvant en particulier réduire certaines ambiguïtés à l'écrit – constitue ainsi une démarche botanique ou mycologique, mais aussi lexicographique, indispensable.

Lexicologie phytonymique et myconymique

En français, les noms vernaculaires de végétaux et de champignons sont particulièrement nombreux et variés, plusieurs facteurs ayant permis cette diversité : une longue histoire de la langue, une flore assez importante, qui s'est augmentée d'espèces exotiques introduites, l'emprunt de noms locaux à des langues, dialectes ou patois du territoire (plus de cinquante noms régionaux pour Fagus sylvatica L., le hêtre commun, dont fayard – dans le Lyonnais –, fau – dans le Nord et le Morvan –, foyard – dans la Bresse –, fouteau, favinier), l'étendue du domaine francophone (français de France, mais aussi d'Afrique, des Antilles, de Belgique, du Canada, de Madagascar, de Nouvelle-Calédonie, de la Réunion, de Suisse, de Tahiti, etc.) et la grande variété floristique que cela représente, l'incorporation au lexique de noms étrangers (éventuellement plus ou moins francisés) d'espèces exotiques (par exemple : ginseng, de rénshen, et litchi, de lìzhi, noms chinois ; shiitaké, de shiitake, nom japonais ; niaouli, nom kanak ; jaborandi, de yaborandi, nom tupi-guarani).

Certains noms désignent un végétal dans son ensemble (lavande, menthe, platane), sans qu'il y ait de nom spécial pour en désigner certaines parties telles que les fleurs ou les fruits ; en ce cas, il peut arriver que ce nom en désigne aussi, par extension, la partie la plus utilisée (artichaut : la plante et le capitule). D'autres désignent une partie d'un végétal : bulbe (oignon), fleur (glaïeul, œillet, tulipe), fruit (aubergine, melon, tomate), graine (pois), racine (carotte), rhizome (crosne), tige ou branche (canne à sucre), tubercule (pomme de terre, topinambour), turion (asperge) ou autre, sans qu'il y ait de nom spécial pour désigner d'autres parties ou la plante entière, celle-ci étant nommée, soit du même nom par métonymie (asperge, canne à sucre, carotte, crosne, melon, oignon, pois, topinambour, tulipe), soit par une expression (un « pied de tomate », « tomatier » ne faisant pas officiellement partie du lexique actuel). Pour d'autres végétaux, le français dispose d'au moins un nom désignant la plante entière et d'au moins un nom pour l'une au moins de ses parties ; c'est souvent le cas pour les végétaux à fruits comestibles (bananier, banane ; cassissier, cassis ; pêcher, pêche) ou à faux-fruits comestibles (fraisier, fraise), ou dont l'utilisation ornementale des fleurs est fort ancienne (rosier, rose). Très exceptionnellement, un diminutif du nom du végétal existe et désigne un jeune individu : bouliot (jeune bouleau) et boulinée (rejeton de bouleau), chêneau (jeune chêne), hêtreau (jeune hêtre), iveteau (jeune if), ormeau (jeune orme), sapineau ou sapelot (jeune sapin), tremblot (jeune tremble). Signalons aussi quelques noms désignant des hybrides (pomate, hybride de pomme de terre et de tomate obtenu par fusion de protoplastes en 1978), no [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Relations entre noms vernaculaires et noms scientifiques

Relations entre noms vernaculaires et noms scientifiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fragon épineux

Fragon épineux
Crédits : A.Moreschi/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : éditeur, diplômé en sciences de l'éducation, mathématique, économie, philosophie, ethnologie et bibliothéconomie

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN, « NOMS VERNACULAIRES FRANÇAIS (botanique) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/noms-vernaculaires-francais/