HARNONCOURT NIKOLAUS (1929-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef d'orchestre

Dans les années 1960, Harnoncourt découvre l'Introduction à la sociologie de la musique d'Adorno et prend conscience des rapports de force qui existent entre le chef et l'orchestre. 1971 voit le début de son enregistrement intégral des cantates sacrées de Bach avec le Consort de Gustav Leonhardt, entreprise qui ne s'achèvera qu'en 1989. En 1972, fort de son expérience de violoncelliste, de sa connaissance étendue du répertoire de la musique ancienne mais également de celui de la musique romantique et postromantique, Harnoncourt fait sa première apparition au pupitre de chef d'orchestre, à la Piccola Scala de Milan, où il dirige Il ritorno d'Ulisse in patria de Monteverdi (c'est en 1987 qu'il dirigera pour la dernière fois le Concentus Musicus depuis son pupitre de violoncelliste). De 1973 à 1993, il enseigne au Mozarteum de Salzbourg la « théorie et la pratique de la musique ancienne ». En 1975, il dirige pour la première fois l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, dans la Passion selon saint Jean de Bach ; jusqu'en 1990, il dirigera presque chaque année cet orchestre dans l'une des deux passions de Bach.

En 1975 commence également une longue collaboration avec le metteur en scène Jean-Pierre Ponnelle à l'Opéra de Zurich : ils donnent d'abord, jusqu'en 1979, un cycle légendaire d'opéras de Monteverdi, qui commence avec L'Orfeo. De 1980 à 1989, toujours à Zurich et toujours avec Ponnelle, c'est Mozart qui est à l'honneur avec Idomeneo, Lucio Silla, Mitridate, Re di Ponto, Die Entführung aus dem Serail, Così fan tutte, Die Zauberflöte, Don Giovanni, Le nozze di Figaro. Harnoncourt est désormais invité par les plus grands orchestres : Orchestre symphonique de Vienne, Orchestre philharmonique de Vienne (à partir de 1984), Orchestre de chambre d'Europe, Orchestre philharmonique de Berlin (à partir de 1991)... En 1985, il crée à Graz le festival Styriarte. Il dirige un répertoire qui s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  HARNONCOURT NIKOLAUS (1929-2016)  » est également traité dans :

BARTOLI CECILIA (1966- )

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au service de l'œuvre »  : […] Il est relativement facile, lorsque l'on est Italienne et si l'on en a le goût et les moyens vocaux, de se faire un nom dans l'opéra, surtout dans un pays qui a longtemps considéré que, hors du xix e  siècle, il n'y avait point de salut, et où Verdi et Puccini restent les favoris des amateurs. La mezzo-soprano Cecilia Bartoli, elle, affiche clairement sa passion pour la fin du baroque, le classic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cecilia-bartoli/#i_15408

CONCERTGEBOUW D'AMSTERDAM ORCHESTRE DU

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 210 mots
  •  • 1 média

Comme l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, ceux du Gürzenich de Cologne ou de la Tonhalle de Zurich, celui du Concertgebouw d'Amsterdam (Koninklijk Concertgebouworkest) est l'un des rares orchestres à avoir adopté le nom de sa propre salle de concert, construite sur un projet de l'architecte Pierre J. H. Cuypers par l'architecte Adolf Leonard van Gendt entre 1883 et 1888. L'orchestre y donne son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-du-concertgebouw-d-amsterdam/#i_15408

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 430 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Limites de l'interprétation »  : […] Si l'interprète est devenu une figure essentielle de l'acte musical, son intervention n'en connaît pas moins des limites qui pourraient constituer un code de déontologie de la profession, sur le plan matériel comme dans les domaines intellectuel et spirituel. L'interprète traduit la partition. Il lui donne un visage à un moment donné. Mais ses possibilités techniques ont des limites qui doivent lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation-musicale/#i_15408

LEONHARDT GUSTAV (1928-2012)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 816 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chambriste et le chef d'orchestre »  : […] Gustav Leonhardt se produit en trio avec le violoncelliste Anner Bylsma et le flûtiste Frans Brüggen  ; ensemble, ils formeront en 1962, avec le violoniste Jaap Schröder, le Quadro Amsterdam. Il est également un remarquable chambriste : en 1955, il fonde le Leonhardt Consort, et c'est à cette époque qu'il commence à diriger des chœurs et des ensembles instrumentaux baroques. En tant que chef d'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-leonhardt/#i_15408

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Haendel : la voix »  : […] En 1920, le pèlerin qui, comme Romain Rolland, entreprend un « voyage musical au pays du passé », a pu entendre L'Orfeo de Monteverdi, Zoroastre de Rameau, Dido and Aeneas de Purcell ou Armide de Lully. Mais il n'a jamais vu ni entendu aucun opéra italien de Haendel . Non que celui-ci fût oublié. Au contraire : c'est parce que, à la différence de Bach ou de Vivaldi, Haendel n'entra jamais au purg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_15408

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « HARNONCOURT NIKOLAUS - (1929-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolaus-harnoncourt/