LEONHARDT GUSTAV (1928-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Claveciniste, organiste, chef d'orchestre et musicologue, le Néerlandais Gustav Leonhardt a joué – aux côtés notamment des frères Wieland, Sigiswald et Barthold Kuijken, de Nikolaus Harnoncourt et de Philippe Herreweghe – un rôle prépondérant dans le renouveau de la musique ancienne. À la différence de Nikolaus Harnoncourt (son cadet de quelque dix-huit mois), il déteste commenter son art, affirmant : « Je suis devenu musicien pour ne pas parler. En jouant, j'exprime tout ce que je peux. Si cela ne suffit pas, les mots ne peuvent rien. Si cela suffit, ils ne servent à rien non plus. »

Les années d'apprentissage

Gustav Maria Leonhardt naît le 30 mai 1928 à 's-Graveland, près de Hilversum, aux Pays-Bas, dans une famille très musicienne. Il commence l'étude du piano, qu'il abandonne très vite pour se consacrer au clavecin – qu'il découvre dès l'âge de dix ans, grâce à ses parents, qui font de la musique de chambre en famille – et à l'orgue, deux instruments qu'il travaille avec Eduard Müller à la Schola Cantorum Basiliensis de 1947 à 1950. Ce maître incontesté – un des pionniers, avec August Wenzinger, de l'enseignement de l'interprétation de la musique ancienne – lui inculque notamment la manière de registrer de façon rigoureuse, à une époque où celle-ci ne s'apprenait pas : la plupart des organistes avaient en effet pris la mauvaise habitude de faire des registrations approximatives et selon leurs goûts personnels ; leurs choix ne relevaient pas d'une analyse approfondie de l'œuvre, et il n'existait pas véritablement de règles dans la manière de sélectionner un registre plutôt qu'un autre en fonction du compositeur, de l'époque ou du style d'écriture harmonique ou contrapuntique.

Sur les conseils de son père, Gustav Leonhardt part en 1950 s'installer à Vienne, afin d'y s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  LEONHARDT GUSTAV (1928-2012)  » est également traité dans :

BRÜGGEN FRANS (1934-2014)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 648 mots
  •  • 1 média

Sans lui, la flûte à bec serait restée le modeste vecteur de l’initiation musicale dispensée par les collèges. Frans Brüggen a fait redécouvrir au grand public un répertoire instrumental insoupçonné et contribué de manière essentielle à la renaissance des œuvres et du style baroques . Frans Brüggen naît à Amsterdam le 30 octobre 1934. Avec Kees Otten, il s’initie à la flûte à bec. Sans quitter sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frans-bruggen/#i_52602

HARNONCOURT NIKOLAUS (1929-2016)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chef d'orchestre »  : […] Dans les années 1960, Harnoncourt découvre l' Introduction à la sociologie de la musique d'Adorno et prend conscience des rapports de force qui existent entre le chef et l'orchestre. 1971 voit le début de son enregistrement intégral des cantates sacrées de Bach avec le Consort de Gustav Leonhardt, entreprise qui ne s'achèvera qu'en 1989. En 1972, fort de son expérience de v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolaus-harnoncourt/#i_52602

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Théâtre et tabou »  : […] En théorie, la représentation d'une pièce composée entre Orfeo (de Monteverdi, 1607) et Orfeo (de Gluck, 1762) peut obéir à trois lois esthétiques différentes : celle de l'action (décors et costumes grecs pour Calisto , romains pour Poppea , aztèques pour Montezuma de Carl Heinrich Graun. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_52602

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « LEONHARDT GUSTAV - (1928-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-leonhardt/