Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KHROUCHTCHEV NIKITA SERGUEÏEVITCH (1894-1971)

Khrouchtchev aux Nations unies

Khrouchtchev aux Nations unies

Pendant une dizaine d'années, de 1953 à 1964, Nikita Sergueiëvitch Khrouchtchev fut le chef de l'Union soviétique. Il fut alors célèbre dans le monde entier, à tel point que les journaux occidentaux prirent l'habitude de le désigner par la lettre « K ». Communiste depuis sa jeunesse, formé à l'école du parti, il se distinguait de la plupart de ses collègues par une personnalité riche en couleurs, aux réactions souvent imprévisibles. Il avait le goût de l'action plus que celui de la méditation. Il marqua son passage au pouvoir en dénonçant les fautes et les crimes de son prédécesseur, Joseph Staline. Toutefois, en démythifiant comme il le fit une des idoles du régime, il sema le trouble dans son parti et dans le camp socialiste, ce qui fut sans doute une des causes déterminantes de sa chute. Sans renier ce qu'ils avaient approuvé, ses successeurs se sont ingéniés à défaire une bonne partie de ce qu'avait fait M. « K ».

Une lente ascension

Beaucoup de biographes parlent de « l'Ukrainien Khrouchtchev », ce qui est une erreur. Il naquit à Kalinovka, dans la province de Koursk, en 1894, à quelques verstes de l'Ukraine, mais en territoire russe. Il appartenait à une famille de mineurs. La Grande Encyclopédie soviétique (édition de 1957) note qu'il fut d'abord berger puis ouvrier métallurgiste, qu'il s'inscrivit au parti en 1918, combattit avec les Rouges pendant la guerre civile. Une fois la paix revenue, il travailla à la mine et suivit les cours de la faculté ouvrière. Il acquit donc sur le tard sa formation intellectuelle. Incontestablement, il se cultiva par l'action sans guère fréquenter l'école. C'est également le besoin d'action qui le poussa à faire carrière dans l'appareil du parti sans profiter des facilités qui étaient accordées aux jeunes prolétaires pour occuper de hauts postes dans l'industrie.

Il prit un lent départ comme « apparatchik », puisque c'est seulement à l'âge de trente-neuf ans qu'il devint premier secrétaire du parti pour la ville de Moscou. Il fut alors remarqué par un des hommes de confiance de Staline, Lazare Kaganovitch, qui fit de lui son assistant. Dès 1936, il franchit rapidement les échelons qui menaient au sommet de la hiérarchie : membre du comité central, puis, en 1938, suppléant du bureau politique et premier secrétaire d'Ukraine, membre titulaire du bureau politique en 1939. Il changea d'affectation pendant la guerre. L'Ukraine était alors occupée. Après avoir organisé des groupes de partisans, il obtint le grade de général en qualité de commissaire politique. Pendant sa période de gloire, les historiens soviétiques ont même affirmé qu'il avait joué un rôle décisif dans la bataille de Stalingrad.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chef adjoint du service étranger du journal Le Monde

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Khrouchtchev aux Nations unies

Khrouchtchev aux Nations unies

Nikita Khrouchtchev et Tito, 1963

Nikita Khrouchtchev et Tito, 1963

L'arrestation d'un policier

L'arrestation d'un policier

Autres références

  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

    • Écrit par Georges CASTELLAN, Rita THALMANN
    • 19 516 mots
    • 6 médias
    Le XXe congrès du P.C. de l'U.R.S.S. (du 14 au 25 février 1956) et la condamnationpar Khrouchtchev des crimes de Staline furent assurément une surprise pour les dirigeants de la R.D.A. : le message de vœux envoyé par le S.E.D. au congrès le 14 février 1956 se terminait en effet par : « Vivent...
  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

    • Écrit par Alfred GROSSER, Henri MÉNUDIER
    • 16 391 mots
    • 10 médias
    ...faisait preuve de la même prudence et de la même continuité dans son attitude que les Occidentaux. Pendant plusieurs années, à partir de novembre 1958, Khrouchtchev avait bien brandi la menace d'un traité de paix séparé avec « son » Allemagne – la R.D.A. – et répété que le quadripartisme était mort. Mais,...
  • BOULGANINE NIKOLAÏ ALEXANDROVITCH (1895-1975)

    • Écrit par Georges HAUPT
    • 345 mots
    • 1 média

    Maréchal de l'U.R.S.S., Boulganine fut président du Conseil des ministres de l'Union soviétique de 1955 à 1958. Fils d'un employé de bureau de Nijni-Novgorod, Boulganine adhère au Parti bolchevik en 1917. De 1918 à 1922, il travaille dans la Tcheka, puis il est affecté jusqu'en 1927 au Conseil supérieur...

  • BREJNEV LEONID ILITCH (1906-1982)

    • Écrit par Georges HAUPT
    • 722 mots
    • 1 média

    Né en Ukraine dans une famille d'ouvriers, Leonid Brejnev entre au Komsomol en 1923 et au P.C.U.S. (Parti communiste de l'Union soviétique) en 1931. Après avoir obtenu en 1935 son diplôme d'ingénieur métallurgiste, il devient permanent du parti en 1937 et travaille en Ukraine sous la direction...

  • Afficher les 26 références

Voir aussi