KHROUCHTCHEV NIKITA SERGUEÏEVITCH (1894-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant une dizaine d'années, de 1953 à 1964, Nikita Sergueiëvitch Khrouchtchev fut le chef de l'Union soviétique. Il fut alors célèbre dans le monde entier, à tel point que les journaux occidentaux prirent l'habitude de le désigner par la lettre « K ». Communiste depuis sa jeunesse, formé à l'école du parti, il se distinguait de la plupart de ses collègues par une personnalité riche en couleurs, aux réactions souvent imprévisibles. Il avait le goût de l'action plus que celui de la méditation. Il marqua son passage au pouvoir en dénonçant les fautes et les crimes de son prédécesseur, Joseph Staline. Toutefois, en démythifiant comme il le fit une des idoles du régime, il sema le trouble dans son parti et dans le camp socialiste, ce qui fut sans doute une des causes déterminantes de sa chute. Sans renier ce qu'ils avaient approuvé, ses successeurs se sont ingéniés à défaire une bonne partie de ce qu'avait fait M. « K ».

Khrouchtchev aux Nations unies

Photographie : Khrouchtchev aux Nations unies

Photographie

Le 29 septembre 1960, lors de la quinzième session de l'Assemblée générale des Nations unies, Nikita Khrouchtchev (1894-1971) sort de ses gonds lors d'un discours du Premier ministre britannique Harold MacMillan (1894-1986). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Une lente ascension

Beaucoup de biographes parlent de « l'Ukrainien Khrouchtchev », ce qui est une erreur. Il naquit à Kalinovka, dans la province de Koursk, en 1894, à quelques verstes de l'Ukraine, mais en territoire russe. Il appartenait à une famille de mineurs. La Grande Encyclopédie soviétique (édition de 1957) note qu'il fut d'abord berger puis ouvrier métallurgiste, qu'il s'inscrivit au parti en 1918, combattit avec les Rouges pendant la guerre civile. Une fois la paix revenue, il travailla à la mine et suivit les cours de la faculté ouvrière. Il acquit donc sur le tard sa formation intellectuelle. Incontestablement, il se cultiva par l'action sans guère fréquenter l'école. C'est également le besoin d'action qui le poussa à faire carrière dans l'appareil du parti sans profiter des facilités qui étaient accordées aux jeunes prolétaires pour occuper de hauts postes dans l'industrie.

Il prit un lent départ comme « apparatchik », puisque c'est seulement à l'âge de trente-neuf ans qu'il devint premier secrétaire du parti pour la ville de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Khrouchtchev aux Nations unies

Khrouchtchev aux Nations unies
Crédits : Hulton Getty

photographie

Nikita Khrouchtchev et Tito, 1963

Nikita Khrouchtchev et Tito, 1963
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

L'arrestation d'un policier

L'arrestation d'un policier
Crédits : Hulton Getty

photographie

Urho Kekkonen et Nikita Khrouchtchev, 1963

Urho Kekkonen et Nikita Khrouchtchev, 1963
Crédits : Vassily Yegorov/ ITAR-TASS/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  KHROUCHTCHEV NIKITA SERGUEÏEVITCH (1894-1971)  » est également traité dans :

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 016 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Fusion » ou « épanouissement » des nations »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les déplacements de populations et le nouveau tracé des frontières réduisirent considérablement l'importance numérique des minorités nationales dans les pays d'Europe de l'Est : après avoir représenté un quart de la population des États d'Europe centrale en moyenne dans l'entre-deux-guerres, elles ne constituent plus dans les années quatre-vingt que 7 p […] Lire la suite

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre «  Les années Khrouchtchev (1953-1964) »  : […] La disparition de Staline marque une étape décisive, la fin d'une époque, sinon la fin d'un système. Elle révèle « le paradoxe d'un système prétendument inscrit dans les lois du développement social, et dans lequel tout dépend tellement d'un seul homme que, cet homme disparu, le système a perdu quelque chose qui lui était essentiel » (François Furet). En quelques années, l'Union soviétique passe d […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 403 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Conflits avec l'impérialisme nord-américain »  : […] Au début de 1960, les événements se précipitent et vont déclencher une accélération du processus de rupture avec les États-Unis. Irrité par l'expropriation de 1 200 000 hectares appartenant à ses citoyens, l'État fédéral ne renouvelle pas le Sugar Act et décide le 10 octobre l'embargo total sur les exportations et importations cubaines en vertu de l'Export Control Act. À partir du mois de juillet […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La mort de Staline et l'armistice de Corée »  : […] Le dictateur soviétique succombe, le 5 mars 1953, à une congestion cérébrale. Une « troïka » de trois membres – Malenkov, dauphin désigné, Molotov, chef de la diplomatie, et Beria, chef de la police – s'installe au pouvoir. Son premier souci est de détendre la situation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. D'où les décisions prises en faveur de l'armistice, de la baisse des prix, de la reprise d […] Lire la suite

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « L’apogée de la guerre froide (1947-1962) »  : […] La division du monde en deux blocs engendre des conflits d’intensité croissante, d’abord en Europe, puis en Asie et dans le reste du monde. L’Allemagne est le théâtre de la première crise entre Washington et Moscou. Face à l’unification progressive des trois secteurs occidentaux d’occupation (secteurs américain, britannique et français), Staline réagit en établissant le blocus terrestre de Berlin […] Lire la suite

KAZAKHSTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 8 815 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Souverainetés russe et soviétique »  : […] Les revers essuyés par les Kazakhs aux prises avec les Oirats retardèrent sans aucun doute l'émergence d'un État kazakh unifié et firent même décliner le niveau général de la vie culturelle. Ils rendirent également les Kazakhs moins capables encore de résister aux empiètements de la Russie depuis le nord. La progression vers la steppe kazakhe débuta par la construction d'une ligne de forts –  Omsk […] Lire la suite

NEKRASSOV VIKTOR PLATONOVITCH (1911-1987)

  • Écrit par 
  • Efim ETKIND
  •  • 1 182 mots

Le futur auteur du roman Dans les tranchées de Stalingrad , alors jeune officier de l'Armée rouge, a été blessé en juillet 1944 ; il s'est mis à écrire ses souvenirs militaires pour exercer sa main droite paralysée. C'est dans la grande revue moscovite Znamia ( Le Drapeau ) que le roman sera publié sous le titre de Stalingrad . Il jouira immédiatement d'une énorme popularité. Mais la critique off […] Lire la suite

PLISSETSKAÏA MAÏA (1925-2015)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une enfance à l’ombre des soviets »  : […] Maïa Plissetskaïa est née le 20 novembre 1925 à Moscou dans une famille de l’intelligentsia juive. Son père, Mikhaïl Plissetski, originaire de Biélorussie, est membre du parti, consul et ingénieur. Sa mère, Rakhil Messerer, née à Vilna (aujourd’hui Vilnius, Lituanie), est actrice de cinéma muet. La famille Messerer est déjà célèbre au Bolchoï : Assaf, l’oncle de Maïa Plissetskaïa, est un danseur e […] Lire la suite

PODGORNY NIKOLAÏ VIKTOROVITCH (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard FÉRON
  •  • 564 mots

Né dans une famille d'ouvriers à Karlovka près de Poltava en Ukraine, ouvrier d'usine à l'âge de quinze ans, Nikolaï Viktorovitch Podgorny adhère au Komsomol après la révolution. Il est envoyé en 1923 dans une école pour ouvriers puis obtient un diplôme d'ingénieur de l'industrie alimentaire. Il adhère au Parti communiste en 1930. Ingénieur dans une sucrerie, il est nommé en 1939 commissaire adjoi […] Lire la suite

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « Petit Père des peuples » »  : […] Dans les années d'après guerre, Staline, au faîte de son prestige, cumule les fonctions de secrétaire général du parti, de président du Conseil des ministres, de maréchal, généralissime et commandant en chef des forces armées. C'est durant ces années que le « culte de la personnalité » atteint son apogée. Le soixante-dixième anniversaire du « Petit Père des peuples », en décembre 1949, fut l'occas […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard FÉRON, « KHROUCHTCHEV NIKITA SERGUEÏEVITCH - (1894-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nikita-sergueievitch-khrouchtchev/