NEW DEAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la politique économique à la politique sociale

Désormais, le New Deal se développe dans deux directions. En premier lieu, les mesures amorcées en 1933 sont complétées et menées à leur terme. Ainsi, la monnaie, détachée de l'or dès 1933, est dévaluée officiellement au début de 1934 : le dollar nouveau est fixé à 59,06 p. 100 de sa valeur antérieure, donc dévalué de plus d'un tiers. Pour stopper l'inflation qui aurait pu en résulter, le Silver Purchase Act (1934) triple la valeur de l'argent, mais les achats de ce métal par le Trésor sont si faibles que le dollar ne bouge plus. Les prix intérieurs remontent lentement, ce qui stimule la production et la consommation. Entre-temps, en refusant toute concession à la Conférence économique internationale de Londres (1933), Roosevelt avait clairement exprimé son choix : donner la primauté au redressement intérieur par rapport à la coopération internationale. Le New Deal était sans aucun doute d'essence nationaliste.

En second lieu, l'accent est mis davantage, à partir de 1935, sur les réformes sociales à long terme. Peut-être faut-il voir dans ce changement la réponse de Roosevelt aux attaques des démagogues, ou, plus simplement, la reconnaissance implicite des difficultés rencontrées sur le plan économique. Dans son message annuel au Congrès, en 1935, il insiste sur la justice sociale et la nécessité de diminuer la misère des « sous-privilégiés ». De là, une série de mesures que l'on désigne souvent par l'appellation de second New Deal. À l'assistance jusque-là pratiquée fait suite une politique de grands travaux, prise en charge par un nouvel organisme, la Works Progress Administration (W.P.A.), avec une dotation initiale de 1 400 millions de dollars. De 1935 à 1941, plus de deux millions de travailleurs furent embauchés par la W.P.A., pour des tâches aussi diverses que la plantation d'arbres, la rénovation des villes ou la confection de guides touristiques. Une branche spéciale, la National Youth Administration (N.Y.A.), fut consacrée à l'embauche des jeunes. En dépit de fortes oppositions, le Congrès vota la loi sur la Sécurité sociale (Social Security Act) qui établissait le principe d'une retraite pour tous les Américains âgés de plus de soixante-cinq ans et d'une assurance contre le chômage. Ni la maladie, ni l'invalidité ne faisaient partie des risques couverts, mais le gouvernement fédéral faisait un premier pas sur le terrain de la protection sociale. Enfin, la loi Wagner (du nom de son promoteur, le sénateur Robert F. Wagner, de New York) légalisait les activités syndicales en renforçant la section 7 a de la N.R.A. L'existence des conventions collectives, librement négociées, était confirmée officiellement. Les mesures discriminatoires, de la part des patrons, contre les syndicats et les syndicalistes étaient sévèrement réprimées, et la juridiction relative à tous ces cas était confiée à un Bureau national du travail (National Labor Relations Board) avec des pouvoirs étendus. Désormais, le syndicalisme se développe sans entraves. Une opposition se fait jour dans la très conservatrice American Federation of Labor (A.F.L.) et donne naissance, en 1935, sous la vigoureuse impulsion de John Lewis, président de la fédération des mineurs, à une nouvelle centrale syndicale, le Congress of Industrial Organizations (C.I.O.), qui s'érige en fédération autonome en 1938.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Krach de 1929

Krach de 1929
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie

Crise de 1929

Crise de 1929
Crédits : The Image Bank

video

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  NEW DEAL  » est également traité dans :

NEW DEAL, en bref

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 342 mots
  •  • 1 média

Le New Deal (« nouvelle donne ») amorcé aux États-Unis au début de la présidence de Franklin D. Roosevelt, au printemps de 1933, est d'abord une entreprise psychologique destinée à restaurer l'image d'une Amérique capable de surmonter la crise. Mais alors que son prédécesseur, Herbert C. Hoover, voyait dans l'État un simple auxiliaire des hommes d'affaires, […] Lire la suite

BYRNES JAMES FRANCIS (1879-1972)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 344 mots

D'origine modeste, James F. Byrnes est élu, en 1910, représentant démocrate de la Caroline du Sud. En 1924, il abandonne la Chambre, se présente sans succès aux élections sénatoriales, mais prend sa revanche en 1930. Solide partisan du New Deal au cours du premier mandat de Franklin D. Roosevelt, Byrnes désapprouve ce qu'on appelle le deuxième New Deal, plus radical, condamne la campagne menée con […] Lire la suite

CRISE DES SUBPRIMES

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 5 432 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quelles voies de sortie de crise ? »  : […] La sortie de crise et l'avenir de l'économie mondiale dépendront largement des réformes et des politiques qui seront mises en œuvre. De ce point de vue, l'expérience historique est riche d'enseignements. Les économistes s'accordent en effet pour considérer que la crise qui a débuté en 2007 est la plus profonde depuis celle de 1929. Une comparaison avec les politiques menées après la grande dépres […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les inégalités de la reprise »  : […] Le président Roosevelt, dès l'inauguration de son mandat en mars 1933, affirme résolument la priorité au redressement économique national sur tous les impératifs internationaux. C'est aussi dans un cadre national que se développent les politiques de reprise des autres grands pays. L'interprétation de la reprise reste un sujet bien plus controversé que les mécanismes de crise. Mais l'issue à la dép […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « Dépression et New Deal »  : […] Cette prospérité qui semblait durable prend fin brusquement les 4 et 29 octobre 1929, par une chute spectaculaire des cours en bourse à Wall Street . Quelques craquements s'étaient déjà produits auparavant, mais personne n'en avait tenu compte. Des dizaines de millions de titres sont brusquement jetés sur le marché par des actionnaires affolés, la baisse nourrit la baisse, les banques se trouvent […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Dans le chapitre « Bilan économique au sortir de la guerre  »  : […] Conformément à la volonté du président Franklin D. Roosevelt, qui souhaitait que l’Amérique devînt le « grand arsenal de la démocratie », un effort de guerre massif est déployé à partir de 1941. La conversion de l’économie américaine en économie de guerre prend la forme d’une « économie mixte », où « l’État fédéral fortement interventionniste – le big government – collabore avec les grandes entre […] Lire la suite

FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 8 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réglementation bancaire »  : […] Les débuts de la politique du Fed ne parviennent pas à réaliser la stabilité financière espérée. Aussi bas que soient fixés les taux d'intérêt nominaux, la déflation continue des prix, qui accompagne la dépression des années 1930, accroît les taux d'intérêt réels et paralyse l'activité. Les défaillances cumulées pendant la grande crise affectent quelque 15 000 établissements, principalement des b […] Lire la suite

HOOVER HERBERT CLARK (1874-1964)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 497 mots

Après des études à Stanford (Calif.), Herbert C. Hoover devient ingénieur des mines et travaille dans l'ouest des États-Unis, puis en Australie, en Asie, en Europe, en Amérique du Sud. Il est en Chine lorsque éclate la révolte des Boxers (1900) ; il révèle alors de remarquables talents d'organisateur et met en place un organisme de secours pour les victimes des événements. Lorsque la guerre est dé […] Lire la suite

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 578 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse et sources du mouvement »  : […] Prenant conscience de la nécessité absolue de dégager leur art du provincialisme dans lequel ils se trouvaient depuis des siècles, les artistes de l'école de New York tentent de créer, à partir de la réalité et du tempérament propres à leurs pays, une tradition picturale nouvelle, à laquelle va s'ajouter et pour longtemps, « ce sentiment totalement nouveau, écrit Clement Greenberg, d'être au centr […] Lire la suite

ROOSEVELT FRANKLIN DELANO (1882-1945)

  • Écrit par 
  • Marianne DEBOUZY, 
  • Universalis
  •  • 1 309 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « Les 100 jours » »  : […] Issu d'une famille aisée, Franklin Delano Roosevelt fréquente les meilleures écoles privées, l'université Harvard puis celle de Columbia. En 1905, il se marie avec une cousine lointaine, Eleanor, nièce du président Théodore Roosevelt. Mais, à la différence de son oncle par alliance, Roosevelt est démocrate et se présente sous cette étiquette aux élections sénatoriales de l'État de New York en 191 […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 juin 2010 France. Adoption de la loi Grenelle 2

Les opposants au projet estiment que le « new deal écologique » annoncé par le président Sarkozy n'existe plus dans ce texte révisé, notamment sous la pression des nombreux lobbies.  […] Lire la suite

24-25 octobre 2007 France. Le « Grenelle de l'environnement »

Le 25, le président Sarkozy salue dans son discours de clôture l'« acte fondateur d'un New Deal écologique ». Les principales mesures annoncées sont les suivantes: arrêt de l'augmentation des capacités autoroutières et aéroportuaires au profit du rail; instauration d'une écotaxe sur le transport routier hors autoroutes; adoption de normes strictes de consommation d'énergie dans l'habitat; triplement d'ici à 2010 des surfaces dédiées à l'agriculture biologique; réduction de moitié de l'usage des pesticides en dix ans; gel des cultures O. […] Lire la suite

22 août 1996 États-Unis. Profonde réforme de la politique d'aide sociale

Cette réforme met fin à la politique d'aide aux plus démunis qui avait été mise en place lors du New Deal, dans les années 1930, et qui avait été développée sous les présidences démocrates des années 1960. Devenue un système d'assistance, celle-ci profitait à treize millions d'Américains. Le versement des prestations, qui sera désormais du ressort de chaque État, doit être strictement limité dans le temps et assorti de nombreuses restrictions et réductions de montant ainsi que de contreparties. […] Lire la suite

24 janvier 1995 États-Unis. Recentrage politique

Faisant référence au New Deal présenté par le président démocrate Franklin D. Roosevelt en 1933, il propose un « nouveau contrat social » entre l'État, qui continue à offrir des « opportunités », et le peuple, qui doit faire preuve de « responsabilité ». Il défend le rôle de l'État, principalement dans le domaine social, mais admet que celui-ci doit diminuer et que le déficit budgétaire doit être réduit. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude FOHLEN, « NEW DEAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/new-deal/