BYRNES JAMES FRANCIS (1879-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine modeste, James F. Byrnes est élu, en 1910, représentant démocrate de la Caroline du Sud. En 1924, il abandonne la Chambre, se présente sans succès aux élections sénatoriales, mais prend sa revanche en 1930. Solide partisan du New Deal au cours du premier mandat de Franklin D. Roosevelt, Byrnes désapprouve ce qu'on appelle le deuxième New Deal, plus radical, condamne la campagne menée contre la Cour suprême en 1937 et les grèves avec occupation des usines.

Nommé à la Cour suprême par Roosevelt en 1941, il n'y siège qu'un an. En 1942, il devient directeur de la Stabilisation économique, avant de prendre la tête, en 1943, de l'Office de la mobilisation de guerre qui coordonne les activités de toutes les agences fédérales chargées de la production et de la répartition des approvisionnements civils. Alors qu'il s'est toujours opposé à l'extension des pouvoirs de l'État, Byrnes est l'un des « tsars » de l'économie américaine. Son poids dans le gouvernement est tel qu'en 1944 on songe un moment à lui pour le poste de vice-président.

Dès que Truman accède au pouvoir suprême, il fait appel à Byrnes pour occuper les fonctions de secrétaire d'État. De 1945 à 1947, Byrnes voyage beaucoup, organise la résistance diplomatique à ce qu'il désigne sous le terme d'expansionnisme soviétique. On lui reproche quelquefois d'être trop intransigeant : il exige et obtient en 1947 la démission d'Henry Wallace, secrétaire au Commerce, jugé trop « mou ». Cette même année, il quitte le département d'État, retourne en Caroline du Sud où, en 1950, il se fait élire gouverneur, après avoir dénoncé les excès dirigistes du président Truman et les bénéficiaires du système : les Noirs. En 1952, il se rallie à la candidature du républicain Eisenhower, puis, en 1960, à celle de Nixon et, en 1964, à celle de Goldwater. Son dernier combat politique est dirigé contre la désagrégation et le welfare.

—  André KASPI

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BYRNES JAMES FRANCIS (1879-1972)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 312 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Création du Parti socialiste unifié »  : […] À partir du printemps de 1946, le climat international se détériora : l'Allemagne devenait progressivement un enjeu de la rivalité entre l'U.R.S.S. et les Anglo-Saxons. Molotov en juillet 1946, Byrnes, en septembre, se prononçaient l'un et l'autre en faveur de la reconstruction d'une Allemagne unifiée et démocratique ; mais il était clair que les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-republique-democratique-allemande/#i_14232

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Le problème allemand »  : […] Malgré le désaccord sur l'Europe orientale, malgré des malentendus avivés par la différence des idéologies, l'entente des vainqueurs se serait peut-être maintenue si, très vite, ils ne s'étaient pas opposés sur le sort de l'Allemagne. À Yalta, il avait été question de la démembrer, de rétablir l'indépendance de la Bavière, de la Saxe, du Hanovre, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_14232

Pour citer l’article

André KASPI, « BYRNES JAMES FRANCIS - (1879-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-francis-byrnes/