NAXOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située au centre de l'archipel des Cyclades, qui assure en mer Égée un cabotage aisé entre l'Europe et l'Asie, Naxos en est la plus grande île (430 km2) et l'une des plus fertiles : la côte ouest, ouverte sur le détroit de 4 km qui la sépare de Paros, offre une plaine que surplombe un étagement de collines cultivées en terrasses. C'est là que l'habitat est concentré depuis l'Antiquité : au-delà de l'arête montagneuse nord-sud qui culmine au mont Zas (1 004 m), plus haut sommet des Cyclades, la côte est et les pointes nord et sud de l'île sont abruptes et presque désertes. Aux cultures méditerranéennes traditionnelles (vigne et olivier) viennent s'ajouter ici celle des céréales, ainsi que l'élevage des bovins. Naxos doit à cette relative richesse agricole de n'avoir pas connu de dépopulation massive depuis la Seconde Guerre mondiale : à l'économie de subsistance traditionnelle a succédé depuis les années 1980 une économie touristique florissante qui a stabilisé la population autour de 16 000 habitants. Ces données naturelles favorables expliquent l'importance de Naxos dans la civilisation grecque depuis la protohistoire, comme les fouilles entreprises depuis les années 1960 ne cessent de le révéler.

Grèce : carte administrative

Carte : Grèce : carte administrative

Carte administrative de la Grèce. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Naxos, Grèce

Photographie : Naxos, Grèce

Vue du port et de la ville de Naxos sur l'île grecque du même nom, dont l'aspect architectural, avec ses constructions massives à deux ou trois niveaux, se distingue de celui des autres îles de l'archipel cycladique. 

Crédits : Loop Images/Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

Naxos aux IIIe et IIe millénaires avant J.-C.

Selon la tradition mythologique grecque, l'île a d'abord été habitée par des Thraces, peuplade barbare établie dans les Balkans (Bulgarie actuelle), puis par des Cariens venus d'Asie Mineure, dont le chef donna son nom à l'île, enfin par des Grecs Ioniens, au début du Ier millénaire avant J.-C. Les fouilles et – plus encore – les trouvailles fortuites faites dans le sud de l'île et dans les îlots qui lui font face au sud-est (Kéros, Couphonissia) montrent que cette zone a joué un rôle majeur dans l'essor de la civilisation dite cycladique durant la période du bronze ancien (3200-2000 avant J.-C.). Les tombes de Grotta et d'Aplomata, de Louros, de Spédos et d'Acrotiri, ainsi que l'habitat de Panormos ont fourni un matériel de référence pour la production la plus caractéristique de cette civilisation : les « idoles » en marbre, dont la chronologie est encore floue. Quelle que soit leur signification, elles révèlent pour la première fois dans l'aire égéenne, entre 2700 et 2100 avant J.-C. un travail du marbre et une élaboration stylistique qui préfigurent ce qui sera, deux mille ans plus tard, la sculpture grecque : une figuration en marbre très stylisée, d'un petit nombre de types, à l'exception de quelques statuettes plus particulières, notamment de musiciens. Cette formalisation rigoureuse, qui confine à l'abstraction, ne doit pas leurrer, cependant : comme plus tard, la polychromie rapprochait ces statuettes de la réalité en animant leurs volumes de détails colorés aujourd'hui effacés. Il n'est d'ailleurs pas exclu que les vases de marbre dont nous apprécions les volumes épurés aient été eux aussi rehaussés de motifs, à l'instar de la céramique, qui pratique toutefois un décor incisé et non peint. Le musée archéologique de Naxos, installé dans un vaste pensionnat construit par les jésuites au xviie siècle, présente la plus riche collection d'objets de la civilisation cycladique, après celles du Musée national et du musée Goulandris d'Athènes.

Statuette en marbre, Naxos

Photographie : Statuette en marbre, Naxos

Statuette en marbre, caractéristique de la civilisation dite cycladique. Naxos (entre 3200 et 2000 av. J.-C.). Ashmolean Museum, Oxford, Grande-Bretagne 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La période mycénienne (1600-1100 avant J.-C.), moins brillante, est marquée par une concentration de l'habitat en quelques points de l'île, notamment au pied nord de l'acropole de la cité grecque ultérieure. Les vases à décor peint trouvés là dans les tombes s'inspirent du style mis au point sur le continent : les motifs végétaux et animaux (poissons et poulpes), de plus en plus stylisés, sont prépondérants, la figure humaine, très rare. Naxos, qui avait été peut-être le foyer de la civilisation cycladique du IIIe millénaire, n'est plus alors qu'un centre secondaire parmi bien d'autres, prospère mais sans originalité, du moins dans l'état de nos connaissances, fondées sur le matériel des tombes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Naxos, Grèce

Naxos, Grèce
Crédits : Loop Images/Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Statuette en marbre, Naxos

Statuette en marbre, Naxos
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sphinx des Naxiens

Sphinx des Naxiens
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  NAXOS  » est également traité dans :

CYCLADES ART ET ARCHÉOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude POURSAT, 
  • René TREUIL
  •  • 4 765 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des origines au Cycladique ancien ( ?  - 1950 av. J.-C.) »  : […] L'absence de peuplement paléolithique s'explique très probablement par l'incapacité où se trouvent les populations du continent de franchir les distances qui les séparent des îles. L' obsidienne de Mélos apparaît pourtant à la fin de la période en Argolide, ce qui implique nécessairement la connaissance de la navigation : l'île elle-même, malgré cela, ne semble pas encore peuplée. C'est à Kythnos, […] Lire la suite

DÉLOS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 191 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le sanctuaire d'Apollon »  : […] Délos doit sa fortune antique au fait d'avoir été le théâtre d'un mythe majeur, que raconte l' Hymne homérique à Apollon , poème archaïque anonyme : Létô, engrossée par Zeus et de ce fait en butte à la vindicte d'Héra, son épouse, parvient à persuader Délos, île errante et désolée, de l'y laisser accoucher, ce qui lui procurera à jamais renommée et prospérité, car on y viendra de partout adorer Ap […] Lire la suite

ÉGÉE MER

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL
  •  • 2 869 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le désenclavement insulaire »  : […] Cette multiplication des moyens de transport n'a pas toujours enrayé la véritable hémorragie humaine dont le monde insulaire égéen a souffert, après avoir été une terre d'accueil et d'éclosion de civilisations. En quarante ans, de 1928 à 1971, les Cyclades et les îles de l'Égée orientale avaient perdu un tiers de la population originelle. Mais la multiplication des transports a souvent freiné ou i […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 408 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'ordre ionique et ses variantes : l'éolique et le corinthien »  : […] S'il est plus facile de définir l'ordre ionique négativement et par contraste avec l'ordre dorique que par lui-même, c'est qu'il est beaucoup moins précisément codifié que ce dernier – et aussi beaucoup moins bien connu : l'architecture ionique a connu des vicissitudes qui ont entravé son développement et gravement compromis la conservation de ses vestiges. En Asie Mineure, après un premier esso […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « NAXOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/naxos/