NAVIRESHydrodynamique navale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'hydrodynamique navale, qui traite des rapports du navire avec l'eau qui l'entoure, constitue sans nul doute l'une des disciplines fondamentales que doit maîtriser l'architecte naval au moment d'élaborer un nouveau projet. Ces rapports conditionnent en effet très directement non seulement les formes et les dimensions principales de la carène, mais aussi la puissance de l'appareil propulsif, celle de l'appareil à gouverner, l'échantillonnage de la charpente... Les enseignements de l'hydrodynamique navale sont également utiles au marin qui doit pouvoir diriger son bâtiment quels que soient l'état de la mer et les obstacles à éviter.

Si ses origines sont donc aussi anciennes que les navires eux-mêmes, l'hydrodynamique navale ne s'est toutefois établie comme science qu'à partir du xviiie siècle. Elle eut alors la bonne fortune d'intéresser des savants aussi prestigieux qu'Euler, Bernoulli, Bouguer, d'Alembert ou Condorcet. Entre autres problèmes, ils se posèrent évidemment celui de la résistance à l'avancement des vaisseaux, non pas tant d'ailleurs pour prévoir les performances d'un navire en construction, que pour trouver une carène de navire de moindre résistance qui, selon les idées émises par Newton dans ses Principes, devait nécessairement être de formes géométriques simples. Les connaissances sur les causes de la résistance faisant alors à peu près complètement défaut, on entreprit des études expérimentales en remorquant, sur des bassins existants, des modèles réduits très schématiques. Les travaux les plus intéressants furent exécutés en Angleterre par Fortney et Beaufoy, en Suède par Chapman, qui fut un éminent architecte naval, et surtout en France. D'Alembert, Condorcet et l'abbé Bossut notamment exécutèrent en 1775, à la demande de Turgot, des essais tendant à évaluer l'augmentation de la résistance lors du passage d'un bateau en canal (cf. gravure). Quant à Romme, il fut l'un des rares à exécuter des essais sur une maquette conforme à un vaisseau réel, l'Illustre (Rochefort, 1785).

Quelques-uns, Euler entre autres, pressentaient déjà le rôle que pourraient [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Médias de l’article

Résistance hydrodynamique de navires

Résistance hydrodynamique de navires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Transports : navigation sous-marine

Transports : navigation sous-marine
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Aéroglisseur

Aéroglisseur
Crédits : Triple H Images/ Shutterstock.com

photographie

Résistance aux vagues d'un navire rapide

Résistance aux vagues d'un navire rapide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 9 médias de l'article





Écrit par :

  • : ingénieur général de l'armement (génie maritime), expert agréé par la Cour de cassation, membre de l'Académie de marine

Classification


Autres références

«  NAVIRES  » est également traité dans :

NAVIRES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 1 092 mots

Est-il un objet sorti de la main de l'homme qui, plus que le navire, ait fait progresser la connaissance du monde où nous vivons, et le développement de son économie ? Sans remonter jusqu'à l'Arche de Noé qui aurait sauvé l'humanité du Déluge, Christophe Colomb aurait-il découvert l'Amérique s'il n'avait disposé de caravelles pouvant affronter les océans ? Et les navires d'aujourd'hui ne transport […] Lire la suite

NAVIRES - Architecture navale

  • Écrit par 
  • Michel BENICOURT, 
  • Raymond SERVIÈRES
  •  • 5 289 mots
  •  • 5 médias

L'architecture navale est l'art de concevoir des navires répondant à des programmes imposés. Les armateurs de navires marchands et les états-majors des marines de guerre fixent les programmes ; les architectes navals établissent les plans des navires susceptibles de permettre l'exécution de ces programmes dans les meilleures conditions possibles de coût et d' […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de commerce

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 9 540 mots
  •  • 9 médias

Près de 90 p. 100 du commerce mondial s'effectue par voie de mer, ainsi que plus de 40 p. 100 du commerce intérieur de l'Union européenne, qui transporte chaque année sur ses navires 350 millions de passagers. C'est dire toute l'importance du transport maritime dans l'économie mondiale et, comme corollaire, l'importance des navires qui assurent ce transport […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de guerre

  • Écrit par 
  • Régis BEAUGRAND, 
  • André BERNARDINI, 
  • Jean LE TALLEC, 
  • Marc MENEZ, 
  • Jean TOUFFAIT
  •  • 12 476 mots
  •  • 10 médias

Un navire de guerre, ou navire de combat, doit remplir des missions bien précises et parfois multiples, comme la dissuasion, la projection de forces vers la terre, la protection d'autres navires militaires ou de convois civils, le renseignement, la surveillance... ; il doit aussi faire face à certaines menaces : avions, mis […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de plaisance

  • Écrit par 
  • Jean-Charles NAHON
  •  • 4 816 mots
  •  • 1 média

La mer a de tout temps attiré l'homme. Toutefois, pendant des millénaires, l'accès à ce milieu était limité par l'hostilité, les dangers et les mystères des océans. La navigation était alors restreinte à des usages commerciaux (pêche, transport) ou à l'expression de la puissance des nations. Jusqu'à une époque récente, seuls certains privilégiés ou passionnés se risquaient en mer pour leur plaisir […] Lire la suite

NAVIRES - Construction navale

  • Écrit par 
  • Boris FEDOROVSKY
  •  • 2 818 mots
  •  • 6 médias

Utilisé depuis des temps immémoriaux pour le transport des hommes et des marchandises, ou encore comme engin de combat, le navire a connu des évolutions lentes jusqu'à l'apparition de la machine à vapeur et de la construction mécanique, et ce n'est guère qu'au milieu du xix e  siècle que la construction navale est devenue progressivement une véritable industrie. L'activité de construction est, […] Lire la suite

BRICK

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 72 mots

Apparu après 1750, le brick est un petit navire de guerre à voile, son importance étant désignée par le nombre de bouches à feu : brick de douze, de dix-huit canons... Gréé en voiles latines sur deux mâts, il peut devenir un voilier très fin, le brick-aviso, destiné aux missions rapides. Le brick de charge, également connu, sera remplacé vers la fin du xix e  siècle par le brick-goélette. […] Lire la suite

BRUNEL MARC ISAMBARD (1769-1849) et ISAMBARD KINGDOM (1806-1859)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 004 mots

Marc Isambard Brunel, le père, ingénieur français émigré, est né le 25 avril 1769 à Hacqueville (Eure) et mort le 12 décembre 1849 à Londres. Après avoir passé six années dans la marine, il rentre en France en 1793, en pleine période de la Terreur. Ses sympathies royalistes l'obligent rapidement à s'exiler aux États-Unis. Devenu ingénieur en chef de la ville de New York, il édifie de nombreux bât […] Lire la suite

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 523 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Les carburants lourds »  : […] Encore appelés « carburants marine », les carburants lourds sont utilisés dans des moteurs Diesel servant à la propulsion des gros navires et développant des puissances comprises entre 2 000 et 50 000 kilowatts. Ils se répartissent en deux grandes catégories : les « distillats » et les « résidus ». Les premiers, plus nobles, sont réservés à l'alimentation des bateaux d'un tonnage moyen, tandis que […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Techniques »  : […] La science, qui a pour objet le savoir, et la technique, tournée vers les applications concrètes, s'appuient fréquemment l'une sur l'autre. Dans le monde chinois, ces deux domaines complémentaires ont toujours été remarquablement solidaires, mais ce pourrait être une erreur d'interpréter ce fait comme une donnée proprement chinoise. L'Occident et la Chine n'ont pas connu des modes de développement […] Lire la suite

CLASSIFICATION SOCIÉTÉS DE

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 725 mots

C'est à Londres, au milieu du xviii e  siècle, que des assureurs maritimes ont ressenti pour la première fois le besoin de s'appuyer sur une société indépendante pour évaluer la solidité des navires qu'ils garantissaient. Un premier registre de navires classés, le Lloyd's Register Book, fut publié pour les années 1764-1765 et 1766. En près de deux siècles et demi, les sociétés de classification […] Lire la suite

CORVETTE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 80 mots

Construite au xvii e siècle, la corvette devrait son nom au corbita de la marine antique. De fines proportions, armée et gréée comme la frégate, mais ne dépassant pas une vingtaine de mètres, elle assure, dans l'escadre, des missions de reconnaissance, de transmission, de répétition de signaux. À partir de 1750, la corvette prend de plus grandes proportions et devient vaisseau de ligne. En 1773, […] Lire la suite

NAVIGATION MARITIME

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 608 mots
  •  • 11 médias

L'histoire de la navigation, essentiellement liée à l'histoire de la civilisation et aux découvertes géographiques, retrace les étapes de la conquête de la mer par l'homme et en explique les raisons : l'attrait de l'aventure et le goût du risque, les impératifs géographiques qui, dès l'Antiquité, « jettent » vers la mer les peuples des côtes, la recherche du profit qu'illustre le développement d […] Lire la suite

DROMON

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 189 mots

Le dromon est, à peu de chose près, une réplique byzantine de la trière gréco-romaine ; Léon VI, empereur de Byzance au ix e siècle, décrit ce navire monté par cent rameurs (cinquante de chaque bord, sur deux étages). À la différence, néanmoins, de la trière, le dromon est gréé en voile latine, à un ou deux mâts ; éventuellement, il sera pourvu de châteaux. Navire de guerre par excellence, il a s […] Lire la suite

FLÛTE, navire

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 81 mots

Lourd bateau à voiles, d'origine hollandaise, destiné aux transports de marchandises. Étienne Cleirac mentionne la flûte dans ses Termes de marine (1634) et Colbert évoque les flûtes « à grand ventre », de 300 à 500 tonneaux, « navigués par peu d'hommes vers les Indes orientales ». Un bâtiment de guerre, transformé en navire de commerce, mais conservant une partie de ses bouches à feu disposées s […] Lire la suite

FORAGES

  • Écrit par 
  • Didier BRIGANT, 
  • Alexandre LEBLOND
  •  • 5 310 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Forages en mer »  : […] Les procédés de forage en mer diffèrent peu des techniques utilisées à terre, mais l'environnement marin exige un matériel spécialisé et entraîne des services particuliers. Suivant la profondeur de la tranche d'eau et l'agitation de la mer, on utilise : des barges à fond plat coulées (marigots du Texas) ; des barges auto-élévatrices (tranche d'eau de 20 à 80 m) munies de piles qui peuvent prendre […] Lire la suite

FRANCE, paquebot

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 414 mots

Le 11 mai 1960, après quatre ans de travaux et pour un coût de construction et d'équipement de 418 millions de francs, le paquebot France , d'une capacité de 2 040 passagers, est baptisé par M me de Gaulle, au chantier de Penhoët (Société des chantiers de l'Atlantique). Le fleuron de la Compagnie générale transatlantique effectue le 19 janvier 1962 sa première traversée de l'océan, inaugurant la […] Lire la suite

FRÉGATE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 166 mots

Le nom de ce navire léger est emprunté, selon Jal, à un bateau antique, l' aphractum . Il apparaît au xiv e  siècle, dans une lettre de la reine Jeanne, comtesse de Provence, à Bertrand de Grasse (1362). De la famille des galères, la frégate est alors une chaloupe montée par douze rameurs. On lui demande d'éclairer la marche d'une escadre, de faire le guet à la recherche de l'ennemi, de transmettr […] Lire la suite

GALION

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 179 mots
  •  • 1 média

Apparu au xv e  siècle, le galion tient de la nef et de la galère. Si le rapport entre la largeur et la longueur d'un vaisseau rond est de 1 à 3, il devient, sur le galion, de 1 à 4 ou 5 ; il est aussi long que la galère dont il conserve, par ailleurs, l'éperon à l'étrave. François I er fait ainsi construire des « nefs-galères » ou « galliaces ». Et de nombreux galions figurent dans l'Invincible […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge BINDEL, « NAVIRES - Hydrodynamique navale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-hydrodynamique-navale/