RÉPÉTITIVE MUSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La musique répétitive désigne un courant qui apparaît aux États-Unis au début des années 1960. Ses principaux représentants sont les Américains Terry Riley (né en 1935), La Monte Young (né en 1935), Steve Reich (né en 1936) et Philip Glass (né en 1937). Les débuts de la musique répétitive sont marqués par la découverte des musiques extra-européennes : Steve Reich a étudié les percussions africaines, La Monte Young a pris des leçons de chant hindou.

Comme son nom le suggère, cette musique est fondée sur la répétition de très courts motifs mélodiques, harmoniques ou rythmiques, voire sur la répétition d'un son unique. Caractérisée par une extrême économie de moyens et par une structure intentionnellement simple, la musique répétitive est en fait une branche d'un mouvement plus large, le minimalisme.

Même si elle n'est pas toujours entièrement écrite et si elle peut comporter une part d'improvisation, la musique répétitive s'inscrit malgré tout en réaction contre l'indétermination de John Cage et contre l'approche conceptuelle du courant sériel des années 1950 et 1960 ; elle marque par ailleurs le retour à la tonalité.

Au début des années 1960, les compositeurs « répétitifs », qui ont commencé à travailler sur la boucle magnétique, comprennent vite l'intérêt d'exploiter le déphasage graduel de deux ou plusieurs bandes magnétiques initialement alignées à l'unisson. Dans It's Gonna Rain (1965) et Come out (1966), Reich travaille sur ce processus de déphasage d'un motif mélodique extrêmement simple et en explore toutes les possibilités d'agencement. It's Gonna Rain part d'un prêche enregistré sur bande ; Reich en a isolé quelques syllabes et ce fragment, mis en boucle, est passé simultanément sur deux magnétophones tournant à des vitesses légèrement différentes.

Par cette technique de déphasage, les compositeurs redécouvrent des procédés traditionnels d'écriture comme l'imitation, la superposition, le tuilage, le développement par augmentation ou encore le canon.

Cette recherche d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  RÉPÉTITIVE MUSIQUE  » est également traité dans :

MUSIQUES MINIMALISTES ET RÉPÉTITIVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 857 mots

1935-1937 Les quatre pionniers des musiques minimalistes et répétitives, tous américains, naissent dans un laps de temps d'un an et demi : Terry (Mitchell) Riley le 24 juin 1935, à Colfax, en Californie ; La Monte (Thornton) Young le 14 octobre 1935, à Bern, dans l'Idaho ; Steve (Stephen Michael) Reich le 3 octobre 1936, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-minimalistes-et-repetitives-reperes-chronologiques/#i_15210

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • André GAUTHIER
  •  • 3 964 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Modernisme et tradition »  : […] de la peinture américaine dans une dimension acoustique qui lui serait comparable. Considéré à ce titre comme pionnier de l'école répétitive, il a poursuivi ses travaux sur le son et la perception du temps à travers quelques réalisations comme A Rainbow in the Curved Air (1969), pour soprano, orgue et enregistrements reposant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-musique/#i_15210

GAGNEUX RENAUD (1947-2018)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 645 mots

Né à Paris le 15 mai 1947, le compositeur français Renaud Gagneux étudie le piano avec Alfred Cortot (1961-1962) ; puis, entre 1966 et 1972, il est l'élève, pour la composition, de Dutilleux à l'École normale de musique de Paris, de Stockhausen à Cologne, de Jolivet et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaud-gagneux/#i_15210

GLASS PHILIP (1937-    )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 511 mots
  •  • 1 média

Le compositeur américain Philip Glass naît le 31 janvier 1937 à Baltimore. Son père, disquaire et réparateur de radio, initie le jeune Philip à la musique en lui faisant écouter de nombreux disques. À l'âge de huit ans, il commence à étudier la flûte au Peabody […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-glass/#i_15210

ILLUSIONS AUDITIVES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RISSET, 
  • David WESSEL
  •  • 3 856 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La restitution perceptive des sons »  : […] Il n'y a guère eu d'étude scientifique des répétitions non verbales. Mais certains compositeurs, comme Terry Riley et Steve Reich, ont fait appel à des structures rythmiques et mélodiques très répétitives. Peut-être l'attrait qu'exerce cette musique est-il en partie lié aux mécanismes perceptifs qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusions-auditives/#i_15210

IN C (T. Riley)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 266 mots

Nourrie de la contre-culture californienne, s'inscrivant contre le sérialisme totalitaire prôné par Arnold Schönberg ou Pierre Boulez, la musique minimaliste – à laquelle se rattache le courant répétitif – naît au début des années 1960 aux États-Unis. Composée et créée à San […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/in-c/#i_15210

MINIMALISME, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 384 mots

Très rapidement, le vocable « minimaliste » fut aussi utilisé pour caractériser les musiques dites répétitives, ce qui n'a rien d'étonnant car ce terme recouvre un certain nombre de spécificités techniques et esthétiques communes à ces deux courants : matériau musical limité au minimum, harmonies simples se réclamant de la tonalité (et/ou de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/minimalisme-musique/#i_15210

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 043 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les musiques répétitives »  : […] Développé aux États-Unis, le courant dit « répétitif » est sous bien des aspects un retour à la tradition (utilisation de la consonance, de la répétition, d'un rythme régulièrement pulsé, et du son instrumental pur et non « bruitiste »). Mais il se veut aussi une nouvelle manière de penser la musique, non comme enchaînement de séquences contrastées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-l-evolution-de-la-musique-depuis-1945/#i_15210

MUSIQUE TECHNO

  • Écrit par 
  • Vincent BRUNNER
  •  • 1 986 mots

Dans le chapitre « La naissance aux États-Unis de la house et de la techno »  : […] une musique de danse (dance-music en anglais) mais synthétique, la house est basée sur un rythme répétitif. Ses inventeurs ont sans doute été disc-jockeys (DJ), comme l'Américain Larry Levan ou le Français François Kevorkian qui, à la fin des années 1970, ont ajouté du rythme sur des titres de disco. Néanmoins, « officiellement », c'est à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-techno/#i_15210

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 142 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Minimalisme « new age » »  : […] Reflet fidèle de l'évolution des styles musicaux, l'opéra n'a pas échappé au courant de la musique répétitive, mais force est de constater que les nébuleuses d'un Philip Glass (The Voyage, 1992) créent surtout un statisme antidramatique, dont les épigones postmodernes sont encore moins convaincants ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-pelleas-a-nos-jours/#i_15210

REICH STEVE (1936-    )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 828 mots

Dans le chapitre « Une ascèse sophistiquée »  : […] Les œuvres de jeunesse de Steve Reich laissent entrevoir, derrière le dépouillement et l'austérité, une idée fortement orientée sur la pulsation et la répétition de motifs. Apparaît également la technique du déphasage, consistant en un décalage dans le temps d'une voix par rapport à une autre, contrepoint générateur d'effets saisissants, canon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steve-reich/#i_15210

RILEY TERRY (1935-     )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 226 mots

Le compositeur américain Terry Riley est, avec La Monte Young, Philip Glass et Steve Reich, un des quatre grands pionniers du courant répétitif-minimaliste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terry-riley/#i_15210

ROCK PLANANT

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du rock planant au space rock »  : […] Les compositeurs répétitifs minimalistes américains travaillent sur le même concept en utilisant les bandes magnétiques (It's Gonna Rain, de Steve Reich, 1965) puis la lutherie traditionnelle (Piano Phase, pour deux pianos ou deux marimbas, Violin Phase, pour un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rock-planant/#i_15210

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « RÉPÉTITIVE MUSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-repetitive/