GLASS PHILIP (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur américain Philip Glass naît le 31 janvier 1937 à Baltimore. Son père, disquaire et réparateur de radio, initie le jeune Philip à la musique en lui faisant écouter de nombreux disques. À l'âge de huit ans, il commence à étudier la flûte au Peabody Conservatory of Music de sa ville natale. De 1952 à 1956, il suit des cours de philosophie, de piano et de mathématiques à l'université de Chicago. Élève de la classe de composition de William Bergsma et de Vincent Persichetti à la Juilliard School of Music de New York, il en sort diplômé en 1961 ; il travaille également avec Darius Milhaud et, en France, avec la célèbre pédagogue Nadia Boulanger, de 1963 à 1965. Dès cette époque, Glass compose. Ses premières pièces sont largement méconnues ; on signalera un Quatuor, un Essay for orchestra, un Sextet pour cuivres, une Sérénade pour flûte... La liste en est impossible à dresser car le compositeur a renié toutes les partitions composées avant 1965 et il refuse même qu'on les joue ou qu'on les enregistre : Glass n'a par exemple jamais autorisé ses amis du Quatuor Kronos à enregistrer son premier Quatuor ; ceux-ci devront se contenter, en 1993, d'enregistrer l'intégrale de sa production en commençant par le deuxième.

Philip Glass

Photographie : Philip Glass

Le compositeur américain Philip Glass. 

Crédits : Lynda Stone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les années suivantes sont capitales pour l'élaboration de son esthétique et pour son évolution tout simplement humaine. En 1965, il rencontre à Paris le célèbre compositeur et joueur virtuose de sitar indien Ravi Shankar. Celui-ci lui demande de le seconder sur une partition qu'il doit éditer pour le film Chappaqua ; il s’agit d’un travail de notation et de complément musical. À la demande de Shankar, Glass intègre dans la partition des passages de son propre cru. Cette collaboration lui donnera par la suite l'occasion d'étudier la musique indienne avec ce maître.

Vient l'époque des voyages : en Inde, en Afrique, en Asie centrale ; il s’agit en quelque sorte du complément pratique, en prise directe avec d'autres cultures, des études occidentales. Afin de jouer et de faire connaître sa musique, il forme son ensemble instrumental, le Philip Glass Ensemble, qui voit le jour en 1968 ; il met à son répertoire des pièces hypnotiques, répétitives, austères, écrites dans un langage tonal : Music in Contrary Motion (1969), Music in Fifths (1969), Music With Changing Parts (1970) et, le chef-d'œuvre, Music in Twelve Parts (1974), composition fleuve d'une durée supérieure à trois heures. Sa technique d'écriture, librement inspirée par la musique indienne, procède par additions de motifs harmoniques répétés. Ses œuvres sont interprétées sur des instruments amplifiés (flûtes, saxophones, orgue électronique, synthétiseur, voix), la console de mixage étant traitée comme un instrument à part entière ; les musiciens sont assis à même le sol. Michael Riesman, aux claviers et à la direction, ainsi que l'ingénieur du son Kurt Munkacsi vont demeurer ses collaborateurs fidèles. Glass commence à être de plus en plus connu ; de nombreux concerts, des pièces écrites pour la compagnie de théâtre expérimental Mabou Mines rencontrent un public varié et enthousiaste.

En 1976, l'opéra Einstein on the Beach, fruit d'une collaboration avec le metteur en scène Bob Wilson, est créé au festival d'Avignon le 25 juillet avant de faire le tour du monde, avec deux représentations en novembre au Metropolitan Opera de New York. il s’agit d’une nouvelle conception de l'opéra, bousculant la narration traditionnelle, illustrant une succession de tableaux par un déferlement de musique extatique. Glass travaillant souvent par cycles de trois œuvres, cet opéra sera suivi de deux autres « portraits ». Si Einstein on the Beach symbolise la science, l'opéra Satyagraha (1980) illustre le rôle politique de Gandhi et le troisième, Akhnaten (1983), la religion. Le compositeur collabore, entre autres, avec les chorégraphes Twyla Tharp et Lucinda Childs : les partitions Dances (1979) et In the Upper Room (1986) sont représentatives des facultés visuelles et novatrices de sa musique.

Peu à peu, son écriture se fluidifie, et, se tournant vers les formations traditionnelles, Glass ne ressent plus le besoin de provoquer. Ses œuvres symphoniques mélangent allègrement ses techniques fondées sur la répétition, son lyrisme, son goût pour la mélodie, son sens des couleurs. En 1987, une commande de l'orchestre de Cleveland lui permet d'écrire The Light ; une autre œuvre pour orchestre, The Canyon (1988), le confirme dans la tradition symphonique américaine ; Itaïpu (1989), pour chœur et orchestre, dénonce, en citant les textes sacrés de la tribu indienne des Guarani, le choc entre la technologie et la nature. Le Concerto pour violon (1987) met en œuvre des matériaux tirés de l'opéra Einstein, et emporte l'auditeur vers un ailleurs grâce à une série d'harmonies, de rythmes, de mélodies tourbillonnantes à l'infini.

Parmi ses nombreuses musiques de film, citons la collaboration fructueuse avec le cinéaste Godfrey Reggio (Koyaanisqatsi, 1982 ; Powaqqatsi, 1988 ; Anima Mundi, 1992 ; Naqoyqatsi, 2002). Viennent ensuite le magnifique Mishima, A Brief History of Time (1985) de Paul Schrader, le documentaire The Thin Blue Line (1988) d'Errol Morris, The Secret Agent de Christopher Hampton (1996, d'après l'œuvre de Joseph Conrad), Kundun (1997) de Martin Scorsese, The Truman Show (1998) de Peter Weir, The Hours (2003) de Stephen Daldry ou Le Rêve de Cassandre (2007) de Woody Allen.

Glass est également directeur du label discographique Point Music Records, qui a pour vocation de faire connaître à un vaste public de nouveaux compositeurs, d'une maison de production, d'une société d'édition musicale et d'un studio d'enregistrement, le Looking Glass Studio. Avec des thèmes tirés d'albums de David Bowie et Brian Eno, il a déjà signé une Low Symphony (1992) et une Heroes Symphony (1996).

En 1992, son opéra The Voyage, une commande du Metropolitan Opera, est présenté à l'occasion du cinq centième anniversaire de l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique. Une nouvelle trilogie (1992-1996) est fondée sur l'œuvre de Jean Cocteau ; elle « transforme » le film La Belle et la Bête en opéra-cinéma (la bande-son du film ayant été complètement éliminée, l'opéra, composé avec le dialogue original, est joué pendant que l'on projette le film ; les voix sont synchronisées avec le mouvement de lèvres des acteurs pour un effet des plus saisissants), le scénario des Enfants terribles en spectacle de théâtre et de danse tandis que le scénario d'Orphée sert de base pour le livret d'un opéra de chambre.

Les années 2000 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GLASS PHILIP (1937- )  » est également traité dans :

CHILDS LUCINDA (1940- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 456 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La danse en miroir »  : […] Ce miroitement, dû à la démultiplication de l'image par fragmentation, trouvera son aboutissement en 1979 avec Dance . Cette pièce, allie une partition de Philip Glass, un des pionniers de la musique répétitive et, un film projeté sur des tissus flottants de Sol LeWitt. Ce film n'est autre que la pièce de Childs reprise sous différents angles, tant et si bien que le spectateur a l'impression étra […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • André GAUTHIER
  •  • 3 964 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Minimalisme et éclectisme »  : […] Le minimaliste a marqué la musique américaine dès le début des années 1960 avec une série de règles implicites : centre d'attraction tonal, grandes structures, petits éléments mélodiques en générant de nouveaux, pulsations rythmiques régulières comme principe unificateur du langage... Le plus important compositeur de cette école, Steve Reich (né en 1936), a cependant dépassé la technique de déph […] Lire la suite

MUSIQUES MINIMALISTES ET RÉPÉTITIVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 857 mots

1935-1937 Les quatre pionniers des musiques minimalistes et répétitives, tous américains, naissent dans un laps de temps d'un an et demi : Terry (Mitchell) Riley le 24 juin 1935, à Colfax, en Californie ; La Monte (Thornton) Young le 14 octobre 1935, à Bern, dans l'Idaho ; Steve (Stephen Michael) Reich le 3 octobre 1936, à New York ; Philip Glass le 31 janvier 1937, à Baltimore, dans le Maryland. […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

RÉPÉTITIVE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 657 mots

La musique répétitive désigne un courant qui apparaît aux États-Unis au début des années 1960. Ses principaux représentants sont les Américains Terry Riley (né en 1935), La Monte Young (né en 1935), Steve Reich (né en 1936) et Philip Glass (né en 1937). Les débuts de la musique répétitive sont marqués par la découverte des musiques extra-européennes : Steve Reich a étudié les percussions afric […] Lire la suite

WILSON ROBERT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 794 mots

1941 Le 4 octobre, naissance de Robert Wilson à Waco, Texas. 1962 Fréquente la scène artistique new-yorkaise. Travaille avec des enfants handicapés. 1963 Étudie la peinture avec George McNeil à Paris. 1968 Crée la Byrd Hoffman School of Byrds. 1969-1973 Premières mises en scènes à New York : The King of Spain , et The Life and Times of Sigmund Freud . 1971 Le Regard du sourd (Festival mond […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick WIKLACZ, « GLASS PHILIP (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-glass/