MUSIQUES MINIMALISTES ET RÉPÉTITIVES(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 1935-1937 Les quatre pionniers des musiques minimalistes et répétitives, tous américains, naissent dans un laps de temps d'un an et demi : Terry (Mitchell) Riley le 24 juin 1935, à Colfax, en Californie ; La Monte (Thornton) Young le 14 octobre 1935, à Bern, dans l'Idaho ; Steve (Stephen Michael) Reich le 3 octobre 1936, à New York ; Philip Glass le 31 janvier 1937, à Baltimore, dans le Maryland.

  • 15 février 1947 John (Coolidge) Adams naît à Worcester, dans le Massachusetts.

  • 1959 Terry Riley fait à Berkeley la connaissance de La Monte Young, dont la musique repose plus sur des harmonies statiques et une dynamique stable sur un long laps de temps que sur la répétition de motifs ; La Monte Young influencera Riley, Steve Reich et Philip Glass, mais aussi des groupes de rock comme The Velvet Underground.

  • 1964 La Monte Young et Terry Riley signent deux œuvres qui résonnent comme un manifeste du minimalisme. Young compose The Well-Tuned Piano, pour piano préparé. In C, de Riley, est créé le 4 novembre 1964 au Tape Music Center de San Francisco, dont le compositeur est un des membres fondateurs ; les compositeurs Steve Reich, Jon Gibson, Pauline Oliveros et Morton Subotnick figurent parmi les interprètes de la première de In C.

  • 1965-1971 It's Gonna Rain, de Steve Reich, est créé en janvier 1965 au Tape Music Center de San Francisco ; dans cette pièce pour bandes magnétiques, Reich exploite un faible écart dans la vitesse de lecture de deux bandes initialement à l'unisson qui induit un effet de déphasage graduel des sons. Reich utilise cette technique de phasing dans la plupart des pièces qu'il compose jusqu'en 1971 : Come out, pour bande magnétique (créé au Town Hall de New York en avril 1966), Piano Phase, pour deux pianos (créé à la Park Place Gallery de New York en mars 1967), Pendulum Music, pour récitants et instrumentistes amplifiés électroniquement (créé à l'université du Colorado à Boulder durant l'été de 1968), Four Organs, pour quatre orgues électriques et maracas (créé au Guggenheim Museum de New York en mai 1970)... Le phasing culmine dans Drumming, pour huit petits tambours accordés, trois marimbas, trois glockenspiels, une flûte piccolo et deux voix de femme, créé au musée d'Art moderne de New York le 3 décembre 1971.

  • 1969-1974 Philip Glass exploite les processus additifs et soustractifs de rythmes dans Two Pages, pour quatre claviers électroniques (1969, version pour petit ensemble en 1974), Music in Contrary Motion, pour petit ensemble (1969), Music in Fifths, pour piano ou pour petit ensemble (1969), Music in Similar Motion, pour petit ensemble (1969), Music in Eight Parts, pour petit ensemble (1969), Music with Changing Parts, pour petit ensemble (1970), et une de ses œuvres les plus abouties, Music in Twelve Parts, pour grand orchestre, composée entre 1971 et 1974.

  • 1975-1984 Philip Glass compose une trilogie d'opéras – qu'il qualifie d'« opéras-portraits » – évoquant trois grandes figures historiques représentatives d'un champ de pensée : Einstein (la science), Gandhi (la politique) et le pharaon Akhenaton (la religion). Einstein on the Beach, opéra en quatre actes et cinq intermezzos écrit en collaboration avec Robert Wilson sur un livret de Christopher Knowles, Lucinda Childs et Samuel M. Johnson, est créé au festival d'Avignon le 25 juillet 1976, dans une mise en scène de Wilson. Satyagraha, opéra en trois actes sur un livret du compositeur et de Constance DeJong d'après la Bhagavad Gita, est créé à l'Opéra de Rotterdam le 5 septembre 1980. Akhnaten, opéra en trois actes sur un livret du compositeur, de Shalom Goldman, Robert Israel et Richard Riddell, est créé à la Staatsoper de Stuttgart le 24 mars 1984.

  • 1977-1982 John Adams compose Phrygian Gates, pour piano seul, China Gates, pour piano seul (deux pièces créées par Mack McCray au Hellman Hall de San Francisco le 17 mars 1978), Shaker Loops, pour septuor à cordes (trois violons, un alto, deux violoncelles, une contrebasse), créé le 13 décembre 1978 au Conservatoire de San Francisco par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « MUSIQUES MINIMALISTES ET RÉPÉTITIVES - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-minimalistes-et-repetitives-reperes-chronologiques/