MONTPELLIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Montpellier : le château d'eau de la promenade du Peyrou

Montpellier : le château d'eau de la promenade du Peyrou
Crédits : Diego Lezama Orezzoli/ Corbis

photographie


Une métropole dynamique et attractive

La rupture des années 1960 repose sur l'arrivée massive des rapatriés d'Algérie, sur la confirmation du rôle administratif régional, le renouveau universitaire et les investissements de l'État dans la région, l'implantation d'IBM La dynamique est d'abord démographique : 118 000 habitants en 1962, 198 000 en 1982. Cette croissance exceptionnelle se prolonge sans rupture depuis lors. Devenue plus endogène au cours des deux dernières décennies, elle repose sur la fonction de commandement et sur la promotion d'un système technopolitain valorisant les liens entre la recherche et les industries de pointe. Montpellier a su se donner l'image d'une ville attractive, riche de savoirs, de cultures et de capacités d'innovation, une ville jeune, ouverte, studieuse et agréable à vivre. Plus de 60 000 étudiants, une dizaine de milliers d'enseignants et de chercheurs contribuent au renom de l'université qui, associée au complexe hospitalier, occupe plusieurs dizaines d'hectares au nord de la ville. Le sud est marqué par les parcs industriels et les grandes infrastructures, l'ouest est nettement résidentiel jusqu'à la ZUP de La Paillade. Le grand projet urbain prend corps à l'est, de part et d'autre de la vallée du Lez, et s'inscrit dans la durée. Depuis 1967, l'Écusson, le centre historique, est classé en secteur sauvegardé. Les quartiers bourgeois du versant sud, restaurés, piétonnisés, sont conquis par les commerces de luxe. La place de la Comédie fait transition vers le Polygone, centre commercial des années 1970. La municipalité élue en 1977 prolonge ce projet en inversant ses logiques : Antigone est défini dès le départ comme l'anti-Polygone. Sur une trentaine d'hectares, Ricardo Bofill dessine, autour d'un axe central troué de places, une architecture néo-classique monumentale pour quelque 1 800 logements. Le programme s'achève en majesté sur la rive gauche du Lez par l'hôtel de région. Le fleuve, calibré, endigué pour éviter les crues dévastatrices, s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification


Autres références

«  MONTPELLIER  » est également traité dans :

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « L'extension du domaine royal »  : […] Cependant, les grands Capétiens avaient soutenu contre les rois d'Angleterre des luttes où ils remportèrent des succès décisifs qui accrurent considérablement le domaine royal malgré l'amputation répétée de certains grands fiefs donnés en apanage à des frères ou à des fils de roi. Entre 1203 et 1205, le roi d'Angleterre Jean sans Terre ayant été condamné par la cour de France à la perte de ses dom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capetiens/#i_14615

LANGUEDOC-ROUSSILLON

  • Écrit par 
  • Laurence FABBRI, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 3 666 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouvelles industries »  : […] Tant en termes d’effectifs que du point de vue de la valeur ajoutée produite, le Languedoc-Roussillon compte peu dans l’industrie française. Tous les indicateurs le confirment : 65 000 salariés dans l'industrie en 2012 pour 956 000 emplois dans la région, seulement 10 p. 100 de la valeur ajoutée régionale, perte régulière d'activités et d'emplois depuis les années 1960, long nécrologe d'entreprise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/languedoc-roussillon/#i_14615

MONTPELLIER UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 703 mots

Au xii e siècle, c'est à Montpellier et à Salerne que siégeaient les principales écoles de médecine d'Occident. La grande et prospère cité languedocienne entretenait des contacts avec la médecine hébraïque, représentée dans de nombreuses communautés juives du Midi, et une ouverture vers la médecine arabe, notamment par l'Espagne musulmane. En 118 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-montpellier/#i_14615

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul VOLLE, « MONTPELLIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/montpellier/