MONOTHÉISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La religion d'Israël

Les thèses de l'école libérale sur le monothéisme biblique (notamment J. Wellhausen) sont aujourd'hui dépassées. On ne cherche plus à montrer comment Israël serait passé progressivement, par une évolution naturelle, de l'animisme et du fétichisme au polythéisme pour parvenir lentement à travers la monolâtrie au monothéisme proprement dit. Il est cependant légitime de parler d'une explicitation progressive du monothéisme comme croyance à l'unicité du vrai Dieu. On peut distinguer dans ce processus la période des origines (celle des patriarches), celle qui va de la conquête de Canaan à l'Exil, enfin celle de l'Exil.

L'époque des patriarches

Si l'on définit le monothéisme comme la croyance en un seul Dieu, comportant la négation explicite de tout autre dieu, on ne trouve aucune mention nette d'un tel monothéisme à l'époque des patriarches. On peut tout au plus parler de « monolâtrie ». La question de l'existence ou de la non-existence des dieux des autres peuples ne se pose même pas. Les ancêtres immédiats d'Abraham étaient polythéistes (Jos., xxiv, 2) et plusieurs passages de la Genèse montrent que les patriarches vénéraient un dieu El lié à tel ou tel sanctuaire palestinien : El-Très-Haut à Jérusalem (xiv, 19), El-d'Éternité à Bersabée (xxi, 33), El-Bethel à Bethel (xxxv, 7), El-Roï au puits de Lahai-Roï (xvi, 13). Le Dieu des patriarches se rattache au grand dieu El, chef du panthéon cananéen. Or ni El, ni Elohim n'ont le même sens que celui qui sera contenu dans le nom de Yahvé. « Ils désignent moins une personne de caractère individuel qu'une personne de nature divine, déterminée génériquement » (E. Stauffer). Il faut chercher la racine de ces noms, en tant que désignations d'un genre « Dieu », dans la religion polythéiste elle-même.

Or, le Dieu d'Abraham n'est pas seulement un dieu local, mais le « Dieu des pères », le Dieu tutélaire qui entretient des relations personnelles avec les membres de son clan. Et surtout, c'est le Dieu de l'élection, celui qui a parlé à Ab [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONOTHÉISME  » est également traité dans :

ABRAHAM

  • Écrit par 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 880 mots

Dans le chapitre « Abraham dans la tradition juive »  : […] Abraham est une figure centrale dans les trois religions monothéistes. Le Midrash (commentaire traditionnel juif de la Bible) nous relate avec force détails la vie du patriarche : on le voit briser les idoles de son père Terah, résister à la tyrannie de Nemrod, être sauvé miraculeusement de la fournaise ardente où il fut jeté sur l'ordre de ce dernier ; on le voit toujours luttant et prêchant pou […] Lire la suite

ANIMISME

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 087 mots

Dans le chapitre « La théorie de Tylor »  : […] La religion se définit, selon Tylor, par la croyance en des êtres spirituels. Dans le deuxième tome de Primitive Culture, il s'efforce d'identifier l'origine de cette croyance et d'en reconstituer le développement. Le « primitif » arriverait à l'idée d'un principe différent de son corps, c'est-à-dire à l'idée de l'âme, à la suite de deux expériences psychophysiologiques : d'une part, les phénomèn […] Lire la suite

ARIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 2 432 mots

Dans le chapitre « Les origines : le subordinatianisme d'Arius »  : […] La doctrine qu'Arius se mit à prêcher à Alexandrie vers 320 apparaît comme plus philosophique que théologique. Pour lui, les personnes divines, au sein de la Trinité, ne peuvent être ni égales ni confondues. La marque absolue de la divinité est, en effet, d'être non seulement incréée mais inengendrée : seule la personne du Père correspond à une telle définition. Le Fils de Dieu ne peut donc pas êt […] Lire la suite

ĀRYA-SAMĀJ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 728 mots

Expression sanskrite qui veut dire « Société aryenne », Ārya-Samāj désigne un des mouvements réformateurs les plus originaux qui se manifestèrent au xix e siècle à l'intérieur de l'hindouisme. Son fondateur, Mūla Shankar, qui prit plus tard le nom de Dayānanda Sarasvatī (1824-1883), appartenait à une famille de brahmanes orthodoxes du Kāthiāwâr (extrême ouest de l'Inde) ; il reçut donc dans son e […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Complexité culturelle  »  : […] Plusieurs groupes ethniques eurasiatiques se rencontrent dans cette zone diagonale, et s'y déploient géohistoriquement. Les analyses traditionnelles en distinguent deux familles principales : les Indo-Européens vers l'ouest (dont les Persans et les Sémites) et le sud (Inde septentrionale), les Asiatiques vers l'est (dont les Chinois han, les Coréens, les Japonais, les Vietnamiens, les Malayo-Polyn […] Lire la suite

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 4 948 mots

Dans le chapitre « Le bonheur et la conscience »  : […] Tout autre est la vision apportée par le monothéisme judéo-chrétien. L’un des plus vieux récits de l’humanité, la Genèse biblique, offre une saisissante description de la naissance de la conscience. En goûtant au fruit de l’Arbre de la Connaissance, Adam et Ève sortent de l’innocence animale présentée comme une forme évidente de bonheur : « Les yeux des deux se dessillent [s’ouvrent à la réalité […] Lire la suite

COURS D'INTRODUCTION À LA PHILOSOPHIE DE LA MYTHOLOGIE (F. W. J. von Schelling)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 278 mots

Longtemps ignorée en France, car suspectée d'irrationalisme, la « dernière philosophie » de Schelling commence à être mieux connue. C'est ainsi qu'une équipe (G.D.R. Schellingiana-C.N.R.S.) entraînée par Jean-François Courtine et Jean-François Marquet a proposé une nouvelle version du Cours d ' introduction à la philosophie de la mythologie (Gallimard, 1998), initialement traduit par Samuel Janké […] Lire la suite

DIASPORA

  • Écrit par 
  • Spyros ASDRACHAS, 
  • Vicken CHETERIAN, 
  • Kamel DORAÏ, 
  • Thibaut JAULIN, 
  • Claudine LOMBARD-SALMON, 
  • Raoul VANEIGEM, 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  • , Universalis
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diaspora juive »  : […] À la différence du mot hébreu galout (« exil »), qui se rattache à la nostalgie des origines, à la théologie du retour, aux thèses sionistes, le terme grec diaspora renvoie objectivement au phénomène historique de la dispersion des juifs à travers le monde. On s'accorde le plus souvent à distinguer deux phases dans cette diaspora : la première répond à une volonté d'essaimage des communautés, l […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Le mot « Dieu » désigne la réalité mystérieuse que les hommes cherchent à tâtons depuis les origines. L'histoire des religions peut permettre de repérer les conditions concrètes qui ont favorisé cette fonction théogénique dont l'origine renvoie à l'homme lui-même et à son énigme. On doit cependant reconnaître que la dialectique de l'idée de Dieu telle qu'elle se déploie dans la plupart des religio […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 361 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Un monothéisme de fond »  : […] Lorsque le christianisme se répandit dans la vallée du Nil, il fallut traduire dans la langue du peuple les textes révélés. Depuis le iii e  siècle de notre ère environ, les Égyptiens avaient pris l'habitude d'écrire leur langue en caractères grecs, ce qu'on appelle le copte. On sait combien il est difficile de traduire en langage populaire des textes religieux qui utilisent des conceptions abstr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Iran. Victoire confirmée des ultraconservateurs au second tour des élections législatives. 4 mai 2012

Ahmadinejad – le parti Monothéisme et Justice, proche du chef de l'État, n'a que 17 élus. Les réformistes obtiennent 35,5 p. 100 des voix et 75 élus, en dépit du boycottage du scrutin par plusieurs formations, comme celle de l'opposant Mir Hossein Moussavi. Le taux de participation est de 66,4 p. 100. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude GEFFRÉ, « MONOTHÉISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/monotheisme/