JUILLET MONARCHIE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Louis-Philippe

Louis-Philippe
Crédits : Hulton Royals Collection/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Abd el-Kader

Abd el-Kader
Crédits : Hulton Getty

photographie


Conservatisme politique et progrès économique : 1835-1846

La vie politique (1835-1840)

La période qui va de 1835 à 1840 est moins dominée par le souci du maintien de l'ordre que la précédente, aussi les dynastiques (partisans du régime) se divisent-ils en plusieurs tendances, ce qui rend difficile la constitution de majorités gouvernementales. Un ministère Thiers (févr.-sept. 1836), sans programme précis, échoue en raison de son désaccord avec la politique étrangère préconisée par le roi qui refuse un projet d'aide militaire aux libéraux d'Espagne. Louis-Philippe gouverna de 1836 à 1839 avec le comte Molé, d'abord associé à Guizot qui reprit le portefeuille de l'instruction publique (il l'avait déjà occupé et avait fait passer, en 1833, une loi importante sur l'instruction primaire) ; le désaccord entre les deux ministres amena le départ de Guizot, en avril 1837, et celui-ci, quelques mois plus tard, se joignit à Thiers et, au centre gauche, à Odilon Barrot et à la gauche dynastique pour former une coalition regroupant les adversaires du ministère, et aussi ceux de la dynastie.

Le ministère Molé avait profité du succès diplomatique relatif que représentait le mariage du jeune duc d'Orléans à une princesse allemande pour pratiquer une politique d'amnistie des détenus politiques et pour rallier une partie des légitimistes (notamment dans le clergé).

Les élections de février 1839 marquèrent à la fois l'échec de Molé et celui du gouvernement trop personnel du roi ; mais elles ne donnèrent pas une majorité cohérente. Seule une émeute provoquée le 12 mai par la société secrète des Saisons, avec Blanqui et Barbès, mit fin à la crise ministérielle ; devant le péril, se constitua pour quelques mois un ministère auquel succèda, le 1er mars 1840, le second ministère Thiers.

Thiers est soutenu par la majorité de la Chambre, par la gauche dynastique et plusieurs grands journaux parisiens ; mais, à défaut de programme, il flatte les passions nationales en annonçant le retour des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JUILLET MONARCHIE DE  » est également traité dans :

AVENIR L'

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 559 mots

Quotidien parisien qui parut du 16 octobre 1830 au 15 novembre 1831. Après son départ du Drapeau blanc, Lamennais inspira le Mémorial catholique (janvier 1824-été de 1830) de l'abbé Gerbet et le premier Correspondant (1829-1831). La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-avenir/#i_18584

BALTARD LOUIS-PIERRE (1764-1846) ET VICTOR (1805-1874)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN, 
  • Daniel RABREAU
  • , Universalis
  •  • 1 360 mots
  •  • 1 média

dont les aspirations architecturales se firent directement sentir sur les œuvres de leurs architectes officiels. La monarchie de Juillet a demandé à Louis-Pierre Baltard des bâtiments qui affirmaient la solidité et la primauté de l'État : prisons, palais de justice, au style néo-classique grandiose et impressionnant, tel le palais de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baltard-louis-pierre-et-victor/#i_18584

BARROT ODILON (1791-1873)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

la résistance, par voies légales, au gouvernement réactionnaire de la Restauration. Pendant la révolution de Juillet (1830), il approuve la proclamation du roi Louis-Philippe et fait partie des trois commissaires choisis par le nouveau gouvernement pour accompagner Charles X, déchu, vers Cherbourg et la route de l'exil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odilon-barrot/#i_18584

BERRYER PIERRE (1790-1868)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 632 mots

Fils d'un avocat au parlement de Paris célèbre sous l'Empire, élève de Juilly, marié en 1811 à la fille d'un directeur de la marine et de la guerre, Berryer devint lui-même avocat. Royaliste dès l'époque impériale, il s'engagea dans les volontaires royaux en 1815, mais il assista son père et Dupin aîné dans la défense du maréchal Ney en 1815, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-berryer/#i_18584

BLANC LOUIS (1811-1882)

  • Écrit par 
  • Élisabeth CAZENAVE
  •  • 794 mots

Né à Madrid, où son père est inspecteur général des Finances du roi Joseph Bonaparte, Louis Blanc se rend à Paris peu après la révolution de 1830, qui ruine sa famille. À Paris, un ami de son père lui donne des cours de droit. Contraint de gagner sa vie, il est précepteur pendant deux ans à Arras où il collabore au Progrès du Pas-de- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-blanc/#i_18584

BLANQUI AUGUSTE (1805-1881)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 514 mots

Fils d'un conventionnel régicide devenu sous-préfet sous le premier Empire, Auguste Blanqui est élevé à Paris à l'institution Massin où enseignait son frère aîné Adolphe (futur économiste libéral). Dès 1824, il adhère à la charbonnerie ; il est blessé en 1827 dans des manifestations d'étudiants au quartier Latin. En 1829, il entre au journal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-blanqui/#i_18584

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « Le bel âge (1814-1848) »  : […] toujours). Ils connaissent alors une expansion qui se prolongera et s'amplifiera sous la monarchie de Juillet. Dans ce système de libre entreprise, la concurrence est acharnée : il faut plaire avant tout. On change très souvent de spectacle ; on en joue plusieurs par jour ; on pille les sujets, les titres, les personnages à succès. La parodie – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/#i_18584

BOUSINGOT

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 206 mots

Bousingo, ou bouzingo, ou encore bousingot, appartient au vocabulaire romantique. Le mot est emprunté à l'argot de la marine anglaise (bousin = 1o cabaret, mauvais lieu ; 2o tintamarre ; 3o chapeau de marin). Ayant été employé dans le refrain d'une chanson : « nous avons fait du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bousingot/#i_18584

BUGEAUD THOMAS ROBERT, marquis de la Piconnerie (1784-1849) duc d'Isly et maréchal de France

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 665 mots

Issu d'une famille irlandaise qui avait émigré en France, Bugeaud s'engage dans l'armée en 1804, comme vélite, dans les grenadiers à pied de la garde impériale. Il est promu caporal à Austerlitz et blessé à Pultusk ; il combat ensuite en Espagne, où il devient capitaine sous les ordres du général Lamarque. Il met en déroute un régiment anglais, ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-robert-bugeaud/#i_18584

CABET ÉTIENNE (1788-1856)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 604 mots

Jeune avocat, issu d'une famille d'artisans bourguignons, Cabet adhère à la Charbonnerie et devient même membre de son comité dirigeant, la Vente suprême, sous la Restauration. Un moment procureur général en Corse, au lendemain de la révolution de Juillet, puis député de la Côte-d'Or, en 1832, Cabet évolue peu à peu vers des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-cabet/#i_18584

CENS ÉLECTORAL

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 341 mots

Avant d'en venir au suffrage universel, la plupart des régimes représentatifs parlementaires modernes, à l'exemple de celui de l'Angleterre, ont attaché d'abord le droit de vote à la possession d'une certaine fortune. Leur justification théorique : seuls les citoyens aisés ont l'instruction nécessaire pour participer au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cens-electoral/#i_18584

CHARIVARI LE (1832-1937)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 730 mots

L'existence du Charivari, quotidien de caractère polémique, ne peut être dissociée de celle d'un autre journal, La Caricature, dont la durée fut éphémère mais qui joua un rôle déterminant dans la naissance de la grande caricature française. Ce fut, en effet, dans La Caricature que fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-charivari/#i_18584

CHARTE DE 1830

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 259 mots

Après l'abdication de Charles X et la proclamation de Louis-Philippe d'Orléans comme lieutenant général du royaume, les députés libéraux, réunis le 3 août 1830, se prononcent pour une révision de la Charte de 1814. Le député Bérard présente un projet repris et remanié par un petit groupe dans lequel le duc de Broglie et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charte-de-1830/#i_18584

CHOISEUL-PRASLIN CHARLES duc de (1805-1847)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 252 mots

Fils d'un pair de France, élu député de Melun en Seine-et-Marne en mars 1839 par les conservateurs, Charles de Choiseul-Praslin est nommé en 1845 pair de France. Chevalier d'honneur de la duchesse d'Orléans, apparenté à toute la plus haute aristocratie orléaniste, il est un des principaux instruments de la crise morale qui déconsidère les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-choiseul-praslin/#i_18584

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 669 mots

Charte de 1830 Version amendée de la Charte de 1814, la Charte du 14 août 1830 et les lois qui la compléteront confortent le parlementarisme libéral bourgeois. L'initiative des lois est partagée entre le roi « des Français » et les Chambres. Le droit de veto du roi tombe en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitutions-francaises-reperes-chronologiques/#i_18584

CRÉMIEUX ISAAC MOÏSE dit ADOLPHE (1796-1880)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 734 mots

Né à Nîmes dans une famille juive de négociants en soie originaires du Comtat Venaissin, Crémieux voit son père, ancien Jacobin, devenir bonapartiste sous la Restauration. Le jeune Isaac, dont le prénom a été francisé par son père en Adolphe, est brillamment reçu au barreau de Nîmes en 1817. Il acquiert très vite une grande notoriété dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cremieux-isaac-moise-dit-adolphe/#i_18584

DAUMIER HONORÉ (1808-1879)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 960 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La scène politique »  : […] La réputation de Daumier va se jouer entre les deux mouvements populaires de 1830 et de 1848. Stimulé, en effet, par le choc des Trois Glorieuses, auxquelles l'artiste participe aux côtés de ses bouillants amis, et par l'effervescence politique et sociale qui caractérise ensuite le règne du « roi bourgeois », le prodigieux talent de Daumier pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-daumier/#i_18584

DU PREMIER EMPIRE À LA IIIe RÉPUBLIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 196 mots

1830 « Trois Glorieuses » (27-29 juillet) : chute de Charles X, avènement de Louis-Philippe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-premier-empire-a-la-iiie-republique-reperes-chronologiques/#i_18584

FIESCHI GIUSEPPE (1790-1836)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 476 mots

Né à Murato (Corse) d'une famille misérable, Giuseppe Fieschi s'engage à seize ans dans l'armée de Murat, où il gagne les galons de sergent. Intelligent, mais fourbe et intrigant, il trahit ses chefs en livrant des renseignements aux Autrichiens. Il parvient cependant à entrer dans les gardes du corps du roi de Naples et fait, avec bravoure, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-fieschi/#i_18584

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 925 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Consolider la Révolution (1830-1848) »  : […] Née dans ces conditions, la monarchie de Juillet (1830-1848) fut ainsi toujours considérée par rapport à la Révolution française. À sa tête se trouvait le fils de Philippe Égalité, le propre cousin de Louis XVI qui avait voté la mort du roi en 1793 seulement. Louis-Philippe Ier se présentait comme ancien combattant de Valmy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_18584

FRANCE (Arts et culture) - Le patrimoine

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 812 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du monument historique au patrimoine »  : […] Guerre aux démolisseurs de Victor Hugo (1825). Mais une telle sensibilisation ne trouva pas de structure politique et administrative avant la monarchie de Juillet quand, sous le ministère Guizot, fut créé en 1830 un poste d'inspecteur général des monuments historiques, confié tout d'abord à Ludovic Vitet, puis à Prosper Mérimée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-patrimoine/#i_18584

GARDE NATIONALE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 885 mots

Le 13 juillet 1789, le comité permanent des électeurs décide la constitution d'une force armée de 48 000 hommes pour assurer le maintien de l'ordre dans la capitale. Son commandement est confié le 15 juillet à La Fayette. Elle reçoit le nom de garde nationale. Dans la plupart des villes et dans de nombreux villages, des milices sont formées sur ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/garde-nationale/#i_18584

GARNIER-PAGÈS LOUIS (1803-1878)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 254 mots

Né à Marseille, frère d'un leader républicain qui fut député de la monarchie de Juillet, Garnier-Pagès a participé à la révolution de juillet 1830, mais s'est surtout livré à des activités de courtier de commerce jusqu'à la mort de son frère en 1841. Élu député de Verneuil dans l'Eure en juillet 1842, il siège dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-garnier-pages/#i_18584

GRÈVE

  • Écrit par 
  • Hélène SINAY
  • , Universalis
  •  • 12 477 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Premières grandes grèves »  : […] L'ère des grands conflits s'ouvre en France en novembre 1831 par la célèbre révolte des canuts lyonnais, ouvriers de la soie qui n'étaient nullement les « parias » de la classe ouvrière. C'étaient des travailleurs très qualifiés, que la longue pratique d'un métier avait socialement élevés. Or, après les événements de 1830 qui avaient porté un coup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greve/#i_18584

GUIZOT FRANÇOIS (1787-1874)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 573 mots

Né à Nîmes, d'un père protestant victime de la Terreur, Guizot reçoit une éducation austère à Genève. À Paris, son mariage avec une femme de lettres, Pauline de Meulan, l'engage dans la littérature. En 1812, professeur d'histoire moderne à la Sorbonne, il devient le disciple de Royer-Collard, dont l'amitié, après 1814, le pousse dans la haute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-guizot/#i_18584

JACQUES VINGTRAS, Jules Vallès - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « L'itinéraire d'un réfractaire »  : […] L'Enfant évoque, au temps de la monarchie de Juillet, le décervelage d'une éducation contraignante, entre une mère avare et soucieuse d'honorabilité, figure rigoureuse de la loi, et l'image déficiente d'un père enseignant, complice du système répressif scolaire en même temps qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-vingtras/#i_18584

LA FAYETTE MARIE JOSEPH PAUL ROCH YVES GILBERT MOTIER marquis de (1757-1834)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 614 mots

Héros de trois révolutions : celle d'Amérique, celle de 1789, celle de 1830, La Fayette est issu d'une vieille famille noble d'Auvergne, et participe à la guerre d'Indépendance de l'Amérique. À son retour en 1779, héros du jour, il s'efforce d'allier la grâce aimable d'un grand seigneur d'Ancien Régime à une simplicité toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-joseph-paul-roch-yves-gilbert-la-fayette/#i_18584

LAFFITTE JACQUES (1767-1844)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 290 mots

Fils d'un charpentier de Bayonne, Jacques Laffitte entre, en 1788, comme comptable à la banque Perrégaux de Paris ; il se fait rapidement remarquer pour ses capacités et son travail et devient l'associé de son patron en 1800, puis son successeur en 1804. Régent en 1809, puis gouverneur de la Banque de France en 1814, il est élu député de la Seine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-laffitte/#i_18584

LEDRU-ROLLIN ALEXANDRE AUGUSTE (1807-1874)

  • Écrit par 
  • Élisabeth CAZENAVE
  •  • 418 mots

Fils d'un médecin, Ledru-Rollin poursuit de brillantes études de droit et devient avocat au barreau de Paris en 1830. Il affirme ses convictions républicaines dans des publications, telles que Consultation contre l'état de siège en 1832, ou, notamment après le massacre en 1834 de la rue Transnonnain, dans des plaidoiries. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-auguste-ledru-rollin/#i_18584

LÉGITIMISTES

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 1 102 mots

On appelle légitimistes les partisans de la branche aînée des Bourbons à partir de la révolution de juillet 1830. L'abdication de Charles X en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux surprend les plus fidèles royalistes et réduit toute velléité de résistance. Si les ultra-royalistes restent le plus souvent fidèles à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legitimistes/#i_18584

LOUIS-PHILIPPE Ier (1773-1850) roi des Français (1830-1848)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 771 mots
  •  • 1 média

Né à Paris, Louis-Philippe était le fils aîné du duc d'Orléans (dit plus tard Philippe-Égalité), qui avait confié l'éducation de ses enfants à sa maîtresse, la comtesse de Genlis ; elle eut le mérite de leur donner une formation à la vie pratique en même temps qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-philippe-ier/#i_18584

MAUPAS CHARLEMAGNE ÉMILE DE (1818-1888)

  • Écrit par 
  • Marcel LE CLÈRE
  •  • 235 mots

Après des études de droit, Maupas est nommé par Guizot sous-préfet d'Uzès en 1845, puis de Beaune en 1847. Révoqué en 1848 par la IIe République, il se fait réintégrer par le prince-président Louis Bonaparte dès 1849 et passe rapidement de la préfecture de l'Allier et de la Haute-Garonne en 1850 à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlemagne-emile-de-maupas/#i_18584

MIGNET AUGUSTE (1796-1884)

  • Écrit par 
  • Yvonne KNIBIEHLER
  •  • 427 mots

Entre 1825 et 1845, Auguste Mignet fut l'un des hommes les plus célèbres de sa génération. Né à Aix-en-Provence, fils d'un serrurier aisé, il put faire de brillantes études de droit et se lia avec Thiers d'une amitié fraternelle. Lauréat de l'Académie des inscriptions et belles-lettres pour une étude sur les institutions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-mignet/#i_18584

MOLÉ LOUIS MATTHIEU comte (1781-1855)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 408 mots

Héritier de deux illustres familles parlementaires, sa mère étant née Lamoignon, Molé achève son éducation dans l'émigration après l'exécution de son père en 1794. Il rentre en France à la fin du Directoire et est réintégré dans tous ses biens sous le Consulat. Il accepte alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-matthieu-mole/#i_18584

MONARCHIE

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 9 646 mots

Dans le chapitre « La monarchie constitutionnelle française (1815-1848) »  : […] de la pression de la nation. Quoique concédée par le roi, la Charte de 1814 ne pouvait être abrogée par lui. La Charte de 1830 consacrera officiellement cette idée d'une « charte-contrat ». De plus, dès la rédaction de celle de 1815, il y a eu collaboration entre les commissaires du roi et l'opinion ; la Charte devient une œuvre collective […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie/#i_18584

MONTALEMBERT CHARLES RENÉ FORBES comte de (1810-1870)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 913 mots

Un des principaux représentants du libéralisme catholique au xixe siècle. Fils d'un noble émigré et marié en Angleterre, il fut élevé jusqu'à l'âge de dix ans par son grand-père maternel, J. Forbes, et conserva toute sa vie de cette éducation un vif attachement à la religion, un goût prononcé pour l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-rene-montalembert/#i_18584

MORNY CHARLES AUGUSTE duc de (1811-1865)

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL
  •  • 505 mots

Fils naturel de la reine Hortense et du comte de Flahaut, demi-frère du futur Napoléon III, Morny a une illustre origine, qui l'a sans doute moins servi que son intelligence et son cynisme. Sa carrière commence à se dessiner sous la monarchie de Juillet ; il est d'abord un brillant officier et participe à la conquête de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-auguste-morny/#i_18584

NATIONAL LE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 536 mots

L'origine des capitaux qui permirent la création du National n'a pas été clairement établie, mais on peut estimer qu'une partie fut d'origine orléaniste. Le journal fut lancé le 3 janvier 1830 par trois associés : Thiers, qui ne se trouvait plus assez libre au Constitutionnel, Mignet, son ami venu du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-national/#i_18584

NOTABLES

  • Écrit par 
  • Christophe CHARLE
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Le temps des notables triomphants (1800-1848) »  : […] et politiques. Les lois électorales de la Restauration, puis de la monarchie de Juillet, reprennent le principe en modifiant les critères. Elles instaurent un compromis entre élites d'âges historiques différents et tentent une stabilisation politique autour de la grande propriété sous la Restauration et de la moyenne propriété sous la monarchie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notables/#i_18584

PERIER CASIMIR (1777-1832)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 372 mots

Riche négociant, industriel du Dauphiné et cofondateur de la Banque de France, Claude Perier eut huit fils qui tous ont tenu une place marquante dans la politique et dans la vie économique. Casimir, le quatrième, vient à Paris, en 1801, fonder une banque qui gagne le contrôle de la Compagnie des mines d'Anzin, entre autres affaires industrielles ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casimir-perier/#i_18584

POLICE EN FRANCE DE 1814 À 1870

  • Écrit par 
  • Quentin DELUERMOZ
  •  • 3 129 mots

Dans le chapitre « « Haute police » et libéralisme »  : […] En matière policière, la période qui couvre la Restauration (1815-1830) et la monarchie de Juillet (1830-1848) est marquée par deux tendances. La première, liée à la « haute police », insiste sur l’usage politique de l’institution, dans le but de protéger l’État et le régime. Elle s’appuie sur des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-en-france-de-1814-a-1870/#i_18584

RÉPUBLICAINS (1789-1870)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 996 mots
  •  • 1 média

Le nom de républicains a été donné aux partisans de la république, avec une signification différente selon les pays et selon les époques. En France, sous la Révolution et la Ire République, le terme de « patriote » est davantage utilisé. Bien que la République ait continué nominalement à exister sous le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republicains/#i_18584

REVUE DES DEUX MONDES LA

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 670 mots
  •  • 1 média

La longévité est certainement la première caractéristique de La Revue des Deux Mondes : créée en 1829, elle paraît encore aujourd'hui, présentant chaque mois, sur une immuable couverture saumon, des sommaires diversifiés où membres de l'Institut et académiciens côtoient des chroniqueurs littéraires et des penseurs politiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-revue-des-deux-mondes/#i_18584

REYBAUD LOUIS (1799-1879)

  • Écrit par 
  • Louis LECOMTE
  •  • 359 mots

Fils d'un négociant marseillais, Louis Reybaud naît en 1799, comme Balzac et Henri Monnier. Son plus grand titre de gloire est d'avoir créé, avec le personnage de Jérôme Paturot, une figure emblématique de la bourgeoisie sous la monarchie de Juillet (Jérôme Paturot à la recherche d'une position sociale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-reybaud/#i_18584

SAINT-MERRI RUE DU CLOÎTRE- (juin 1832)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 270 mots

Les funérailles du général Lamarque, un des chefs républicains, sont l'occasion pour des associations révolutionnaires d'essayer de renverser le régime de Juillet. Il y a deux jours d'émeute les 5 et 6 juin 1832. La Société des amis du peuple, la Société des droits de l'homme, des étudiants en droit et en médecine, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rue-du-cloitre-saint-merri/#i_18584

SCHNEIDER EUGÈNE (1805-1875)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 311 mots

Neveu d'un général député et ministre de la Guerre, Eugène Schneider débute comme employé dans une maison de commerce, puis dans la banque du baron Seillère où travaillait son frère aîné. Après avoir dirigé les forges de Bazeilles, il s'associe en 1836 à son frère Adolphe nommé directeur gérant de l'ancienne Fonderie royale de Creusot. Pariant sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-schneider/#i_18584

SOULT NICOLAS JEAN DE DIEU (1768-1851) duc de Dalmatie et maréchal d'Empire

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 602 mots

Fils d'un notaire du Tarn, engagé dès 1785, Soult conquiert ses grades successifs aux armées de la Moselle puis de Sambre et Meuse ; c'est seulement à l'armée d'Helvétie que, nommé général de division en avril 1799, il s'acquitte avec succès de tâches importantes sous les ordres de Masséna. Pendant le Consulat, il proclame […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-jean-de-dieu-soult/#i_18584

THIERS ADOLPHE (1797-1877)

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL
  •  • 2 091 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au service de la monarchie de Juillet »  : […] Dans les Mémoires d'outre-tombe, Chateaubriand distingue Thiers de l'ensemble du personnel politique de la monarchie citoyenne : « Sans jalousie, sans petitesse, sans morgue et sans préjugés, il se détache sur le fond terne et obscur des médiocrités du temps. » Effectivement, sa carrière est rapide : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-thiers/#i_18584

UN SUBLIME XIXe SIÈCLE : LA PEINTURE SOUS LA RESTAURATION ET LA MONARCHIE DE JUILLET (expositions)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 530 mots

Le xixe siècle n'est pas tout entier au musée d'Orsay dont les collections commencent en 1848. Ce xixe siècle est celui de la montée de l'industrie, des trains qui remplacent les canaux, de l'aluminium concurrençant la fonte, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-sublime-xixe-siecle-la-peinture-sous-la-restauration-et-la-monarchie-de-juillet/#i_18584

VILLERMÉ LOUIS RENÉ (1782-1863)

  • Écrit par 
  • Pascale GRUSON
  •  • 688 mots

Chirurgien des armées napoléoniennes (1804-1814), Villermé abandonne son métier en 1818 pour se consacrer à l'étude des questions soulevées par les inégalités sociales, notamment face à la maladie et la mort. Ses enquêtes et ses recherches à ce sujet constituent, sinon une analyse sociologique, du moins une précieuse source d'information et d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-rene-villerme/#i_18584

Voir aussi

Pour citer l’article

André Jean TUDESQ, « JUILLET MONARCHIE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie-de-juillet/