Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PARISIEN LE

Le premier numéro du Parisien libéré fut publié le 22 août 1944. Ce nouveau quotidien est issu d'un mouvement de résistance, O.C.M. (Organisation civile et militaire), animé en particulier par Émilien Amaury et Claude Bellanger. Il s'est vu attribuer à la Libération les presses et les installations du Petit Parisien. Constitué d'abord en coopérative, il devient en 1946 une société anonyme dont Amaury détient la majorité des parts. Quotidien parisien populaire, Le Parisien libéré développe, à partir de 1960, des ambitions régionales pour devenir le quotidien régional qui manque à l'Île-de-France. Il lance des éditions locales et départementales sur l'Oise, la Marne, la Normandie. En 1967, la société éditrice du Parisien libéré acquiert le contrôle du quotidien sportif L'Équipe et des magazines qui lui sont liés. Le groupe Amaury contrôle également des périodiques (Marie-France, Point de vue-Images du monde), des quotidiens régionaux : Le Courrier de l'Ouest et Le Maine libre, et une régie publicitaire, l'Office de publicité générale (O.P.G.), qui gère la publicité des titres du groupe. Avec une diffusion de 773 400 exemplaires en 1962, il est un des premiers quotidiens français. Mais il va traverser une crise grave en 1975-1976 du fait d’un conflit violent opposant Émilien Amaury aux ouvriers du Livre-C.G.T. du journal à propos de la modernisation de la fabrication par le passage à l'offset et à la photocomposition. Le conflit dura dix-neuf mois et ne trouva de solution qu'en août 1977. À cette date, le journal a perdu plus de la moitié de son audience, chutant à 310 000 exemplaires et abandonnant ses éditions locales. Les décès successifs d'Émilien Amaury et de Claude Bellanger, et les problèmes de succession entre les cohéritiers retardèrent le redémarrage du quotidien, qui ne diffusait toujours que 337 427 exemplaires en 1982. En 1983, Jean-Luc Lagardère, P.-D.G. du groupe Matra-Hachette, entre pour 35 p. 100 dans le capital de la société éditrice. Cette même année, au terme d'un long procès, le conflit de succession entre les deux héritiers est enfin réglé. Les quotidiens deviennent la propriété de Philippe Amaury, tandis que sa sœur Francine reçoit les magazines et la régie publicitaire.

Sous la direction de Gilbert Claude, directeur de la rédaction, la formule du quotidien est réorientée pour en faire un quotidien populaire de qualité orienté sur l'information générale, mais également régionale pour l'Île-de-France. En janvier 1986, la maquette est rajeunie et aérée à l'occasion du passage à la couleur, tandis que le titre devient Le Parisien. Pour mener à bien sa modernisation, Le Parisien s'associe au projet Le Monde-Hachette pour l'imprimerie moderne d'Ivry. En mars 1991, Fabrice Nora devient directeur général du Parisien, dont Philippe Amaury est toujours gérant et responsable de la rédaction. Le 5 janvier 1994 est lancé Aujourd'hui en France, « édition nationale du Parisien ». Ce « tronc commun » de la publication est assorti des douze éditions locales qui couvrent Paris et les départements de l'Île-de-France. Le Parisien a pu ainsi redresser sa situation à la fin des années 1990, et tout en conservant son public âgé friand de faits divers, s'ouvrir à un nouveau lectorat par le traitement local de l'information, de solides analyses économiques et sociales régionales, et la multiplication des jeux. Pour lutter contre l'érosion des ventes, le groupe a créé en 2001 son propre réseau de distribution en Île-de-France. Il a également renouvelé sa maquette et généralisé la quadrichromie. Le Parisien/Aujourd'hui en France, premier quotidien en région parisienne, atteint une diffusion d'environ 530 000 exemplaires en 2007. Si le quotidien résiste mieux que certains[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas, Institut français de presse

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMAURY ÉMILIEN (1909-1977)

    • Écrit par Jacqueline PUYAU
    • 630 mots

    Né à Étampes le 5 mars 1909, Émilien Amaury se lance tôt dans la vie active. Il n'a pas vingt ans quand il devient le secrétaire de Marc Sangnier, fondateur du Sillon, et administre L'Éveil des peuples. Mais l'évolution du christianisme social ne sera pas longtemps la sienne....

  • AMAURY PHILIPPE (1940-2006)

    • Écrit par Universalis
    • 183 mots

    Patron de presse français. Docteur en droit et diplômé de sciences politiques, Philippe Amaury, après un long contentieux, partage avec sa sœur Francine, en 1983, l'héritage de leur père Émilien, fondateur du Parisien libéré (1944). Francine gérera la presse magazine, Philippe la presse...

  • PRESSE - Les différentes formes de presse

    • Écrit par Dominique MARCHETTI
    • 9 344 mots
    • 4 médias
    ...chuter progressivement et a disparu en 2011. En 1970, il y avait trois autres grands titres populaires : L'Aurore, Le Parisienlibéré et Paris-Jour. À partir de 1994, l'émergence et la constante progression d'Aujourd'hui en France, une édition nationale du Parisien, faisait figure...

Voir aussi