WULFÉNITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Molybdate anhydre de plomb, la wulfénite (du nom du minéralogiste autrichien Xavier von Wulfen qui la découvrit en 1785) est très recherchée par les collectionneurs en raison de la beauté de ses cristaux. Ces derniers se présentent le plus souvent en tables carrées et biseautées en bordure ; leurs couleurs se déclinent dans les teintes du jaune (jaune brun, jaune miel, jaune orangé) et, plus rarement, du rouge.

Wulfénite

Wulfénite

photographie

La wulfénite, molybdate de plomb, est très appréciée des collectionneurs pour la beauté de ses cristaux, comme ce spécimen maclé sur du quartz pyramidal. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

formule : PbMoO4 ;

système : quadratique (tétragonal, classe bipyramidale) ;

dureté : 2,5-3 ;

poids spécifique : 6,5-7 ;

éclat : gras à adamantin ;

transparence : transparente à translucide ;

cassure : subconchoïdale.

La wulfénite résulte de l'altération de la galène (sulfure de fer, PbS). Elle est donc rencontrée exclusivement dans les zones d'oxydation des gisements miniers de plomb et de molybdène, notamment sous un climat aride ou semi-aride, où l'altération est très importante. Elle n'est que très rarement exploitée comme minerai : on lui préfère les deux sulfures auxquels elle est associée et de traitement plus facile, la galène et la molybdénite (Mo[S2]). La wulfénite est essentiellement recherchée comme pièce minéralogique de collection et en bijouterie, malgré sa faible dureté, en raison de la vivacité de ses couleurs et de la brillance de ses cristaux.

Le Mexique (cristaux orangés à bruns de Los Lamentos dans le Chihuahua) et l'Arizona (superbes cristaux orangé vif, dépassant 5 centimètres d'arête pour ceux de la mine Red Cloud, Yuma Co) ont livré probablement les plus beaux échantillons connus. D'autres sites ont été découverts en Namibie (Tsumeb), au Congo (Mfouati), au Maroc (Touissite), en Autriche (Bleiberg), en Allemagne (Höllental en Bavière), en Australie... En France, de petits cristaux ont été signalés à Meymac (Creuse), à Farges (Corrèze), à Argentolle (Saône-et-Loire) et à Puy-les-Vignes (Haute-Vienne).

La wulfénite se dissout lentement dans les acides en produisant une solution bleue en présence de radicaux alcool. Elle fond facilement en donnant un globule de plomb, jaune à chaud, gris à froid. Elle n'est pas fluorescente.

Du fait de la forme de ses cristaux et de leur couleur vive très caractéristique, la wulfénite est très facilement identifiable et la confusion avec d'autres minéraux n'est guère possible.

—  Yves GAUTIER

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  WULFÉNITE  » est également traité dans :

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Sulfates, chromates, molybdates, tungstates »  : […] Les sulfates (près de 300 espèces ; cf.  sulfates naturels ) peuvent être anhydres, comme la barytine BaSO 4 , l' anhydrite CaSO 4 , l' anglésite PbSO 4 , la célestine (ou célestite ) SrSO 4 , souvent d'origine hydrothermale ; plus fréquemment hydratés, comme le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_40194

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « WULFÉNITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wulfenite/