MINIMALISME, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept de musique minimaliste est né aux États-Unis au début des années 1960, dans la mouvance d'expositions d'art plastique qui accueillirent ses premières expérimentations, signées par le compositeur américain John Cage et par le groupe Fluxus.

Très rapidement, le vocable « minimaliste » fut aussi utilisé pour caractériser les musiques dites répétitives, ce qui n'a rien d'étonnant car ce terme recouvre un certain nombre de spécificités techniques et esthétiques communes à ces deux courants : matériau musical limité au minimum, harmonies simples se réclamant de la tonalité (et/ou de la modalité), variations quasi insensibles de la matière sonore (rythmes, intervalles, timbres), pulsation rythmique exaltée par ses répétitions obstinées, mais aussi prégnance d'un temps « oriental » statique, d'idées philosophiques inspirées du bouddhisme (idées revues et corrigées par la jeunesse américaine des sixties et son contexte politique et intellectuel), de couleurs instrumentales influencées par l'Asie (vogue du marimba, du vibraphone, des cloches, du glockenspiel, du xylophone...).

La personnalité fondatrice de la musique minimaliste est l'Américain La Monte Young (né en 1935), avec son Trio à cordes de 1958. S'illustrera par la suite le célèbre trio des compositeurs répétitifs américains – Terry Riley, Philip Glass et Steve Reich –, dont les œuvres gagneront l'Europe dans les années 1970.

Il est cependant impossible de réduire la musique minimaliste à la seule musique répétitive, son domaine s'avérant beaucoup plus vaste et diversifié puisqu'il inclut, selon le compositeur et critique musical américain Tom Johnson, « toute musique fonctionnant à partir de matériaux minimaux ». Ainsi, les 840 reprises des Vexations pour piano d'Erik Satie ressortissent à la musique minimaliste, au côté des 4' 33'' (de silence) de John Cage, des Presque Rien pour bande magnétique de Luc Ferrari, des œuvres statiques de Tomasz Sikorski, de celles, diatoniques et néotonales, d'Arvo Pärt, ou encore de certaines pièces de Tadeusz Baird, de Stefan Niculescu, de Morton Feldman, de Robin Holloway...

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  MINIMALISME, musique  » est également traité dans :

MUSIQUES MINIMALISTES ET RÉPÉTITIVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 857 mots

1935-1937 Les quatre pionniers des musiques minimalistes et répétitives, tous américains, naissent dans un laps de temps d'un an et demi : Terry (Mitchell) Riley le 24 juin 1935, à Colfax, en Californie ; La Monte (Thornton) Young le 14 octobre 1935, à Bern, dans l'Idaho ; Steve (Stephen Michael) Reich le 3 octobre 1936, à New York ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-minimalistes-et-repetitives-reperes-chronologiques/#i_15631

ADAMS JOHN (1947- )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 978 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Retour à la tonalité »  : […] Parmi les premières compositions de John Adams, notons un Quintette avec piano (1970), American Standard , pour ensemble de chambre non spécifié (1973), Grounding , pour six voix solistes, trois saxophones et live electronics (électronique en direct, 1975), Onyx , pour bande magnétique ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-adams-1947/#i_15631

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • André GAUTHIER
  •  • 3 962 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Minimalisme et éclectisme »  : […] Le minimaliste a marqué la musique américaine dès le début des années 1960 avec une série de règles implicites : centre d'attraction tonal, grandes structures, petits éléments mélodiques en générant de nouveaux, pulsations rythmiques régulières comme principe unificateur du langage... Le plus important compositeur de cette école, Steve Reich (né en 1936), a cependant dépassé la technique de déph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-musique/#i_15631

GÓRECKI HENRYK MIKOŁAJ (1933-2010)

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 250 mots

Le compositeur polonais Henryk Mikołaj Górecki naît à Czernica, en Haute-Silésie, le 6 décembre 1933 (il est l'exact contemporain d'un autre grand compositeur polonais, Krzysztof Penderecki). En 1951, il commence à exercer le métier d'instituteur, avant d'entreprendre des études musicales approfondies à partir de 1955. Il étudie la composition à l'école supérieure de musique de Katowice avec Bole […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henryk-mikolaj-gorecki/#i_15631

IN C (T. Riley)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 266 mots

Nourrie de la contre-culture californienne, s'inscrivant contre le sérialisme totalitaire prôné par Arnold Schönberg ou Pierre Boulez, la musique minimaliste – à laquelle se rattache le courant répétitif – naît au début des années 1960 aux États-Unis. Composée et créée à San Francisco en 1964, In C , de Terry Riley, constitue l'œuvre emblématique de ce style de composition, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/in-c/#i_15631

REICH STEVE (1936- )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 828 mots

Steve Reich apparaît comme le compositeur le plus représentatif du courant – principalement américain – dit minimaliste. Dans le sillage de La Monte Young, il a créé, avec Terry Riley et Philip Glass, une alternative à l'avant-garde européenne en développant un style particulier qui favorise la continuité de la musique tonale. De loin le plus « classique » des répétitifs, ses compositions abstrait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steve-reich/#i_15631

RÉPÉTITIVE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 657 mots

La musique répétitive désigne un courant qui apparaît aux États-Unis au début des années 1960. Ses principaux représentants sont les Américains Terry Riley (né en 1935), La Monte Young (né en 1935), Steve Reich (né en 1936) et Philip Glass (né en 1937). Les débuts de la musique répétitive sont marqués par la découverte des musiques extra-européennes : Steve Reich a étudié les percussions afric […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-repetitive/#i_15631

RILEY TERRY (1935- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 226 mots

Le compositeur américain Terry Riley est, avec La Monte Young, Philip Glass et Steve Reich, un des quatre grands pionniers du courant répétitif- minimaliste. Terry Mitchell Riley naît le 24 juin 1935 à Colfax (Californie). Il commence à composer dès l'âge de dix-neuf ans, tout en accomplissant de solides études musicales : il étudie le piano avec Duane Hampton et la théorie avec Ralph Wadsworth (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terry-riley/#i_15631

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « MINIMALISME, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/minimalisme-musique/