MIME ET PANTOMIME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les temps modernes

Wague, jouant d'instinct et d'inspiration, s'oppose systématiquement à Séverin et à Thalès, représentants de la pantomime d'école. Après quelques années de recherches, il abandonne la pantomime blanche et les pierrots qu'il incarne avec Christiane Mendélys, la dernière des colombines, pour en revenir au mimodrame, plus accessible aux spectateurs. Interprète de la pantomime dramatique, Georges Wague a pour partenaires Colette, qui l'a dépeint jusqu'à le rendre inoubliable, Caroline Otéro, Christine Kerf, Régina Badet, Sonia Pavloff, Polaire, Napierkowska, qui toutes ont fait leur carrière au théâtre ou au music-hall et non dans l'art muet. Wague, mime, sera l'interprète principal du premier film muet de long métrage, Christophe Colomb, tourné pendant la Première Guerre mondiale. Nommé professeur au conservatoire de musique, Wague continuera à l'Opéra sa carrière de mime aux côtés d'Ida Rubinstein (La Tragédie de Salomé, Antoine et Cléopâtre, musique de Florent Schmitt), Natacha Trouhanova (La Danse macabre de Saint-Saëns), Argentina (L'Amour sorcier de Manuel de Falla, Triana d'Isaac Albéniz). La pantomime blanche n'a plus pour représentants que Séverin, un vétéran, et Farina, un jeune.

Caroline Otero

Photographie : Caroline Otero

Chanteuse et danseuse, première star de l'histoire du cinéma, Caroline Otero, dite la «Belle Otero», était célèbre pour la magnificence de ses tenues de scène. 

Crédits : ullstein bild/ ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Cependant, entre les deux guerres mondiales, Étienne Decroux réhabilite par la parodie les sources émotionnelles de la pantomime antique et professe, dans l'école qu'il ouvre, la technique du « mime corporel ». Par les mouvements du corps, il suggère la machine, la marche, une course à bicyclette ou les sentiments collectifs de citadins animés par la joie ou hantés par la peur. Marcel Marceau, le plus doué de ses élèves, se libère de la servitude trop apparente du dynamisme contemporain. Il crée le personnage de Bip, un frère de Pierrot, un bouffon à figure enfarinée vêtu d'un collant noir d'acrobate, et, sans rien devoir aux techniques traditionnelles du mime, invente avec le monomime et ses « pantomimes de style » un langage gestuel qui lui a apporté un renom incontesté. Il a été amené à se produire sur les scènes des pays du monde entier, a suscité partout l'enthousiasme et a fait école. En France, Marceau trouve en Gilles Ségall et ses « pantomimes d'un sou » un continuateur, que Jean-Louis Barrault n'hésite pas à appeler dans sa troupe, et en Pierre Véry un présentateur de ses pantomimes de style, dans une forme statique comparable à ce qu'on appelle les « tableaux vivants ».

Le mime Marceau, vers 1970

Photographie : Le mime Marceau, vers 1970

Créateur de sa propre compagnie en 1947, Marcel Marceau se consacre dès cette période au mime soliste en inventant le personnage de Bip, sorte de clown lunaire inspiré de Chaplin et de Keaton. Par sa pantomine imitative et parodique, il retranscrit avec poésie les diverses situations de la... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Marcel Marceau, qui a tenté plusieurs fois d'organiser des compagnies de mimes interprétant des spectacles collectifs, n'est pas parvenu à obtenir l'homogénéité durable et suffisante, à défaut de salle de théâtre spécialisée, pour persévérer dans la pantomime. C'est dans la parodie et le monomime, avec son personnage de Bip, qu'il a atteint à la maîtrise du geste et de soi (Le Fabricant de masques).

À l'étranger, qu'il n'a cessé de parcourir, à part de courts séjours à Paris, Marcel Marceau a suscité quelques vocations, notamment en Tchécoslovaquie et au Japon. D'autre part, le fils d'Étienne Decroux a repris le flambeau de son père. Dimitri Werner, dit Dimitri, élève de Decroux et de Marceau, Pierre Byland, qui renouvelle la pantomime acrobatique, Jean-Baptiste Thierrée, dit Baptiste, en compagnie de Victoria Chaplin, la fille de Charles Chaplin, essaient avec succès de maintenir la mime dans des traditions toujours peu faciles à retrouver.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Charles Deburau en Pierrot, Nadar

Charles Deburau en Pierrot, Nadar
Crédits : AKG

photographie

Scaramouche, affiche, 1890

Scaramouche, affiche, 1890
Crédits : AKG

photographie

Caroline Otero

Caroline Otero
Crédits : ullstein bild/ ullstein bild/ Getty Images

photographie

Le mime Marceau, vers 1970

Le mime Marceau, vers 1970
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MIME ET PANTOMIME  » est également traité dans :

ANGIOLINI GASPARO (1731-1803)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 357 mots

Chorégraphe, librettiste, compositeur et théoricien italien, Gasparo Angiolini fut l'un des premiers à mêler danse, musique et intrigue dans des ballets dramatiques. Né le 9 février 1731, à Florence, Gasparo Angiolini (de son vrai nom Domenico Maria Angelo Gasparini) devient en 1757 maître de ballet à l'opéra de la cour de Vienne, où ses premiers spectacles dansés font souvent appel au geste pour […] Lire la suite

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « L'âge tendre (1789-1814) »  : […] Dès 1789, mais surtout après que le décret du 13 janvier 1791 eut aboli le monopole des théâtres nationaux, les petites salles des boulevards connaissent une période faste, période d'expansion, de transformation, de création effervescente, de vitalité, qui prendra fin brusquement lorsque Napoléon, en 1807, restaurera et renforcera les anciens privilèges. Pendant deux décennies, les petits théâtres […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 695 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les origines de la chorégraphie »  : […] L'idée même de chorégraphie naît avec la danse savante, c'est-à-dire celle dont on doit connaître les pas pour la pratiquer, qui est apparue à la fin du xv e  siècle dans les cours italiennes, puis importée en France par Catherine de Médicis, où elle prend le nom de danse de cour ou « belle dance française ». Cette ancêtre de la danse classique peut, à ce titre, être considérée comme l'origine d […] Lire la suite

CLOWN

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 714 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Auguste la victime triomphe »  : […] La disparition vers 1860 des spectacles de pantomime permet au cirque d'engager les derniers mimes, qui apportent au répertoire clownesque, fort pauvre encore, une somme de canevas et de traditions qui émaillaient et rendaient drôles les arlequinades acrobatiques. Les clowns s'en emparent et les accommodent à l'optique et à l'acoustique du cirque, dès que le décret instituant la liberté des théât […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les danses imitatives »  : […] Le deuxième type de danse religieuse a un caractère imitatif et implique de la part des exécutants des dons d'acteur. Il suppose généralement le port de déguisements, de masques ou tatouages, d'accessoires évocateurs. Grâce au geste imitatif, le danseur croit capter une force et l'asservir. En concentrant son énergie, il veut avant tout figurer les événements désirés afin de les susciter, similia […] Lire la suite

DECROUX ÉTIENNE (1898-1991)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 154 mots

Le mime Étienne Decroux n'a cessé de lutter pour la rénovation de l'art du mime. Selon ce maître de Jean-Louis Barrault et de Roger Blin, « après Deburau, le mime est devenu acteur ». Allant à l'encontre de la mimotechnique de Wague, qui accorde au minimum de gestes un maximum d'expression, le « mime véritable » de Decroux s'exprime par les mouvements du corps : par la technique du « mime corporel […] Lire la suite

FUNAMBULES

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 508 mots
  •  • 1 média

On appelle funambules les danseurs et danseuses de corde. La danse de corde, sans doute la plus ancienne des spécialités acrobatiques, demeure, des siècles durant, la plus populaire. Elle fait fureur à la fin du xviii e siècle ; elle triomphe sous l'Empire. Il n'est point de fêtes publiques sans le concours de funambules. Les danseurs de corde de la foire Saint-Germain portent spencer (veste cour […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'épopée au théâtre »  : […] Jusqu'au xiv e  siècle, le Japon n'avait connu que deux types de spectacles : les chorégraphies nobles de la cour, les bugaku , importés de Chine au viii e  siècle, et les « divertissements variés », les sangaku , devenus, par la vertu d'une étymologie populaire, les sarugaku , « singeries ». Sous l'influence des bugaku , toutefois, s'étaient formées des sortes de pantomimes dansées populaires et […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Jacques LACARRIÈRE
  •  • 1 869 mots

Dans le chapitre « Origines et genres »  : […] Le théâtre romain n'a jamais été, comme on le pense trop souvent, un simple décalque du théâtre grec. Le fond italique de la civilisation romaine lui fournit un cadre et des techniques propres, qui ne doivent rien, dans leur essence, à celles du théâtre grec et qui permirent – particulièrement aux auteurs comiques – de s'inspirer des pièces grecques, sans être assujettis pour autant aux techniques […] Lire la suite

MARCEAU MARCEL (1923-2007)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 435 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une longue tradition »  : […] Maître incontesté du mime ou plutôt du mimodrame, Marcel Marceau a redonné ses lettres de noblesse à un art qui semblait figé dans le souvenir du boulevard du crime. Se rattachant directement à Deburau, et avant lui au Pierrot des Italiens et de Watteau, il avait su lui insuffler une poétique et une énergie nouvelles, marqué par ses « maîtres » du xx e  siècle : Keaton et plus encore Chaplin qu'i […] Lire la suite

Pour citer l’article

Tristan RÉMY, « MIME ET PANTOMIME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mime-et-pantomime/