SCHAPIRO MEYER (1904-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art et les signes

Meyer Schapiro interpréta le développement de l'art narratif au xiie siècle avant tout comme l'expression des qualités internes au travail du sculpteur ou à celui de l'enlumineur, liée à la dynamique formelle de l'œuvre, au mouvement et à la fusion dans les ornements. À Silos, dans le cloître de l'abbaye Saint-Dominique, sur un des pilastres, du côté nord ouest, représentant le Doute de l'apôtre Thomas, le récit évangélique est magnifié par l'impulsion élégante des courbes qui animaient l'ensemble de la composition. À la différence d'Otto Pächt (1902-1988), qui voyait dans l'invention du récit l'occasion formelle, inédite pour un artiste, d'aborder un sujet entièrement neuf par rapport à la vision du monde habituelle à son époque, Meyer Schapiro situait l'originalité de l'artiste dans la manière d'agencer les formes entre elles. Plus encore, il était sensible à la pertinence des signes dans le champ plus large du sens donné à l'œuvre : il ne s'agissait pas, pour lui, de proposer une lecture iconographique, de retrouver l'idée directrice de l'œuvre sculptée ou peinte, ainsi que l'avait fait Émile Mâle (1862-1954) dans L'Art religieux du XIIe siècle en France (1922), livre qu'il connaissait bien et citait souvent, mais de voir comment les figures représentées pouvaient être des forces actives à l'origine d'un motif ou d'une séquence entière, des principes de vie.

Dans son texte sur les signes iconiques dans l'art (1966 et 1969 ; traduit en français par J-C. Lebensztejn, dans la revue Critique, Éd. de Minuit, Paris, 1973) ou dans son livre Words, Scripts and Pictures. Semiotics of Visual Language (1973), il devait revenir sur ce moment fondamental pour l'analyse. Il s'y montrait proche de la science du langage, telle qu'elle s'était constituée autour de l'école de Prague (Troubetzkoï, Jakobson) et du cercle de Copenhague, dont Louis Hjelmslev (1899-1965) fut le principal animateur. I [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, ancien membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de l'art médiéval à l'université de Bourgogne

Classification

Autres références

«  SCHAPIRO MEYER (1904-1996)  » est également traité dans :

LES MOTS ET LES IMAGES. SÉMIOTIQUE DU LANGAGE VISUEL (M. Schapiro) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SCHMITT
  •  • 1 004 mots

Le livre de Meyer Schapiro (Les Mots et les images. Sémiotique du langage visuel, Macula, Paris, 2000) comporte deux études différentes : la première, « Les Mots et les images. Littéralité et symbolisme dans l'illustration d'un texte », qui donne son […] Lire la suite

STYLE, ARTISTE ET SOCIÉTÉ, Meyer Schapiro - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 302 mots

Dans l'histoire de l'art du xxe siècle, l'œuvre de Meyer Schapiro (1904-1996) tire son originalité de sa portée fondamentalement critique. Si dans ses différentes contributions, aucun ouvrage ne domine véritablement – au point qu'il apparut longtemps comme un historien de l'art célèbre qui n'avait cependa […] Lire la suite

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

En histoire de l'art, le formalisme ne peut être dissocié d'une interrogation sur le style. En cela, son objet est l'analyse de l'art, conçu, pour reprendre les termes de l'historien de l'art et critique Meyer Schapiro (1904-1996), comme « un système de formes qui possèdent une qualité et une expression significatives rendant visibles la personnalité d'un artiste et la conception générale d'une c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel RUSSO, « SCHAPIRO MEYER - (1904-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/meyer-schapiro/