Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÂLE ÉMILE (1862-1954)

Historien qui a conquis à l'histoire de l'art des domaines nouveaux ; sa vocation paraît être née de l'École normale supérieure. En 1898, il présente comme thèse de doctorat une œuvre qui, sous un titre apparemment traditionnel : L'Art religieux du XIIIe siècle en France. Étude sur l'iconographie du Moyen Âge et sur ses sources d'inspiration, propose une méthode d'investigation originale. Il s'agit d'interpréter les œuvres d'art à la lumière de la production littéraire contemporaine. Autrement dit, d'en découvrir la signification en les replongeant dans le milieu religieux et intellectuel de l'époque. Dix ans après sa publication, l'ouvrage en était à sa troisième édition, ce qui est exceptionnel pour un livre d'histoire de l'art et davantage encore pour une thèse. Le succès s'explique par le fait que l'archéologue se doublait chez Émile Mâle d'un véritable écrivain. On a dit de lui qu'il avait l'art de faire fleurir les roses sur les ronces tant il savait donner à une érudition austère une présentation séduisante. Cependant, à la même époque (1908), il applique sa méthode à L'Art religieux de la fin du Moyen Âge en France. Comme le monde étudié est devenu plus divers et plus complexe, il développe ses curiosités aussi bien du côté de la théologie et de la mystique qu'en direction du théâtre et des récits légendaires. Enfin, remontant le temps, il étend son exploration, en 1922, à L'Art religieux du XIIe siècle. La même année mourait Mgr Duchesne, qui avait longtemps dirigé l'École française de Rome. Émile Mâle lui succéda en 1924. Quittant Paris, où il avait été élu en 1918 à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, pour l'Italie, il abandonna momentanément l'art médiéval pour celui de la Contre-Réforme. De ces nouvelles recherches devait naître un quatrième livre important : L'Art religieux après le concile de Trente. Étude sur l'iconographie de la fin du XVIe siècle (1932). En 1928, son auteur avait été élu à l'Académie française. On a perfectionné la méthode d'Émile Mâle. Ses sources d'information doivent être complétées et ses interprétations discutées. Son œuvre n'en demeure pas moins la meilleure introduction à l'étude de l'iconographie chrétienne.

— Marcel DURLIAT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

Voir aussi