SCHAPIRO MEYER (1904-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art et la structure

En 1973, recevant une distinction honorifique de l'Art Dealers Association of America, Meyer Schapiro résuma toute son œuvre en une phrase : « ... dans notre travail sur l'art, le but fut de rendre hommage à l'art ». Dès ses premiers travaux, il s'agissait, en effet, d'apprécier et de comprendre les œuvres d'art étudiées d'abord pour elles-mêmes. C'est dire qu'il avait toujours le souci d'évaluer au plus juste, suivant une échelle de valeurs esthétiques, les œuvres qu'il était conduit à comparer les unes avec les autres, sur la base des critères qualitatifs qui fondaient son jugement. En regardant les sculptures du grand tympan à Moissac et les œuvres de Courbet, Meyer Schapiro était sensible à la structure interne et, en quelque sorte, à ce qui faisait le prix du travail de l'artiste. Il commençait par délimiter les aires de résonance entre les formes et les figures, en partant de la composition pour parvenir jusqu'aux plus petits motifs possibles, jusqu'aux détails, par lesquels était manifestée la structure de l'ensemble.

Dans la composition des tympans comme dans les sculptures à Silos, à Souillac, il s'arrêtait plutôt à l'étude du rythme entre les figures, à la répartition des formes et à leur équilibre. Décrivant l'histoire de Théophile sculptée sur le mur ouest de l'église abbatiale de Souillac, il soulignait le manque de coordination entre des figures pourtant complémentaires, placées à droite et à gauche, sur la lunette centrale, au-dessous de l'arcature principale. Une figure en pied, disposée à la verticale, pouvait avoir été sculptée sur une pierre de format horizontal et inversement une autre figure, placée à l'horizontale, pouvait avoir été sculptée sur une pierre verticale. Il en résultait un équilibre précaire, que le sculpteur tenait à souligner, dans l'instabilité même du regard, sur le point de basculer d'un côté ou de l'autre. À ce niveau de l'observation, auquel s'ajoutaient tous les relevés minutieux des petites formes et des motifs les plus simples, apparaissait la structure qui donn [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, ancien membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de l'art médiéval à l'université de Bourgogne

Classification

Autres références

«  SCHAPIRO MEYER (1904-1996)  » est également traité dans :

LES MOTS ET LES IMAGES. SÉMIOTIQUE DU LANGAGE VISUEL (M. Schapiro) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SCHMITT
  •  • 1 004 mots

Le livre de Meyer Schapiro (Les Mots et les images. Sémiotique du langage visuel, Macula, Paris, 2000) comporte deux études différentes : la première, « Les Mots et les images. Littéralité et symbolisme dans l'illustration d'un texte », qui donne son […] Lire la suite

STYLE, ARTISTE ET SOCIÉTÉ, Meyer Schapiro - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 302 mots

Dans l'histoire de l'art du xxe siècle, l'œuvre de Meyer Schapiro (1904-1996) tire son originalité de sa portée fondamentalement critique. Si dans ses différentes contributions, aucun ouvrage ne domine véritablement – au point qu'il apparut longtemps comme un historien de l'art célèbre qui n'avait cependa […] Lire la suite

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

En histoire de l'art, le formalisme ne peut être dissocié d'une interrogation sur le style. En cela, son objet est l'analyse de l'art, conçu, pour reprendre les termes de l'historien de l'art et critique Meyer Schapiro (1904-1996), comme « un système de formes qui possèdent une qualité et une expression significatives rendant visibles la personnalité d'un artiste et la conception générale d'une c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel RUSSO, « SCHAPIRO MEYER - (1904-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/meyer-schapiro/