MÉTROPOLITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le titre de métropolite, qui ne correspond pas exactement à celui de métropolitain dans l'Église latine, bien qu'il soit actuellement employé en un sens assez large dans l'orthodoxie, appartient, à l'origine, à l'ecclésiologie russe. Son histoire a été d'abord marquée par l'importance qu'ont eue, en Russie, les sièges métropolitains de Kiev, puis de Moscou.

Dès la reconnaissance par saint Vladimir du christianisme comme religion officielle de l'État kiévien (989-990), une organisation ecclésiale est mise en place, ayant à sa tête un métropolitain qui réside à Kiev, capitale politique de la principauté. Toutefois, le silence des sources russes sur ce chapitre jusqu'à la nomination du métropolite Théopempte (1039) a donné lieu à diverses hypothèses sur la situation canonique de l'Église russe du début du xie siècle ; les recherches les plus récentes attestent cependant l'existence, dès l'origine, d'une métropole établie sous la dépendance du patriarcat de Constantinople. Généralement détenu par des prélats grecs nommés par celui-ci, le siège métropolitain de Kiev constitue un élément d'unité, en un temps où les structures politiques sont de moins en moins centralisées. Le centre de gravité politique est transféré à la fin du xiie siècle dans le nord du pays ; les métropolites prennent l'habitude de résider dans la nouvelle capitale, Vladimir, sur la Kliazma, et s'y établissent définitivement en 1300. Là, le siège métropolitain (qui porte le titre de Kiev jusqu'au milieu du xve siècle) est amené à suivre les vicissitudes politiques locales et son destin se trouve ainsi lié à celui de la dynastie moscovite.

Dès le deuxième quart du xive siècle, la résidence du chef de l'Église russe est Moscou, et les titulaires du siège métropolitain deviennent les alliés fidèles des princes de cette ville. En même temps, leur éloignement de Constantinople leur confère un pouvoir de fait beaucoup plus large que celui de la plupart des métropolitains de l'Église grecque. Mais la dépendance vis-à-vis des grands-princes de Vladimir-Moscou rend difficile, pour le métropolite, l'administration des diocèses situés dans les territoires occ [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉTROPOLITE  » est également traité dans :

AUTOCÉPHALES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 041 mots

L'autocéphalie (du grec autoképhalos, « qui est sa propre tête ») est le régime canonique qui règle les rapports institutionnels existant entre les diverses Églises sœurs dont se compose l'Église orthodoxe. Deux traits caractérisent ce régime : le refus d'une primauté de juridiction qui s'étendrait à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-autocephales/#i_35800

MÉTROPOLITAIN, ecclésiologie

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 239 mots

Ce terme désigne, dans l'Église latine, l'archevêque qui est à la tête d'une province ecclésiastique. Du fait de l'adoption par l'Église antique du principe d'accommodement qui lui fit calquer son organisation, à quelques exceptions près, sur les divisions administratives de l'Empire, une hiérarchie de droit coutumier s'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metropolitain-ecclesiologie/#i_35800

ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

  • Écrit par 
  • Irénée-Henri DALMAIS, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 564 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le clivage chalcédonien »  : […] de Constantinople, des traits spécifiques qui lui donnent une situation à part. Le métropolite de Kiev a rang d'« archevêque majeur » et dispose, qu'il soit grec ou slave, d'une large autonomie. Après le sac de Kiev par les Mongols (1238), il s'établira en Russie centrale, d'abord à Souzdal, puis à Vladimir, enfin à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-chretiennes-d-orient/#i_35800

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le gouvernement de l'Église »  : […] sous une double forme : personnelle et collégiale. À l'échelon provincial, le métropolite gouverne, avec ou sans le concours de ses suffragants, suivant les affaires. À Constantinople, c'est le patriarche, dans les mêmes conditions, avec ou sans l'assistance des métropolites. Le processus de centralisation, qui affecte parallèlement les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_35800

Pour citer l’article

Wladimir VODOFF, « MÉTROPOLITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/metropolite/