CUNNINGHAM MERCE (1919-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une pensée imprévue dans la danse

Merce Cunningham (de son vrai nom Mercier Philip Cunningham) naît le 16 avril 1919 à Centralia (État de Washington). Bien qu'il commence la danse à l'âge de douze ans et se produise dans des Vaudeville (des spectacles de variétés précurseurs des comédies musicales où les claquettes figurent en bonne place), il s'oriente vers le théâtre et intègre la Cornish School de Seattle (1937-1939), où il suit également une formation en danse. C'est la rencontre, en 1938, avec le compositeur avant-gardiste John Cage, alors pianiste accompagnateur de la classe de danse de Bonnie Bird, qui va infléchir son destin. Poussé par ces deux mentors à devenir danseur, il intègre la compagnie de Martha Graham en 1939, où il se produit comme soliste jusqu'en 1945 et y crée des rôles majeurs, notamment dans El Penitente (1940) et Appalachian Spring (1944).

Danseur exceptionnel (la critique le décrit comme « l'un des plus beaux danseurs américains »), Cunningham poursuit une recherche indépendante, et participe, dès 1942, aux spectacles du Bennington College (État du Vermont) avec un solo, Totem ancestor, sur une partition de John Cage. Ce dernier, élève de Schönberg, sera le compagnon et le collaborateur de Merce Cunningham jusqu'à sa disparition en 1992. Il a déjà mis au point une théorie qui fait de la musique un bruit – une matière sonore – soumis, quant à la composition, à des variantes aléatoires calquées sur le Yi Jing chinois (ou I Ching, ou encore Yi King, Livre des Mutations qui regroupe des combinaisons de diagrammes, qui, tirés aléatoirement, permettent de prédire l'avenir). Merce Cunningham voit immédiatement le parti qu'il peut en tirer sur le plan de la chorégraphie, échafaudant ainsi une pensée imprévue dans la danse.

Son principe fondamental est pourtant d'une simplicité biblique : la danse doit se suffire à elle-même. « Je crois profondément que le mouvement est expressif au-delà de toute intention », dit-il. Dès les premières années, il applique ses théories à tous les niveaux du spectacle chorégraphique et radicalise toutes ses idées en fonction de sept postulats :

– n'importe quel mouvement peut devenir de la danse ;

– n'importe quelle procédure constitue une méthode valide de composition ;

– toute partie du corps peut être utilisée ;

– musique, décor, costumes, lumière et danse possèdent une logique propre et une identité distincte ;

– n'importe quel danseur de la compagnie pourrait être soliste ;

– n'importe quel espace convient à la danse ;

– la danse peut parler de n'importe quoi, mais elle traite fondamentalement et, avant tout, du corps humain et de ses mouvements, à commencer par la marche.

S'il remet en cause toute expressivité du chorégraphe ou du danseur, Cunningham ne se détachera jamais de la notion de spectacle. Il ne rejette ni l'accompagnement sonore, ni l'apport d'éléments picturaux en matière de décor. Bien au contraire, il leur donne une place prépondérante en les traitant comme de véritables œuvres indépendantes qui participent du spectacle.

Ainsi, il collabore avec des artistes de tout premier plan comme les peintres Robert Rauschenberg, qui sera conseiller artistique de la compagnie Cunningham jusqu'en 1964, ou encore Jasper Johns, qui prendra sa suite jusqu'en 1967. Il privilégie l'invitation d'artistes extérieurs comme Franck Stella (pour Scramble, 1967), Andy Warhol (pour Rainforest, 1968), Robert Morris (pour Canfield, 1969 et Inlets, 1977) et même Marcel Duchamp (pour Walkaround Time, 1968). Enfin, il travaille avec des compositeurs contemporains tels que David Tudor, Toshi Ichiyanagi, La Monte Young et, bien sûr, John Cage.

Dès 1944, le Black Mountain College, sous la direction de Josef Albers, ancien chef de file du Bauhaus, abrite les expérimentations de Cage et Cunningham. L'une d'entre elles, restée exemplaire, réunira Cunningham dansant, John Cage donnant un cours, Mary Caroline Richard et Charles Olson lisant leurs poèmes tandis que David Tudor joue du piano et que Rauschenberg projette des diapositives de ses peintures, tout en passant de vieux disques sur un phonographe. L'événement, d'une durée de quarante-cinq minutes, est l'ébauche des happenings qui deviendront le fondement des mouvements artistiques d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CUNNINGHAM MERCE (1919-2009)  » est également traité dans :

SUMMERSPACE (M. Cunningham)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 175 mots

Dans un décor pointilliste et solaire de Robert Rauschenberg, Merce Cunningham (1919-2009) crée Summerspace le 17 août 1958, sur une musique de Morton Feldman, dans le cadre de l'American Dance Festival. Il s'agit d'une danse lyrique. Dans un lie […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les pionniers de la danse moderne »  : […] Il existe une danse plus spécifiquement américaine qui dès le début du siècle bâtit sa propre histoire sur le terrain préparé par Isadora Duncan. Cet art est teinté de mysticisme. Ainsi, piétiste, autodidacte, delsartienne, Ruth Saint Denis (1877-1968) se sent une seconde Isis. Ce rêve de l'Orient, où elle n'ira qu'en 1921, la fait danser pieds nus. Épouse de Ted Shawn, elle fonde la Denishawn Sc […] Lire la suite

BROWN TRISHA (1936-2017)

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bouillonnement new-yorkais »  : […] Simone Forti conseille à Trisha Brown de s'installer à New York. Désormais, c'est sur la côte est que se forgera leur destin. Trisha signe avec Forti et Dick Levine des Improvisations structurées dont le titre indique clairement la nature. Dans le studio de Merce Cunningham, passage obligé pour tous les danseurs de sa génération, elle profite des leçons de Robert Dunn et se familiarise avec les […] Lire la suite

CAGE JOHN

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 3 369 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Débuts et formation »  : […] Né le 5 septembre 1912 à Los Angeles, fils d'un inventeur réputé (John Milton Cage), John Cage fait de brillantes études secondaires. Parallèlement, il apprend le piano avec sa tante Phoebe, puis avec miss Fannie Charles-Dillon, compositeur ; il songe à vouer son existence à l'exécution des œuvres d'Edvard Grieg. Il étudie de 1928 à 1930 à Pomona College et se passionne pour les écrits de Gertrude […] Lire la suite

CAGE JOHN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 669 mots

5 septembre 1912 John Milton Cage, Jr., naît à Los Angeles. 1938 John Cage entame ses recherches sur le piano préparé à la Cornish School of the Arts de Seattle. 1939 John Cage compose Imaginary Landscape n o  1 , qui constitue l'acte de naissance de la « musique électronique vivante » ( live electronic music ), et First Construction (in Metal) , pour sextuor de percussions. 1940 John Cage com […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 695 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La chorégraphie moderne et contemporaine »  : […] Le xx e  siècle va révolutionner l'idée même de ce que peut être une chorégraphie grâce à la danse moderne puis contemporaine. On attribue traditionnellement ce renouveau à deux américaines, Isadora Duncan (1877- 1927) et Loïe Fuller (1862-1928). En réalité, c'est un mouvement qui apparaît presque simultanément aux États-Unis et en Allemagne au tout début du xx e  siècle. La conception qui pré […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

DANSER SA VIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 446 mots

Dans le chapitre « Danse et performance »  : […] Le dernier volet de l'exposition, « Danse et performance », visite les liens, anciens ou récents, qui unissent deux arts dans une authentique proximité. Depuis le mouvement dada (1916-1923), l'art tend à faire éclater l'espace d'exposition de l'œuvre pour retrouver la vie et la rue dans la perspective d'annihiler la barrière entre art noble et culture populaire. Cette préoccupation va toucher un […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU HAPPENING SELON ALLAN KAPROW - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 731 mots

1922 Projetant la future dissolution de l'art dans la vie, Piet Mondrian écrit : « L'art est déjà en partielle désintégration – mais sa fin serait prématurée. Les conséquences du Néoplasticisme sont effrayantes. » Allan Kaprow prolongera cette intuition. 1943 Quelques années avant qu'Allan Kaprow ne s'en occupe définitivement, Piet Mondrian déclare encore : « Je pense que l'élément destructif es […] Lire la suite

TUDOR DAVID (1926-1996)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 856 mots

Né le 20 janvier 1926 à Philadelphie, le pianiste et compositeur américain David Tudor est initié très tôt à la musique. Il étudie l'orgue et la théorie musicale avec H. William Hawke, le piano avec Josef Martin et Irma Wolpe Rademacher, la composition et l'analyse musicale avec Stefan Wolpe. Encore adolescent, il débute sa carrière professionnelle en tant qu'assistant organiste à l'église Saint M […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « CUNNINGHAM MERCE - (1919-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/merce-cunningham/