MERCANTILISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La monnaie, du XVIe au XVIIIe siècle

La monnaie n'est pas un bien comme les autres

L'interrogation sur la nature de la monnaie occupe une place essentielle dans la littérature mercantiliste. Cette interrogation correspond à plusieurs questions précises, plus ou moins mises en avant selon l'actualité, mais traitées dans un même esprit. On se demandait, en particulier au xvie siècle, comment expliquer la hausse des prix ; s'il était bien que le prince change la valeur de la monnaie ; si et pourquoi un accroissement de la quantité de monnaie était désirable dans un pays.

Les arguments ont forcément varié avec les faits et aussi avec la connaissance, très lacunaire, qu'on avait de leur ampleur. Le point commun de toute la littérature considérée n'apparaît que si on la compare avec les écrits classiques des disciples d'Adam Smith : pour tous les mercantilistes, la monnaie n'est pas un bien comme les autres, elle importe plus que les autres. Alors que la pensée classique va précisément enseigner le contraire : que la monnaie est une marchandise comme les autres, soumise comme les autres aux lois de l'offre et de la demande ; une marchandise moins importante même que la plupart des autres, « un voile » selon l'expression de Jean-Baptiste Say.

Le surhaussement des monnaies

Les prix de chaque pays s'exprimaient dans des unités de compte spécifiques, comme la livre en France, alors que les pièces d'or ou d'argent étaient désignées autrement, comme l'écu. Les espèces métalliques de tous pays étaient relativement interchangeables en raison de leur titre et de leur poids. Ces pièces circulaient donc hors de leurs pays d'origine, selon la connaissance et la confiance que l'on avait de leur qualité. Il revenait au prince, en y portant son sceau, de décider combien un écu valait de livres de son pays. Cette valeur était en principe imposée par la tradition, mais il arriva aussi que tel prince décide qu'un écu ne vaudrait plus une livre mais, disons, une livre et demie, ce que l'on appelait le « surhaussement » de la monnaie. Philippe l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-IX-Dauphine

Classification


Autres références

«  MERCANTILISME  » est également traité dans :

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Lutte contre les contraintes traditionnelles »  : […] Pour éliminer les pratiques communautaires difficilement compatibles avec la culture des prairies artificielles et des plantes fourragères, les novateurs demandent la suppression des institutions coercitives correspondantes, et notamment des droits de glanage, de chaumage, de vaine pâture, et de l'assolement forcé. De nombreux auteurs dénient toute valeur économique et sociale aux communaux, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-agricole/#i_3488

COLBERT JEAN-BAPTISTE (1619-1683)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 943 mots

Une légende tenace faisait de Colbert le fils d'un marchand drapier de Reims. Les historiens ont eu raison de ce mythe en montrant que le grand ministre était issu d'une dynastie de grands marchands internationaux, banquiers et financiers. Laboureurs à la fin de la guerre de Cent Ans, entre Reims et les Ardennes, ils firent du transport de pierres pour reconstruire les villes détruites et devinren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-colbert/#i_3488

COLBERTISME

  • Écrit par 
  • Jean IMBERT
  •  • 4 803 mots

Colbert, le plus grand des « grands commis » de la royauté française, a donné son nom à un système économique original qui, selon le mot de Blanqui dans son Histoire de l'économie politique (1837), était « complet et conséquent, dans toutes ses parties ». Pourtant, tous les historiens – et Blanqui lui-même dans une certaine mesure – sont d'accord pour considérer que Colbert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colbertisme/#i_3488

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du mercantilisme à la Révolution française »  : […] Désormais et pour près de trois siècles, la colonisation est liée au mercantilisme. Il faut augmenter le numéraire intérieur en achetant aussi peu que possible à l'extérieur et en favorisant les industries nationales pour développer les exportations. Des débouchés sont nécessaires. Dès lors les mercantilistes sont favorables à l'expansion coloniale. On ne renonce pas aux motivations d'hier (l'apo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_3488

COLONISATION

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 7 679 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Colonisation et mercantilisme »  : […] Quoi qu'il en soit, ces pratiques coloniales sont alors liées au principe du mercantilisme qui veut que la puissance d'une nation se mesure à la quantité de monnaie qu'elle détient. Ce système s'est établi progressivement, mais chaque État cherche à s'assurer le monopole du commerce colonial à son profit ou au profit des compagnies privilégiées. C'est le régime de l'«  exclusif », improprement ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonisation/#i_3488

COLONISATION, notion de

  • Écrit par 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 1 627 mots

Dans le chapitre « Une histoire coloniale sans problématique »  : […] Au xvi e  siècle, le mercantilisme est la première doctrine européenne de la colonisation, qui est alors simplement assimilée à une stratégie commerciale dont la finalité est d'équilibrer favorablement la balance du commerce, d'une part en dérobant du numéraire d'or et d'argent aux peuples voisins, ou en allant en quérir aux Indes occidentales, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonisation-notion-de/#i_3488

COMMERCE INTERNATIONAL - Politique du commerce extérieur

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLOCHON
  •  • 7 521 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mercantilisme bilatéralisme et protectionnisme éducateur »  : […] La politique économique autonome est celle qu'un État choisit librement, de sa propre initiative, et qu'il peut modifier quand il le veut. Cet unilatéralisme apparaît sous sa forme extrême dans le courant mercantiliste. Celui-ci domine la pensée et la politique économiques européennes entre le xv e  siècle et le début du xviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-politique-du-commerce-exterieur/#i_3488

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  L'émergence du libéralisme »  : […] Les premiers économistes ne sont pas libéraux. Ceux qu'on désigne par le terme « mercantilistes » prônent l'intervention de l'État et l'activisme monétaire. C'est en réaction et comme alternative au mercantilisme que la pensée libérale naît au xviii e  siècle. En France, notamment, ce mouvement apparaît sous la plume des physiocrates. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_3488

ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

  • Écrit par 
  • André BOURDE
  •  • 5 900 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le développement économique, social et culturel »  : […] Dans l'histoire du règne d'Élisabeth, il n'y a pas de fait plus remarquable et de plus grand avenir que le développement de la marine britannique. À cet essor, encouragé par la législation, qui lance les vaisseaux anglais sur toutes les mers du globe en quête d'aventures commerciales ou de butins, contribua toute une génération de marins intrépides : Drake, le plus protestant, le plus audacieux ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-ire/#i_3488

ENQUÊTE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS, Adam Smith - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Françoise DUBOEUF
  •  • 1 270 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enrichissement capitaliste »  : […] Comment conduire la nation au plus haut niveau de richesse ? Puisque cette dernière est définie comme la production annuelle obtenue grâce au travail, l'enrichissement de la nation repose sur l'augmentation de la quantité de travail et l'amélioration de sa productivité. Dans le livre I, l'analyse est consacrée aux conditions d'amélioration de la productivité du travail : celles-ci s'appuient sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enquete-sur-la-nature-et-les-causes-de-la-richesse-des-nations/#i_3488

ESSAI SUR LA NATURE DU COMMERCE EN GÉNÉRAL, Richard Cantillon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 1 561 mots

Dans le chapitre « Un traité systématique, un peu mercantiliste, un peu physiocratique, un peu classique »  : […] L' Essai sur la nature du commerce en général serait aujourd'hui présenté comme un traité d'économie théorique. « Économie » se disait alors « commerce », «  commerce en général  » prévenant qu'il ne s'agit pas d'analyser telle réforme particulière, de suggérer au roi de France ou d'Angleterre d'autoriser l'exportation du blé ou de taxer davantage le ta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-la-nature-du-commerce-en-general/#i_3488

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Colbert et le domaine colonial »  : […] Ce n'est qu'avec Colbert qu'on peut parler sinon d'un empire, tout au moins d'un véritable domaine colonial français. Administrativement, Colbert réalise la fusion des affaires maritimes et des entreprises coloniales. Cependant, le domaine colonial ne présentera jamais une véritable unité administrative. La colonisation apparaît comme une des conditions de la prospérité économique de la France. Dè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_3488

HENRI IV (1553-1610) roi de France (1589-1610) et de Navarre (1572-1610)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 3 851 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement économique »  : […] Sur le plan économique, Henri IV fait appel à Olivier de Serres. En 1601, vingt mille mûriers sont plantés dans les jardins des Tuileries. Mieux encore – et ceci témoigne d'une conception nouvelle de l'action administrative – le chapitre « sériciculture » du Théâtre d'agriculture d'Olivier de Serres est tiré à part, à raison de 16 000 exemplaires, un par paroisse. En 1599, La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-iv-1553-1610-roi-de-france-1589-1610-et-de-navarre-1572-1610/#i_3488

LAFFEMAS BARTHÉLEMY DE (1545 env.-1612)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 338 mots

Protestant, issu de la petite noblesse « pauvre » du Dauphiné, Laffemas a été l'un des fidèles compagnons d'armes du jeune Henri IV. Il devient, en récompense, le maître de la garde-robe royale et se trouve, grâce à cette fonction, en contact avec les banquiers et les marchands qui gravitent autour de la Cour. En 1601, Henri IV le nomme à la tête du bureau du commerce. Laffemas est loin d'avoir l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-de-laffemas/#i_3488

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 392 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La réforme du Conseil et les essais de Colbert »  : […] La mort de Mazarin (mars 1661) permit au jeune souverain d'entrer en scène, car il se résolut aussitôt à exercer ce métier de roi que, dans les éclairants Mémoires pour l'instruction du dauphin , il a déclaré lui-même « noble, grand et délicieux ». Des historiens d'à présent appliquent l'épithète « révolutionnaire » à ce qu'entreprit alors Louis XIV. Cela doit être entendu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xiv/#i_3488

MEXIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Henri ENJALBERT, 
  • Roland LABARRE, 
  • Cécile LACHENAL, 
  • Jean A. MEYER, 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, 
  • Philippe SIERRA
  •  • 32 124 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La « siesta colonial » »  : […] Les trois siècles de la période coloniale correspondent à la domination des idées mercantilistes. Les colonies ne doivent servir qu'à la prospérité de la métropole et leurs échanges ne se faire qu'avec elle, selon le système dit de l'exclusif. L'empire espagnol apparaît ainsi comme un coffre rempli d'or et d'argent, que les corsaires des autres pays, et les pirates de la région, essayent de pill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mexique/#i_3488

MONTCHRESTIEN ANTOINE DE (1576 env.-1621)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 495 mots

Fils d'un apothicaire, Montchrestien se fait connaître, dès 1596, en faisant jouer sa tragédie La Carthaginoise ou la liberté à Rouen. En 1601, il publie un livre de tragédies ( L'Écossaise ou le désastre , Les Lacènes ou la constance , David ou l'adultère , etc.). En 1605 paraît une nouvelle édition, avec u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-de-montchrestien/#i_3488

ORDIN-NACHTCHOKINE AFANASSI LAVRENTIEVITCH (1605 env.-1680)

  • Écrit par 
  • Denise EECKAUTE
  •  • 658 mots

Des administrateurs russes du xvii e siècle, Ordin-Nachtchokine (on écrit quelquefois Ordyn-Nachtchokine) est le seul sans doute à avoir atteint la stature d'un homme d'État. À la fois chef militaire, diplomate, économiste, il a su comprendre toute la portée du défi européen avant Pierre le Grand, dont il est, à bien des égards, le précurseur. Fi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afanassi-lavrentievitch-ordin-nachtchokine/#i_3488

PAIEMENTS BALANCE DES

  • Écrit par 
  • Marc RAFFINOT
  •  • 4 024 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Stabilité de l'équilibre »  : […] Du point de vue économique, on dira qu'une balance des paiements est en équilibre lorsque la variation des réserves est nulle. Cela ne veut pas dire qu'elle est en équilibre stable puisqu'un tel équilibre peut être obtenu par emprunt, ce qui devrait entraîner un déséquilibre dans le futur du fait du paiement des intérêts, toutes choses égales par ailleurs. L'analyse économique, pratiquement depui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balance-des-paiements/#i_3488

POMBAL SEBASTIÃO JOSÉ DE CARVALHO E MELO marquis de (1699-1782)

  • Écrit par 
  • Jean de PINS
  •  • 901 mots

Né d'une famille de petite noblesse provinciale, Sebasti ao José de Carvalho e Melo est loin d'avoir laissé deviner, au début de sa carrière, sa carrure d'homme d'État. C'est seulement vers la quarantaine que sa perspicacité se manifeste et que ses dépêches (il est alors en poste à Londres) le font connaître à la cour de Lisbonne. Son mariage avec la fille du comte d'Arcos, plus que ses études de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pombal-sebastiao-jose-de-carvalho-e-melo-marquis-de/#i_3488

PROTECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLOCHON
  •  • 6 508 mots

Dans le chapitre « Libre-échange et protectionnisme »  : […] Le débat sur les avantages respectifs de la protection et du libre-échange est aussi ancien que la science économique elle-même. Le courant mercantiliste, qui a dominé la pensée économique entre le xvi e  siècle et la première moitié du xviii e  siècle, considère que les États doivent intervenir a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protectionnisme/#i_3488

RICHESSE DÉFINITIONS ET MESURES DE LA

  • Écrit par 
  • Jean GADREY
  •  • 4 757 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La richesse chez les mercantilistes et les physiocrates (du XVIe au XVIIIe siècle) »  : […] Pour les économistes dits mercantilistes du xvi e et du xvii e  siècle, la vraie richesse du royaume réside dans la possession d'un stock de métaux précieux, et la richesse progresse quand ce stock augmente, essentiellement par l'exportation, le commerce au loin, et la guerre. Une telle vision e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/definitions-et-mesures-de-la-richesse/#i_3488

SMITH ADAM (1723-1790)

  • Écrit par 
  • Jacques WOLFF
  •  • 1 446 mots

Dans le chapitre « L'homme et l'œuvre »  : […] Smith n'a toute sa vie été qu'un universitaire. Né à Kirkaldy (Écosse), il entra à quatorze ans au collège de Glasgow, à dix-sept ans à Oxford où, pendant six années, il étudia la philosophie et la littérature. Il fut nommé professeur de littérature à Glasgow à vingt-huit ans et occupa à partir de 1753 la chaire de philosophie morale, professant entre autres l'économie politique et publiant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-smith/#i_3488

TRAITÉ DE L'ŒCONOMIE POLITIQUE, Antoine de Montchrestien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie L. COT
  •  • 965 mots

L'« œconomie politique » désigne la science aristotélicienne des richesses domestiques (du grec oïkos , « maisonnée », et nomos , « gouvernement »), appliquée au gouvernement du royaume. Le Traité de l'œconomie politique d'Antoine de Montchrestien (1576 env.-1621) marque le premier usage public de l'expression d'économie politique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-l-oeconomie-politique/#i_3488

Voir aussi

Pour citer l’article

François ETNER, « MERCANTILISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercantilisme/