DÉVALUATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dévaluation consiste à modifier le taux de change officiel d'une monnaie (parité) par rapport à une monnaie internationale de référence : or, dollar, écu, par exemple. Dans un sens extensif, elle désigne l'altération de l'objectif de change que les autorités monétaires d'un pays s'assignent dans le cadre de leur politique économique globale, qu'elles soient ou non liées par des engagements internationaux en la matière. La dévaluation doit donc être bien distinguée de la dépréciation – même si, très souvent, elle ne fait que la consacrer. Cette dernière est, en effet, un mouvement du taux de change déterminé spontanément par le marché qui constate une perte continue de valeur de la monnaie domestique par rapport aux monnaies étrangères. Si l'analyse de la dévaluation éclaire celle de la dépréciation, ces deux événements monétaires peuvent avoir des conséquences très différentes. De la même manière, il n'y a pas de symétrie absolue entre dévaluation et réévaluation. Bien que l'idée d'un biais systématique entre les effets de changements de parité de sens opposé mais de même montant ait été discutée, l'inversion des résultats de l'un, aussi bien théoriques qu'empiriques, pour déterminer ceux de l'autre ne peut être pratiquée sans précaution.

Pour une économie, l'objectif immédiat de la dévaluation est d'améliorer sa compétitivité en termes de prix. Celle-ci résulte de la comparaison entre les prix domestiques et les prix étrangers exprimés dans la même monnaie. En modifiant le taux de change, la dévaluation a pour effet de modifier, simultanément, les prix d'exportation exprimés en monnaie étrangère et les prix d'importation exprimés en monnaie domestique. L'augmentation de la compétitivité a normalement pour effet d'améliorer la balance commerciale du pays qui dévalue. Cette amélioration agit, à son tour, sur le niveau de la production : il y a, en effet, une hausse des exportations, c'est-à-dire de la demande internationale adressée au pays considéré, et une baisse des importations, qui se traduisent par une augmentation de la demande de produits domestiques. Lorsque l'économie dispose de capacités de production inemployées, l'amélioration de la balance commerciale entraîne une augmentation de la demande globale. La dévaluation apparaît alors comme une arme dont la politique économique peut jouer pour relancer l'activité sans affecter négativement l'équilibre externe.

Vision séduisante, mais qui se heurte à de nombreuses objections mises en évidence par la théorie économique récente. En particulier, l'amélioration de la balance commerciale est soumise à des conditions d'élasticité des fonctions d'importation et d'exportation du pays qui dévalue. L'effet de compétitivité lui-même, qui est à la source de l'amélioration de la balance commerciale, n'apparaît que si le pays est en mesure d'imposer ses prix sur les marchés extérieurs. En tout état de cause, les conséquences favorables à la dévaluation ne sont pas instantanées, et l'on peut assister, au contraire, à une dégradation des échanges extérieurs plusieurs mois après le changement de parité ; à plus long terme, les effets de l'opération sont érodés par la hausse des prix qu'elle suscite en augmentant le prix des exportations ou en se heurtant à une flexibilité insuffisante de la production si elle n'est pas accompagnée d'une politique de gestion rigoureuse de la demande interne. Elle est, enfin, sans efficacité si les salaires réels sont rigides, et peut même, dans certains cas, s'accompagner d'une dégradation du revenu réel de la collectivité liée à la dégradation des termes de l'échange. Pour toutes ces raisons, l'efficacité de la dévaluation doit être appréciée avec beaucoup de prudence : lorsque les objectifs de lutte contre l'inflation deviennent prioritaires, comme c'est le cas très général dans les économies contemporaines, cet instrument n'est plus privilégié – quand il n'est pas rejeté – pour assurer une amélioration durable de la compétitivité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉVALUATION  » est également traité dans :

DÉVALUATIONS DE L'ENTRE-DEUX-GUERRES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 166 mots

Août 1924 Dévaluation du mark (1 Reichsmark est échangé contre 1 000 milliards de marks papier).Mai 1925 Retour de la livre à la convertibilité en or sur la base de 1914 (réévaluation).Août 1926 Bataille de la lire. Mussolini refuse la dévaluation. Politique de déflation. […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La grande crise de 2001 »  : […] Dans un contexte de déflation et de fortes sorties de capitaux – associées à une diminution persistante des dépôts bancaires, la crise ouverte a été déclenchée en décembre 2001 par la mise en place du corralito (le gel des dépôts bancaires) et la suspension du déboursement d'une tranche du prêt accordé par le FMI, remettant en cause l'accord en vigueur avec cette institution. Bien que largement […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'entre-deux-guerres »  : […] L'introduction du suffrage universel unique pour les hommes en 1919 allait exclure dorénavant, à une exception près (1950-1954), la majorité absolue d'un seul parti. On était désormais condamné à un gouvernement de coalition constitué sur la base d'un compromis entre divers programmes de parti. Au cours de l'immédiat après-guerre, les problèmes suscités par le reconstruction entretinrent un clima […] Lire la suite

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 064 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les tensions entre démocratisation et ajustement structurel »  : […] La transition politique camerounaise est largement tributaire du contexte de fragilisation des bases économiques de l'État. Suite à l'échec du plan d'ajustement structurel conclu en 1988 avec le F.M.I., la Banque mondiale suspend, en juin 1992, ses paiements et remet en cause l'accord de confirmation signé en décembre 1991, contribuant par là même à aggraver la situation financière du Cameroun. Bé […] Lire la suite

CENTRAFRICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Apolline GAGLIARDI, 
  • Jean-Claude GAUTRON, 
  • Jean KOKIDE, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  •  • 10 227 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le déclin du régime du général Kolingba et l'avènement de Patassé »  : […] Après l'acceptation par le général André Kolingba des pluralismes politique et syndical, le cadre de lutte devint le Comité de coordination pour la convocation de la Conférence nationale souveraine, appuyé par la communauté internationale. Les Centrafricains engagèrent des actions multiformes durant l'année 1991, dont des grèves illimitées et des opérations « villes mortes », qui désorganisèrent l […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La crise argentine de 1998-2000 »  : […] Le cas de l'Argentine est important, puisque c'est un des pays à avoir choisi un currency board vis-à-vis du dollar à cette époque. Le système était différent de celui des pays émergents d'Asie qui avaient simplement opté pour un ancrage sur le dollar, sans règle particulière en ce qui concerne la politique monétaire : on avait ici un lien rigide pré-annoncé entre les taux d'intérêt et le niveau […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les accords de Bretton Woods »  : […] La conférence qui a lieu dans cette petite station proche de Boston, en juillet 1944 , ne compte qu'un petit nombre de délégués (une quarantaine), y compris ceux de l'U.R.S.S. qui ne signeront pas le texte final. Elle aboutit néanmoins à un accord qui, des dizaines d’années plus tard, constitue encore la pierre angulaire de tout l'édifice. Plusieurs de ses dispositions sont devenues caduques, mais […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le plan Barre »  : […] Le 12 février 1969, un mémorandum de la Commission – plus connu sous le nom de premier plan Barre – stipule la nécessité pour l'Europe de converger, parallèlement à l'intégration économique, vers une meilleure coordination des politiques macroéconomiques et un rapprochement des politiques monétaires. Il fait de nouvelles propositions pour mieux assurer la concertation et le rapprochement des polit […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le bilan »  : […] Pendant près de onze années de pouvoir, le plus important pour le général de Gaulle a toujours été de mettre en valeur la grandeur de la France, de faire preuve d'indépendance dans le concert des nations et de refuser l'alignement atlantique. Toutes les politiques conduites l'ont été pour affirmer la puissance française, aussi bien en matière économique qu'en ce qui concerne l'Europe, la défense o […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Jacques Chaban-Delmas à Matignon : la « nouvelle société » »  : […] Georges Pompidou choisit comme Premier ministre Jacques Chaban-Delmas, gaulliste historique, président de l'Assemblée nationale depuis 1959, plusieurs fois ministre sous la IV e  République où il apparaissait comme un gaulliste social, proche du radicalisme et de la gauche modérée. Le gouvernement représente les différentes tendances qui ont contribué au succès électoral du nouveau président. Mai […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-23 août 2019 États-Unis – Chine. Nouvelles tensions commerciales.

dévaluation de 1,9 p. 100 de la devise nationale. Washington dénonce une « manipulation » destinée à « octroyer [à la Chine] un avantage compétitif indu dans le commerce international ». Le 23, Pékin annonce l’imposition de droits de douane sur 75 milliards de dollars d’importations américaines dans les secteurs pétrolier, agricole et automobile, en […] Lire la suite

11-25 août 2015 Chine. Dévaluation du yuan et poursuite de la crise boursière.

dévaluation de fait. La Banque populaire de Chine se conforme ainsi au ralentissement de l’activité qui tire vers le bas la valeur de la monnaie depuis les derniers mois. Le glissement du yuan continue les jours suivants. Les 24 et 25, la Bourse de Shanghai chute de plus de 16 p. 100 en deux séances, entraînant à sa suite les places mondiales.  […] Lire la suite

1er-25 janvier 2002 Argentine. Élection d'Eduardo Duhalde à la présidence et poursuite de la crise financière

dévaluation de 28,5 p. 100 du peso pour les transactions externes, le taux de change étant libre pour les autres échanges. Le 9, le gouvernement décide d'assouplir les impopulaires restrictions bancaires qui interdisaient aux Argentins, depuis décembre 2001, de retirer plus de 250 pesos par semaine, afin de prévenir une fuite des capitaux. Le 11, à […] Lire la suite

1er-31 décembre 2001 Argentine. Crise financière et politique

dévaluation et par la corruption de certains membres de la nouvelle équipe, dégénèrent encore en émeutes dans la capitale. Le 29, le nouveau gouvernement présente sa démission. Le 30, Adolfo Rodriguez Saa, dont les décisions politiques et les ambitions personnelles sont dénoncées par son propre parti, démissionne à son tour. Le 31, les partis représentés […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-François LARRIBAU, « DÉVALUATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/devaluation/