Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SAY JEAN-BAPTISTE (1767-1832)

On reconnaît aujourd'hui en Say l'un des promoteurs de la pensée libérale. Les questions qu'il a posées, encore discutées dans tous les pays, comme sa fameuse « loi des débouchés », dépassent le cadre de l'histoire des idées économiques. D'autres points de vue sur les fondements sociologiques du développement économique conservent parfois une certaine actualité ; Say se trouve en effet à un carrefour privilégié de la pensée, et il a connu des courants d'idées, dont ses contemporains faisaient mal la synthèse, au moins en France. Il appartient tout d'abord à cette « génération de la liberté » stimulée par la Révolution, qui assiste, dans le domaine économique aussi, à des bouleversements considérables. C'est, en outre, un protestant qui étudie l'Angleterre, laquelle vit, bien avant la France, sa révolution industrielle. Il est enfin un « praticien de l'économie ». Mais cet industriel, que H. J. Davenport appelait « le moderne des modernes », sait appliquer les sciences exactes à ses activités concrètes, et il s'efforce de concilier un rationalisme abstrait et un réalisme toujours en éveil.

Libéral et révolutionnaire

Jean-Baptiste Say naquit à Lyon ; il commença sa carrière comme commis de banque, et alla dès l'âge de dix-neuf ans en Angleterre, où il assista avec enthousiasme à la « révolution industrielle ». Il admire vivement l'ouvrage d'Adam Smith, La Nature et les causes de la richesse des nations ; aussi, dans sonTraité d'économie politique... (1803), Say opère-t-il une synthèse entre le libéralisme économique de Smith et les idées politiques et philosophiques de la Révolution française, qu'il avait louées dans une revue, La Décade. Pendant l'Empire, qu'il refuse de soutenir, il devient filateur de coton, et son entreprise prospère, mais ce n'est qu'à la Restauration qu'il peut à nouveau publier ; son Traité connaît alors de multiples éditions. Nommé en 1819 professeur au Conservatoire des arts et métiers, il édite en 1828 et 1829 les leçons qu'il y a données sous le titre : Cours complet d'économie politique pratique. En 1830, il est nommé professeur d'économie politique au Collège de France, chaire créée pour lui. À sa mort, survenue à Paris, il est l'économiste français le plus célèbre du temps.

La carrière de Say explique les deux faces de son œuvre philosophique et théorique d'une part, pratique d'autre part. L'intransigeance de son scientisme libéral se rencontre, par exemple, dans son Catéchisme d'économie politique (1815) ; ses prises de position, très vigoureuses et brillantes, ont beaucoup contribué à la faire connaître. Praticien très avisé, il met l'accent, dans ses écrits, sur les réalisations concrètes.

La loi des débouchés, surtout, caractérise l'aspect idéologique de la pensée de Say. On l'a résumée dans la formule : « Les produits s'échangent contre les produits. » Comme l'écrit Say : « Dans tout État, plus les producteurs sont nombreux et les productions multipliées, et plus les débouchés sont faciles, variés et vastes. » Le pouvoir d'achat créé par le produit nouveau sert à acheter ce dernier plus tard ; il se dégage ainsi un équilibre naturel, car les ressources créées par le produit sont égales à sa valeur ; le débouché se mesure à la production.

On peut constater ici un excès d'abstraction, car les mouvements de la monnaie, les délais nécessaires pour le retour du pouvoir d'achat empêchent fréquemment cette équivalence d'apparaître. Qu'arrive-t-il ? Say répond sur ce point à Malthus que le bien invendu ne mérite pas le nom de produit. N'est-ce pas alors enlever toute signification positive à la loi des débouchés ?

Le libéralisme de l'auteur,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • TRAITÉ D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Jean-Baptiste Say - Fiche de lecture

    • Écrit par Francis DEMIER
    • 1 407 mots

    La première édition du Traité d'économie politique, ou Simple Exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses de Jean-Baptiste Say (1767-1832) date de 1803. Say n'a alors que trente-six ans. La rédaction de l'ouvrage se situe à un tournant de son itinéraire....

  • COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

    • Écrit par Jean BRUHAT
    • 6 503 mots
    • 2 médias
    ...espagnol. Les contemporains ont l'impression qu'une ère coloniale se termine. En 1814, Sismondi déconseille à la France la reconquête de Saint-Domingue. Si le Cours complet d'économie politique de J.-B. Say est de 1803, son influence s'est surtout exercée après 1815 (six éditions jusqu'en 1841)....
  • DÉBOUCHÉS, économie

    • Écrit par Alain-Pierre RODET
    • 306 mots

    L'économiste français Jean-Baptiste Say (1767-1832) a élaboré une théorie dont la pièce centrale est constituée par la fameuse loi des débouchés. Le principe de cette loi peut être ainsi résumé : c'est le producteur qui crée une demande par ses produits. Un produit créé offre dès cet instant...

  • ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 5 551 mots
    Dans ce contexte, l'idée d'un enseignement de l'économie passe pour une provocation et nul ne semble l'envisager. Sauf celui qui va jouer un rôle déterminant dans le développement de la science économique en France, à savoir Jean-Baptiste Say.
  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

    • Écrit par Daniel DIATKINE
    • 6 875 mots
    • 3 médias
    ...services). L'économie vulgaire suppose donc que la totalité du produit est échangée avec les titulaires de revenu. Le concept de produit net disparaît. En particulier, les détenteurs du capital perçoivent les intérêts en vertu des propriétés productives du capital qu'ils louent aux entrepreneurs (Jean-Baptiste...

Voir aussi