MERCANTILISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La politique économique des mercantilistes

L'État ou les marchands ?

Pour la plupart des analystes, l'État représentait l'intérêt général, la justice, l'efficacité, tandis que les marchés ordinaires étaient le lieu d'expression et d'affrontement des intérêts particuliers. Faire confiance aux initiatives privées impliquait que des créances ne seraient pas honorées, que des produits défectueux seraient vendus aux consommateurs, que des prix exorbitants leur seraient imposés.

Le monopole de commerce ou de production apparaissait au contraire comme bénéfique, parce que décidé par l'État et relativement simple à contrôler par lui. Accorder par exemple un privilège à une compagnie de commerce international évitait qu'une multitude de marchands agissent à l'étranger contre les intérêts nationaux. De plus, dans les contrées lointaines, les marchandises et les marchands devaient être effectivement protégés par des fortifications coûteuses. Il était donc rationnel de ne pas multiplier ces travaux et de les confier à une seule compagnie.

C'est pourquoi les mercantilistes anglais sollicitent l'appui de l'État dans les affaires internationales et la permission de les mener ensuite aussi librement que possible. Dans ces affaires, Law explique en 1705 « que le négociant ne peut pas gagner où la nation perd ». Les auteurs français en sont moins sûrs, ils comptent davantage sur l'État pour moderniser la nation et imposer des règles strictes aux intérêts particuliers.

Tous justifient l'État de façon exclusivement rationnelle. Les mercantilistes ne lui demandent pas de chasser les infidèles ou de reconstituer l'Empire romain. Ils sont plutôt occupés à vaincre toutes sortes d'archaïsmes, restes de l'époque féodale ou de temps plus anciens encore. Ils sont du côté du souverain contre les concessions octroyées jadis à certaines villes, les exemptions fiscales injustifiées, les péages intérieurs abusifs, les privilèges des Églises et leurs façons de gérer la charité. Ils veulent donner à cet État les moyens financiers, monétaires et fiscaux qui lui manquent pour mener la moindre politique autonome ; ils cherchent à rationaliser et à unifier la justice. Dans leurs luttes politiques, les mercantilistes se situent ainsi dans le camp des modernisateurs.

S'agissant du luxe, certains adoptent l'analyse la plus opposée à celle de la pensée chrétienne traditionnelle. Le luxe serait ainsi une bonne chose, certes pas en tant que tel, mais pour le travail qu'il fournit aux plus pauvres, alors que la « parcimonie » ne contribuerait pas à la création des richesses.

Les premiers économistes étonnent souvent par la brutalité de leurs propositions, dès lors que celles-ci sont argumentées de façon rationnelle. Un auteur comme Petty se demande en 1687 si, pour arranger les affaires de l'Angleterre, il ne serait pas opportun de déporter des Écossais en Irlande, des Irlandais en Angleterre et quelques Anglais en Irlande. Le tout concernerait quelques millions de personnes, avec autant de gains et de pertes qu'on s'apprête à évaluer sereinement.

Jean Melon, un mercantiliste français, déplore en 1734 qu'on ne parvienne pas à utiliser plus rationnellement les condamnés à mort, d'où cette idée d'en faire des sujets d'expériences scientifiques : « La médecine, dans ses recherches anatomiques, a besoin d'exemples vivants ; il resterait au condamné l'espérance de survivre à l'opération, et il mériterait sa grâce par des souffrances utiles à sa patrie. » Il faut aussi développer l'esclavage dans les colonies, pour des raisons strictement économiques, tout simplement parce que ce système s'avère moins coûteux que celui de la liberté.

Une politique tournée vers la puissance

La puissance politique ou militaire, en tant qu'objectif ultime, commande les prescriptions de politique économique de façon presque mécanique, avec évidemment des variations dues aux circonstances ou au fait que ce qui convient à l'Angleterre ne convient peut-être pas à la France. L'essentiel des raisonnements relève moins d'analyses économiques, énoncées en peu de paragraphes, que d'un examen strictement politique. Les questions les plus longuement exposées concernent l'opportunité des mesures proposées : pourra-t-on les faire appliquer par l'administration dont on dispose ? avec quel zèle seront-elles appliquées ? avec quels risques d'émeutes dans la population ? avec quelles rétorsions de la part des autres puissances ?

Les d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-IX-Dauphine

Classification

Autres références

«  MERCANTILISME  » est également traité dans :

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Lutte contre les contraintes traditionnelles »  : […] Pour éliminer les pratiques communautaires difficilement compatibles avec la culture des prairies artificielles et des plantes fourragères, les novateurs demandent la suppression des institutions coercitives correspondantes, et notamment des droits de glanage, de chaumage, de vaine pâture, et de l'assolement forcé. De nombreux auteurs dénient toute valeur économique et sociale aux communaux, en […] Lire la suite

COLBERT JEAN-BAPTISTE (1619-1683)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 943 mots

Une légende tenace faisait de Colbert le fils d'un marchand drapier de Reims. Les historiens ont eu raison de ce mythe en montrant que le grand ministre était issu d'une dynastie de grands marchands internationaux, banquiers et financiers. Laboureurs à la fin de la guerre de Cent Ans, entre Reims et les Ardennes, ils firent du transport de pierres pour reconstruire les villes détruites et devinren […] Lire la suite

COLBERTISME

  • Écrit par 
  • Jean IMBERT
  •  • 4 803 mots

Colbert, le plus grand des « grands commis » de la royauté française, a donné son nom à un système économique original qui, selon le mot de Blanqui dans son Histoire de l'économie politique (1837), était « complet et conséquent, dans toutes ses parties ». Pourtant, tous les historiens – et Blanqui lui-même dans une certaine mesure – sont d'accord pour considérer que Colbert n'a pas inventé une do […] Lire la suite

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du mercantilisme à la Révolution française »  : […] Désormais et pour près de trois siècles, la colonisation est liée au mercantilisme. Il faut augmenter le numéraire intérieur en achetant aussi peu que possible à l'extérieur et en favorisant les industries nationales pour développer les exportations. Des débouchés sont nécessaires. Dès lors les mercantilistes sont favorables à l'expansion coloniale. On ne renonce pas aux motivations d'hier (l'apo […] Lire la suite

COLONISATION

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 7 683 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Colonisation et mercantilisme »  : […] Quoi qu'il en soit, ces pratiques coloniales sont alors liées au principe du mercantilisme qui veut que la puissance d'une nation se mesure à la quantité de monnaie qu'elle détient. Ce système s'est établi progressivement, mais chaque État cherche à s'assurer le monopole du commerce colonial à son profit ou au profit des compagnies privilégiées. C'est le régime de l'«  exclusif », improprement ap […] Lire la suite

COLONISATION, notion de

  • Écrit par 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 1 627 mots

Dans le chapitre « Une histoire coloniale sans problématique »  : […] Au xvi e  siècle, le mercantilisme est la première doctrine européenne de la colonisation, qui est alors simplement assimilée à une stratégie commerciale dont la finalité est d'équilibrer favorablement la balance du commerce, d'une part en dérobant du numéraire d'or et d'argent aux peuples voisins, ou en allant en quérir aux Indes occidentales, et d'autre part en assurant des débouchés aux produi […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Politique du commerce extérieur

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLOCHON
  •  • 7 533 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mercantilisme bilatéralisme et protectionnisme éducateur »  : […] La politique économique autonome est celle qu'un État choisit librement, de sa propre initiative, et qu'il peut modifier quand il le veut. Cet unilatéralisme apparaît sous sa forme extrême dans le courant mercantiliste. Celui-ci domine la pensée et la politique économiques européennes entre le xv e  siècle et le début du xviii e  siècle. Il repose sur l'idée selon laquelle la richesse des société […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  L'émergence du libéralisme »  : […] Les premiers économistes ne sont pas libéraux. Ceux qu'on désigne par le terme « mercantilistes » prônent l'intervention de l'État et l'activisme monétaire. C'est en réaction et comme alternative au mercantilisme que la pensée libérale naît au xviii e  siècle. En France, notamment, ce mouvement apparaît sous la plume des physiocrates. […] Lire la suite

ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

  • Écrit par 
  • André BOURDE
  •  • 5 901 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le développement économique, social et culturel »  : […] Dans l'histoire du règne d'Élisabeth, il n'y a pas de fait plus remarquable et de plus grand avenir que le développement de la marine britannique. À cet essor, encouragé par la législation, qui lance les vaisseaux anglais sur toutes les mers du globe en quête d'aventures commerciales ou de butins, contribua toute une génération de marins intrépides : Drake, le plus protestant, le plus audacieux ; […] Lire la suite

ENQUÊTE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS, Adam Smith - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Françoise DUBOEUF
  •  • 1 271 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enrichissement capitaliste »  : […] Comment conduire la nation au plus haut niveau de richesse ? Puisque cette dernière est définie comme la production annuelle obtenue grâce au travail, l'enrichissement de la nation repose sur l'augmentation de la quantité de travail et l'amélioration de sa productivité. Dans le livre I, l'analyse est consacrée aux conditions d'amélioration de la productivité du travail : celles-ci s'appuient sur l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François ETNER, « MERCANTILISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mercantilisme/