COLBERTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Colbert, le plus grand des « grands commis » de la royauté française, a donné son nom à un système économique original qui, selon le mot de Blanqui dans son Histoire de l'économie politique (1837), était « complet et conséquent, dans toutes ses parties ». Pourtant, tous les historiens – et Blanqui lui-même dans une certaine mesure – sont d'accord pour considérer que Colbert n'a pas inventé une doctrine neuve, comparable par exemple à celle des physiocrates ou à celle de Marx. Bien des théoriciens, et quelques-uns de ses prédécesseurs dans la direction des affaires publiques, avaient pensé, en France même, que l'argent constitue la fortune d'un État et qu'« il n'y a que l'abondance d'argent qui fasse la différence de sa grandeur et de sa puissance ». Et ces doctrinaires français ne faisaient que se rallier à un courant plus général, né au cours du xvie siècle, le « mercantilisme ».

À la base du système mercantiliste, ce principe essentiel : la richesse d'un État est avant tout fonction de l'accumulation des métaux précieux. En conséquence, puisque cette conquête des métaux précieux doit être la préoccupation principale des gouvernements, d'une part la nation qui possède des mines d'or, d'argent ou de cuivre doit s'efforcer d'empêcher la fuite de ces métaux précieux, et celle qui n'en a pas doit les attirer par l'échange et en freiner la sortie ; d'autre part, pour aboutir à cette balance favorable, il faut établir un contrôle constant de l'État, d'où la nécessité d'une politique dirigiste : à l'intérieur, réglementation du commerce et de l'industrie ; aux frontières, contrôle douanier ; au-dehors, recherche des débouchés.

Il est vrai que toutes ces thèses ont été défendues, avant et après Colbert, aussi bien en France que dans d'autres pays européens. L'originalité de Colbert et du colbertisme ne doit donc pas être cherchée dans les principes mêmes du régime économique qu'il préconise : elle apparaît en pleine lumière, semble-t-il, dans deux directions. D'une part, alors que le mercantilisme se présente ailleurs comme « u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification


Autres références

«  COLBERTISME  » est également traité dans :

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le problème des offices »  : […] En face de cette montée des administrateurs, ancêtres lointains de nos technocrates, l'Ancien Régime a connu une autre expérience, dont il est mort : les offices. Il ne peut être question d'en retracer la complexe histoire. Deux questions nous semblent intéressantes : le « comment » de l'expérience, son heurt avec la conception de la monarchie absolue, bureaucratique et administrative. De prime ab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ancien-regime/#i_3218

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Dans le chapitre « Colbert, protecteur de la bourgeoisie marchande »  : […] Colbert est très représentatif de la bourgeoisie du commerce et des manufactures pour laquelle l'autre fraction de la bourgeoisie – la noblesse de robe – laisse percer quelque dédain, mais qui n'en est pas moins la partie la plus dynamique de cette classe et, probablement aussi, de la nation. Au service du roi, Colbert saura mettre en place tout un ensemble d'institutions (le mercantilisme) pour p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie-francaise/#i_3218

COLBERT JEAN-BAPTISTE (1619-1683)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 943 mots

Une légende tenace faisait de Colbert le fils d'un marchand drapier de Reims. Les historiens ont eu raison de ce mythe en montrant que le grand ministre était issu d'une dynastie de grands marchands internationaux, banquiers et financiers. Laboureurs à la fin de la guerre de Cent Ans, entre Reims et les Ardennes, ils firent du transport de pierres pour reconstruire les villes détruites et devinren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-colbert/#i_3218

PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Laurent CHANETZ
  •  • 6 538 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les manufactures d'État »  : […] Tant dans le domaine civil que militaire, la monarchie absolue va en effet doter la France de bâtiments industriels prestigieux, dont l'architecture empruntée aux palais des princes magnifie le pouvoir royal. Aux xvii e et xviii e  siècles, la France se couvre ainsi d'un blanc manteau de manufac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-france/#i_3218

SAINT-GOBAIN MANUFACTURE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 916 mots

Manufacture royale (appartenant à des particuliers, mais recevant des subventions du roi). Colbert désirait ravir le monopole des glaces à la Sérénissime république de Venise. À prix d'or, il réussit à faire venir, malgré la surveillance dont ils étaient l'objet de la part des services d'espionnage fort bien organisés de la cité, quatre verriers de Murano, petite île de la lagune. Ils furent insta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-de-saint-gobain/#i_3218

TRAITÉ DE L'ŒCONOMIE POLITIQUE, Antoine de Montchrestien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie L. COT
  •  • 965 mots

Dans le chapitre « L'expérience colbertienne »  : […] Les thèses développées dans le Traité connaîtront leur heure de gloire sous Louis XIV, lorsque Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) les met en pratique entre 1666 et 1682. Dès son arrivée aux affaires, il instaure des tarifs douaniers sur les importations de produits manufacturés et sur les exportations de blé, il crée des manufactures royales en grand nombre et les dote de pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-l-oeconomie-politique/#i_3218

VAN ROBAIS JOSSE (1630-1685)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 251 mots

Manufacturier en draps d'origine hollandaise, Josse van Robais vint s'établir à Abbeville en 1665 sur la demande de Colbert. Celui-ci mettait alors en œuvre sa grande politique mercantiliste, encourageant notamment la fabrication de produits de luxe destinés à l'exportation : Van Robais est l'un des nombreux étrangers, entrepreneur ou compagnon, qu'il invite en France afin d'y introduire les meill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josse-van-robais/#i_3218

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean IMBERT, « COLBERTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colbertisme/