ARCHAÏQUE MENTALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'archaïsme à la civilisation prométhéenne

Il ne faut pas confondre la question soulevée ici avec le problème philosophique, longtemps débattu, du postulat de l'unité et de l'universalité de la nature humaine. D'ailleurs, l'hypothèse d'une disparité intellectuelle d'origine raciale étant écartée, il est évident que ce n'est pas dans des dispositions congénitales mais dans des contextes culturels différents que l'anthropologie doit chercher les causes et les caractères distinctifs des formes de pensée.

Mais, même réduite à ces limites précises, la comparaison peut engager plus ou moins profondément la spécificité de l'archaïsme. Il s'agit en effet de savoir si le système culturel des sociétés dites primitives conduit simplement les individus à élaborer des croyances et à adopter des attitudes différentes des nôtres ou bien s'il produit en eux des dispositions intellectuelles propres, une manière particulière de penser, de raisonner, de saisir le monde et de se saisir eux-mêmes, c'est-à-dire en somme une mentalité propre à ces sociétés et qu'on appellera la mentalité archaïque ou primitive. On peut résumer les nombreuses prises de position à ce sujet en les rangeant en trois catégories principales, selon un développement historique où la théorie de Lucien Lévy-Bruhl a établi une coupure décisive.

L'animisme et le rationalisme sociologique

La première tentative d'analyse sociologique vraiment importante des croyances archaïques a été l'œuvre d'une école appelée animiste et dont les principaux représentants furent Spencer, Tylor et Frazer. Ramenée à ses lignes les plus générales, au-delà des aspects particuliers que lui ont donnés chacun de ces auteurs, l'animisme est une interprétation à la fois rationaliste et évolutionniste de la pensée archaïque. Dans cette conception, l'homme primitif aurait élaboré ses premières croyances en cherchant à expliquer par des raisonnements les phénomènes qui le surprenaient, notamment les visions qu'il avait dans ses rêves et qui, tout naturellement, lui semblaient douées d'une réalité objective. Il en aurait conclu que son existence pouvait être double et qu'il possédait une âme séparable. Puis, généralisant son interprétation du monde à partir de cette première croyance, il aurait supposé que les phénomènes naturels étaient également produits par des âmes analogues à la sienne et capables d'agir volontairement. Ainsi, la causalité se combinant à la similitude, un raisonnement cohérent aurait conduit les hommes archaïques à peupler l'univers d'esprits, à animer les êtres et les choses.

Cependant, tout en montrant l'identité des mécanismes intellectuels entre la pensée archaïque et la nôtre, l'animisme faisait des croyances primitives la conséquence d'une première erreur de jugement. C'est à ce sujet, et pour aller plus loin dans l'interprétation rationaliste, que Durkheim s'est opposé à l'animisme. Pour l'auteur des Formes élémentaires de la vie religieuse, la pensée archaïque nous donne l'image des premières étapes d'une évolution intellectuelle continue, et elle met en œuvre les principes rationnels d'une manière qui prépare directement la pensée scientifique. Durkheim retrouvait par exemple dans les rituels mimétiques des tribus australiennes une sorte d'énoncé concret de la loi de causalité. De la même façon, toutes les catégories de la raison sont en œuvre dans les croyances primitives, ce qui démontre du même coup leur origine sociale. Ainsi, de la pensée primitive à la nôtre, l'explicite succède à l'implicite : la pensée primitive est gauche et excessive, confond ce qu'il faudrait seulement rapprocher, oppose ce qu'il suffirait de distinguer, mais réalise déjà correctement les opérations intellectuelles fondamentales que sont la classification, l'abstraction, la conceptualisation, l'inférence logique.

La mentalité primitive selon Lévy-Bruhl

C'est contre la conception, commune à l'animisme et au rationalisme sociologique durkheimien, d'une homogénéité fondamentale de toutes les mentalités que Lévy-Bruhl a soutenu la spécificit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ARCHAÏQUE MENTALITÉ  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'écologie culturelle à l'anthropologie française »  : […] Un autre courant américain se situe dans le cadre de cette anthropologie sociale et culturelle, qui, née d'une orientation matérialiste et néo-évolutionniste, rejeta l'intellectualisme et le psychologisme de l'anthropologie culturelle, provoquant aux États-Unis une véritable révolution et posant les principes d'une nouvelle recherche. Anthropologues et archéologues s'inspirèrent des travaux de J.  […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 184 mots

Dans le chapitre « La connaissance des événements dans les sociétés archaïques »  : […] Mircea Eliade a bien montré que « l'histoire des sociétés primitives se réduit exclusivement aux événements mythiques qui ont lieu in illo tempore et qui n'ont cessé depuis lors jusqu'à nos jours », c'est-à-dire que tous les événements qui se déroulent dans le temps vécu par les hommes et leurs sociétés (la maladie et la mort d'un individu, les aventures de la guerre, par exemple) ne sont jamais […] Lire la suite

LÉVY-BRUHL LUCIEN (1857-1939)

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 1 650 mots

Dans le chapitre « La mentalité prélogique »  : […] Pour distinguer la mentalité primitive de la nôtre, Lévy-Bruhl la qualifie de mystique (c'est-à-dire fondée sur des croyances à des forces surnaturelles) et de prélogique, voulant signifier par là non point qu'elle est antérieure ou opposée à la logique, mais qu'elle n'obéit pas exclusivement aux lois de notre logique et notamment au principe d'identité. Ainsi, la pensée primitive formée par des […] Lire la suite

MIRACLE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 6 604 mots

Dans le chapitre « L'homme primitif et les puissances mystérieuses »  : […] Pour l'homme archaïque, le merveilleux et le prodigieux sont des index de transcendance qui s'imposent spontanément, qui vont de soi, qui sont « tout naturels ». Il se représente le divin, le sacré, le numineux , en termes de puissance, et même de surpuissance, de toute-puissance. Il est aidé en cela par l'imagination, par le jeu normal, quoique ambigu, de l'imagination. Celle-ci se croit souverai […] Lire la suite

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la mort-négation à la négation de la mort »  : […] La mort, en tant que négation totale de l'être, n'était pas ignorée des populations archaïques qui, toutefois, semblaient y voir une sanction, la plus grave de toutes. Elle frappait soit des individus coupables par exemple de sorcellerie, soit des sujets qui avaient subi une « mauvaise mort », c'est-à-dire une mort non conforme aux exigences de la coutume (mort par noyade ou par l'effet de la fou […] Lire la suite

MYTHE - Épistémologie des mythes

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 8 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Grec à deux têtes »  : […] Vers les années 1960, la question essentielle pour la science mythologique, dans le débat ouvert entre Lévi-Strauss et ses contradicteurs, était la suivante : la mythologie relève-t-elle d'une explication unique ? La réponse affirmative, développée par l'analyse structurale, se nouait dans une simple phrase : « le mythe est un langage » ( Anthropologie structurale , p. 232). Sans doute, depuis la […] Lire la suite

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 703 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La méthode culturelle »  : […] Les présupposés évolutionnistes . Bien que depuis plus d'un siècle, de nombreux auteurs aient réfuté la doctrine évolutionniste voulant faire partout passer l'humanité de l'étage des « chasseurs » à celui des « pasteurs » et bien qu'une théorie aussi obsolète soit abandonnée par la plupart des anthropologues, il est curieux de constater qu'elle est toujours admise par la majorité des chercheurs e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CAZENEUVE, « ARCHAÏQUE MENTALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalite-archaique/