MÉLANCOLIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychanalyse et philosophie

Freud classe la mélancolie, en 1896, parmi les psychonévroses de défense et plus précisément les névroses narcissiques. Liée à la série des névroses d'angoisse, particulièrement à la dépression périodique, elle se rattache au troisième mode de transformation de l'énergie non liquidée, celui de la transformation de l'affect ; mais, alors que la névrose d'angoisse provient d'une accumulation de tension sexuelle physique, la mélancolie provient d'une accumulation de tension sexuelle psychique, ce qui détermine chez les sujets qui en sont atteints une grande tension érotique psychique (psychische Liebespannung). C'est en rapport avec celle-ci, comprise à la fois comme symptôme et comme mécanisme, que Freud a comparé la mélancolie à une sorte d'« hémorragie interne » (innere Verblutung) en vertu de laquelle « l'excitation sexuelle entièrement pompée s'écoulerait comme par un trou situé dans le psychisme, entraînant ainsi chez le sujet une inhibition généralisée de ses autres fonctions ».

Il est très étonnant de remarquer, à ce moment de l'histoire de la mélancolie, comment le terme même fut réhabilité par Bleuler et Freud, au sein à la fois de la psychiatrie et de ce qui sera la psychanalyse, et comment Freud, tout particulièrement, rompit avec la tradition médicale pour aborder, d'une part, un point de vue d'abord mécaniste et, d'autre part, des références lexicales sans aucun rapport avec les compilations antérieures. On renoue dès à présent, avant même que Freud ne se penche sur le processus dynamique de la maladie dans Deuil et mélancolie (1917), avec un courant réflexif qui, de l'acedia des mystiques du Moyen Âge au désespoir des romantiques, avait la mélancolie pour cible, s'il ne la prenait pour muse. Du point de vue de l'orthodoxie psychiatrique, on peut bien rétorquer qu'il ne s'agit pas là de la même entité et s'en tenir à la conception réductrice de la psychose. Qu'on veuille bien cependant songer à la catégorie freudienne de névrose narcissique, dans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Mélancolie, E. Degas

Mélancolie, E. Degas
Crédits : AKG

photographie

La Mélancolie, L. Cranach l’Ancien

La Mélancolie, L. Cranach l’Ancien
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉLANCOLIE  » est également traité dans :

MÉLANCOLIE. GÉNIE ET FOLIE EN OCCIDENT (exposition)

  • Écrit par 
  • Hélène PRIGENT
  •  • 912 mots

Annoncée comme l'une des dernières expositions de Jean Clair, celle du moins qui couronnait sa carrière de directeur du musée Picasso à Paris, Mélancolie. Génie et folie en Occident, au Grand Palais du 13 octobre 2005 au 16 janvier 2006, condensait les thématiq […] Lire la suite

L'ANATOMIE DE LA MÉLANCOLIE, Robert Burton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 112 mots

Somme d'érudition, d'intelligence et d'humour, L'Anatomie de la mélancolie a prêté à Robert Burton (1577-1640) la réputation, plus artificieuse que justifiée, d'un Montaigne anglais. Leur démarche est, en fait, parallèle et distincte, en ce sens que l'un se nourrit de son expérience vécue pour tenter de vivre mieux et l'autre sollicite d'un savoir encyclopédique un enseignement thérapeutique prop […] Lire la suite

BURTON ROBERT (1577-1640)

  • Écrit par 
  • Pascal AQUIEN
  •  • 691 mots

Né à Lindley, dans le comté de Leicester, le 8 février 1577, Burton fit ses études à Oxford où il obtint une licence de théologie en 1614. Il devint pasteur en 1616 et obtint des bénéfices ecclésiastiques dans le Lincolnshire et le Leicestershire de 1624 à 1631. Burton consacra sa vie au travail et à ses charges pastorales, et il mourut à Oxford le 25 janvier 1640. De son œuvre, on retiendra une c […] Lire la suite

COTARD SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 110 mots

Délire de négation, décrit par Cotard en 1880. Le malade, après avoir développé des préoccupations hypocondriaques et des troubles cénesthésiques, sent ses organes se putréfier et se détruire. Puis il en nie l'existence et étend enfin sa négation au monde extérieur et à sa propre existence. N'étant plus vivant, il ne saurait mourir, ce qui est vécu comme une damnation. Ce syndrome, qui mène à la p […] Lire la suite

DÉLIRE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Gabriel DESHAIES
  •  • 2 910 mots

Dans le chapitre « Les structures délirantes »  : […] Parler de structures délirantes ne veut pas dire qu'une espèce de forme sui generis habite ou parasite la personnalité, comme un ver le fruit. Cela signifie que la personnalité elle-même, en particulier le moi, se trouve submergée par une certaine dynamique affective, et elle tend à s'organiser ou à se réorganiser selon une structuration nouvelle, en l'occurrence délirante, à la fois déficiente, […] Lire la suite

DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES

  • Écrit par 
  • Jean GUYOTAT
  •  • 3 159 mots

Dans le chapitre « La dépression mélancolique »  : […] Dans la dépression mélancolique, la douleur morale est très vive, la dévalorisation et la culpabilité sont intenses. Ces sentiments sont parfois si pénibles qu'ils peuvent être à l'origine, d'une part, d'une déformation de la réalité et d'idées délirantes telles que l'auto-accusation (par exemple, on s'accuse d'un crime que l'on n'a pas commis), la négation (de sa propre existence, du monde envir […] Lire la suite

DEUIL

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 334 mots
  •  • 1 média

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé . Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage Deuil et mélanc […] Lire la suite

ÉLECTROCHOC

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 463 mots

Appelée également sismothérapie ou électroconvulsivothérapie (E.C.T.), la technique thérapeutique des électrochocs a été inventée en 1938 par Ugo Cerletti (1877-1963) et Lucio Bini, qui s'appuyaient sur un prétendu antagonisme entre l'épilepsie et la schizophrénie. Avec un appareil, qui n'a guère été modifié depuis lors et que J. Rondepierre introduisit en France en 1941, on fait passer d'une tem […] Lire la suite

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problèmes psychopathologiques »  : […] La psychopathologie de la vieillesse traite des troubles mentaux directement en relation avec le phénomène du vieillissement et avec ses conséquences sur le plan physique, psychologique et social. Elle ne peut donc se comprendre que par une approche de la personne « totale » au cours du troisième âge. Il s'agit de troubles qui peuvent être graves, mais, beaucoup plus souvent, légers et curables ; […] Lire la suite

HUMEURS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Sophie SPITZ
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

Élaborée peu à peu par Hippocrate (460 env.-env. 370 av. J.-C.) et les auteurs du Corpus Hippocraticum , puis par Galien (129-env. 201), la doctrine médicale de la théorie des humeurs a joué un rôle prépondérant dans l'histoire de la médecine jusqu'à la fin du xviii e siècle environ. La théorie humorale considère que la santé de l'âme comme celle du corps réside dans l'équilibre des humeurs — sa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Claude LAMBOTTE, « MÉLANCOLIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/melancolie/