BURTON ROBERT (1577-1640)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Lindley, dans le comté de Leicester, le 8 février 1577, Burton fit ses études à Oxford où il obtint une licence de théologie en 1614. Il devint pasteur en 1616 et obtint des bénéfices ecclésiastiques dans le Lincolnshire et le Leicestershire de 1624 à 1631. Burton consacra sa vie au travail et à ses charges pastorales, et il mourut à Oxford le 25 janvier 1640.

De son œuvre, on retiendra une comédie satirique, écrite en vers latins, Philosophaster, critique virulente du charlatanisme. Composée en 1606, réécrite en 1615, elle fut représentée par les étudiants de Christ Church à Oxford, en 1618. Mais Burton doit sa notoriété à L'Anatomie de la mélancolie (1621), ouvrage réédité cinq fois du vivant de son auteur. Dans une très longue préface, « Démocrite junior au lecteur », Burton explique le choix de son pseudonyme, lié au désir de poursuivre l'œuvre de Démocrite, auteur d'un traité sur « les causes et les remèdes de cette atrabilis ou mélancolie ». À l'instar de Démocrite, Burton se dit désireux de « goûter à tous les plats » en suivant son « humeur vagabonde ». Dans son introduction, il explique également le choix de son sujet (« J'écris sur la mélancolie pour lui échapper ») et insiste sur son expérience de ce mal pour légitimer son propos. Enfin, conscient du caractère compilatoire de son œuvre, il cite Macrobe : « Omne meum, nihil meum », « Tout est à moi, rien n'est à moi. »

L'Anatomie de la mélancolie est composée de trois parties. La première, dont le point de départ est la chute de l'homme après le péché originel et les maux qui en ont résulté « dans le corps ou dans l'esprit », est un essai de définition de la mélancolie. Burton cherche aussi à énoncer ses diverses causes, celles qui sont dues aux « perturbations de l'esprit » (imagination, peur, colère) et celles qui sont liées à la dureté d'une éducation mauvaise et brutale, à des circonstances matérielles difficiles (pauvreté) ou à des événements traumatiques (accidents, deuils). L'auteur n'en néglige pas pour autant l'héritage médiéval, avec la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur de troisième cycle, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, maître de conférences à l'université d'Amiens, École supérieure de chimie

Classification


Autres références

«  BURTON ROBERT (1577-1640)  » est également traité dans :

L'ANATOMIE DE LA MÉLANCOLIE, Robert Burton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 112 mots

Somme d'érudition, d'intelligence et d'humour, L'Anatomie de la mélancolie a prêté à Robert Burton (1577-1640) la réputation, plus artificieuse que justifiée, d'un Montaigne anglais. Leur démarche est, en fait, parallèle et distincte, en ce sens que l'un se nourrit de son expérience vécue pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-anatomie-de-la-melancolie/#i_93164

Pour citer l’article

Pascal AQUIEN, « BURTON ROBERT - (1577-1640) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-burton/