Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TYNER MCCOY (1938-2020)

Au fil d’une carrière longue de plus d’un demi-siècle, le pianiste et compositeur américain McCoy Tyner aura contribué à façonner le jazz moderne, accompagnant notamment dans ses sommets le saxophoniste John Coltrane qui reconnaissait en lui « celui qui lui a donné des ailes pour décoller ».

The Believer

Alfred McCoy Tyner – plus tard, converti à l’islam sous le nom de Sulieman Saud – naît à Philadelphie le 11 décembre 1938. À treize ans, il prend ses premières leçons de piano. Il poursuit sa formation à la Granoff School of Music de sa ville natale. L’adolescent bénéficie des conseils d’un voisin pianiste qui s’est fait un nom au royaume du jazz bop : Bud Powell. Dès 1953, il se produit en professionnel dans des formations locales de rhythm and blues et travaille avec le trompettiste Calvin Massey. En 1956, il est programmé au club Red Rooster en compagnie de John Coltrane. Il offre au saxophoniste, qui fait alors partie du célèbre quintette de Miles Davis, l’une de ses compositions, « The Believer », que ce dernier enregistrera en 1958 pour Prestige, avec le concours de Donald Byrd (trompette), Red Garland (piano), Paul Chambers (contrebasse) et Louis Hayes (batterie). À cette époque, McCoy Tyner accompagne les solistes de passage à Philadelphie comme Kenny Dorham (trombone), Jackie McLean (saxophone alto), Sonny Rollins (saxophone ténor), Max Roach et Roy Haynes (batterie) ou Frank Strozier (saxophone alto). En 1959, Benny Golson (saxophone ténor) et Art Farmer (trompette) lui proposent de rejoindre leur Jazztet où figurent Curtis Fuller (trombone), Addison Farmer (contrebasse) et Lex Humphries (batterie). Avec cet ensemble, le jeune pianiste apparaît sur l’album Meet the Jazztet publié en 1960 par Argo. Il figure également en sideman sur quelques séances d’enregistrement marquantes avec Wayne Shorter (saxophone), Grant Green (guitare) et surtout Freddie Hubbard (trompette) qu’il accompagne dans plusieurs albums.

McCoy Tyner

McCoy Tyner

Mi-1960, McCoy Tyner quitte le Jazztet pour remplacer Steve Kuhn dans le légendaire quartette de John Coltrane qui réunit essentiellement Jimmy Garrison (contrebasse) et Elvin Jones (batterie). Pendant cinq ans, il va participer, pour le label Prestige, à une série d’albums entrés dans l’histoire : Coltrane’sSound (enregistré en 1960), My Favorite Things(1960), Coltrane Plays the Blues (1960), Africa/Brass (1961), Olé Coltrane (1961), Ballads (1961-1962), Crescent (1964), A Love Supreme (1964), Ascension (1965). Avec des accords flottants, McCoy Tyner installe une base harmonique souple et un climat incantatoire propice aux envolées à la fois furieuses et lyriques du leader. Face à la contestation rythmique permanente d’Elvin Jones, il impose une respiration plus sereine et une calme certitude esthétique. Sans pour autant renier la profonde admiration qu’il porte à John Coltrane, il quitte le quartette en 1965, après une prestation mémorable de A Love Supreme au festival de jazz d’Antibes – Juan-les-Pins, se sentant incapable d’accompagner plus avant les aspirations de l’aventureux saxophoniste à se libérer de la pulsation régulière.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

McCoy Tyner

McCoy Tyner

Autres références

  • COLTRANE JOHN

    • Écrit par Alain GERBER
    • 1 417 mots
    • 1 média
    En 1960, Trane forme avec le batteur Elvin Jones, le pianiste McCoy Tyner et le contrebassiste Steve Davis (auquel succéderont Reggie Workman et Jimmy Garrison) son propre quartette. Dans ce contexte, il abandonne l'une de ses idées fixes de la période précédente – l'exploitation opiniâtre des harmonies...
  • HUBBARD FREDDIE (1938-2008)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 1 240 mots

    Une technique superlative lui vaut l'admiration unanime de tous les trompettistes, y compris celle d'un maître incontesté en la matière, Wynton Marsalis. Pourtant, malgré une longue et brillante carrière, l'Américain Freddie Hubbard n'est jamais parvenu à se hisser au sommet de la hiérarchie...

  • JAZZ

    • Écrit par Philippe CARLES, Jean-Louis CHAUTEMPS, Universalis, Michel-Claude JALARD, Eugène LLEDO
    • 10 992 mots
    • 24 médias
    ...volontiers paroxystique (Cousin Mary, My Favorite Things, A Love Supreme). Le quartette qu'il a constitué avec, notamment, le batteur Elvin Jones et le pianiste McCoy Tyner a l'importance, dans l'histoire du jazz, du Hot Five de Louis Armstrong et du quintette de Charlie Parker. On peut rattacher...
  • JONES ELVIN RAY dit ELVIN (1927-2004)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 993 mots
    ...Jones dans la formation qu'il vient de constituer pour fuir les sortilèges du magicien Miles Davis. Pendant cinq ans, ce fabuleux quartette – avec McCoy Tyner au piano et, à la contrebasse, successivement Steve Davis, Reggie Workman et Jimmy Garrison – va écrire l'une des plus aventureuses pages de...

Voir aussi