MONROE MARILYN (1926-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le désir d'être actrice

Mais Marilyn Monroe ne se satisfait pas de cet amour superficiel et de cette gloire qu'elle pressent éphémère. Elle veut qu'on l'aime pour son intelligence, pour son âme, pour son talent d'actrice. La plus grande star du moment se faufile dans les derniers rangs des cours de Lee Strasberg à l'Actors Studio de New York et apprend son métier avec le dévouement appliqué d'une bûcheuse. Avec Sept Ans de réflexion (The Seven Year Itch, Billy Wilder, 1955), elle paraît pourtant continuer à exploiter le sillon charmeur des Hommes préfèrent les blondes. Le film est un immense succès, même si celui-ci trouve peut-être son origine dans un malentendu (la presse utilisa copieusement le plan, absent du film, où sa robe plissée s'enfle comme un parachute sous l'action du déplacement d'air d'une bouche de métro).

Marilyn Monroe continue à travailler dur, à lire, à apprendre. En 1956, elle épouse l'écrivain Arthur Miller, symbole même de l'intellectuel américain, qui est alors mis au ban par le maccarthysme. C'est afin de prouver son talent d'actrice qu'elle utilise toute son influence pour que la Fox s'assure les droits de la pièce à succès de William Inge, Arrêt d'autobus (Bus Stop, Joshuah Logan, 1956). Le rôle de Chérie, artiste de cabaret minable qui n'a de cesse qu'un cow-boy un peu niais l'aime pour autre chose que ses formes, semble fait pour elle. L'actrice en fait un triomphe : qu'elle se montre avec un maquillage blafard sous les projecteurs violacés du cabaret, ou presque sans maquillage, coincée par une tempête de neige dans une taverne éloigné de tout, c'est bien l'âme du personnage qu'elle réussit à exprimer. Sa gestuelle fébrile, les trémolos de sa voix sont autant les siens que ceux du personnage.

Après avoir prouvé ce qu'elle souhaitait, Marilyn Monroe devient sa propre productrice et s'offre le luxe de se faire diriger par l'illustre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Marilyn Monroe

Marilyn Monroe
Crédits : Keystone Features/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

All About Eve, de J. L. Mankiewicz, 1950

All About Eve, de J. L. Mankiewicz, 1950
Crédits : 20TH CENTURY FOX/ Album/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, membre du comité de rédaction de la revue Positif

Classification

Autres références

«  MONROE MARILYN (1926-1962)  » est également traité dans :

CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 050 mots
  •  • 1 média

Certains l'aiment chaud ( Some Like it Hot ) est un sommet de la comédie américaine parodique, construite sur le thème du travestissement. C'est la seconde collaboration entre Billy Wilder et Marilyn Monroe, devenue le sex-symbol du cinéma hollywoodien des années 1950, dans les dernières années du code d'autocensure de William Hays. Ensemble, Billy Wilder et Marilyn avaient mis à rude épreuve la […] Lire la suite

LES DÉSAXÉS, film de John Huston

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 909 mots

Les Désaxés ( The Misfits ) est à l'origine une nouvelle écrite par Arthur Miller à Reno, alors qu'il attendait que soit prononcé le divorce qui lui permettrait d'épouser Marilyn Monroe. Le film, qui n'eut guère de succès à l'époque, est aujourd'hui connu pour des raisons qui tiennent moins à son contenu qu'à la vie de ses interprètes. Clark Gable mourra d'un infarctus quelques semaines après la […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Technique et mythologie érotiques »  : […] L'érotisme ne pouvant être le paradis du cinéaste, il sera sa croix, en tout cas sa hantise, grandissant sans cesse, comme sur les affiches et dans les autres domaines de la publicité. Un film comme Benjamin (1967) double ses recettes par un sous-titre alléchant : Mémoires d'un puceau . « Civilisation du cul », affirme Godard dans Deux ou trois choses que je sais d'elle (1966) ; il fait dire au […] Lire la suite

MILLER ARTHUR (1915-2005)

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 655 mots

Dans le chapitre « Le désespoir surmonté »  : […] Par ailleurs, la vie privée d'Arthur Miller, qui considère que « l'homme et la femme sont toujours en conflit, le pire c'est la victoire de l'un ou l'autre », a également alimenté son œuvre au même titre que la cellule familiale originelle. Ses trois mariages, d'abord avec sa condisciple de l'université du Michigan, Mary Slattery, de 1940 à 1956, puis avec Marilyn Monroe, de 1956 à 1961 – pour qu […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Comment se fabrique une étoile »  : […] La vedette d'un film est l'interprète suffisamment connu(e) pour que le public dise en parlant de lui (ou d'elle) : « Un film de X...  » Cette coutume, sur laquelle J. G. Auriol s'interrogeait déjà en 1946, fait moins du film « l'œuvre » de l'interprète que son domaine, sa propriété (et sa vitrine) : c'est lui, ou elle, qu'on va voir dans son film. Tous les films d'une star forment, aux yeux de so […] Lire la suite

STERN BERT (1929-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 408 mots

Le photographe américain Bert Stern a aidé à redéfinir la photographie commerciale aux États-Unis. Il a également réalisé des clichés emblématiques de célébrités, telles que Twiggy, mannequin et actrice, Elizabeth Taylor et Audrey Hepburn. Ses photographies les plus connues demeurent cependant celles qu’il prit de Marilyn Monroe pour le magazine Vogue six semaines avant la mort de la star, en 196 […] Lire la suite

WILDER BILLY (1906-2002)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 2 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impossible retour »  : […] La grande histoire reprend alors ses droits. Chargé de la dénazification du monde du spectacle germanique, et désireux d'avoir des nouvelles de sa famille, c'est un Billy Wilder sans uniforme qui rejoint le quartier général de l'armée américaine à Londres au printemps de 1945. Immobilisé dans la capitale anglaise jusqu'en juin, il sera le premier spectateur des films de diverses nationalités tourn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « MONROE MARILYN - (1926-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marilyn-monroe/