Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OLIVIER LAURENCE (1907-1989)

Laurence Olivier - crédits : Bettmann/ Getty Images

Laurence Olivier

Interprète de théâtre comme de cinéma, metteur en scène et réalisateur de films, Laurence Olivier est considéré comme le plus illustre des acteurs d'expression anglaise de son temps. Il est le premier membre de cette corporation à être élevé à la dignité de pair à vie. Artiste professionnel dès 1926, il rejoint en 1937 la compagnie de l'Old Vic Theatre de Londres où il assure avec brio divers rôles shakespeariens, notamment celui d'Hamlet (avec, dans le rôle d'Ophélie, Vivien Leigh qui devait devenir sa femme) dans le cadre du château d'Elseneur, après une série de films qu'il interprète à Hollywood : Les Hauts de Hurlevent (1939), Rebecca (1940) et Orgueil et préjugé (1940). C'est encore Shakespeare qu'il sert pour le septième art en transposant à l'écran Henri V (1944), Hamlet (1948), Richard III (1956) et Othello (1965), dans lesquels il incarne lui-même le héros.

Marilyn Monroe et Laurence Olivier - crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

Marilyn Monroe et Laurence Olivier

<it>Rebecca</it>, d'Alfred Hitchcock - crédits : Twentieth Century-Fox Film Corporation/ Collection privée

Rebecca, d'Alfred Hitchcock

Sa carrière de cinéaste se poursuit de pair avec celle d'homme de théâtre. Codirecteur de l'Old Vic avec sir Ralph Richardson, il contribue avec lui à la renaissance de cette illustre formation de 1944 à 1950. À partir de 1950, il dirige et joue dans ses propres mises en scène. Directeur de la National Company en 1962, il met en scène tout un éventail de pièces allant des farces de Feydeau aux tragédies de Strindberg. En 1970, il mène cette compagnie aux États-Unis, comme il l'avait fait en 1946 pour l'Old Vic, et ce fut chaque fois une tournée triomphale.

Le cinéaste a une réputation surfaite : son Hamlet trahit le texte par d'inexcusables suppressions, son Henri V n'est qu'une enluminure, et partout « sir Laurence » étale son vedettariat. Ce défaut se change en qualité, l'âge venant : Laurence Olivier campe une série d'agréables ou d'odieux coquins dans les films d'autrui, et là, son cabotinage fait merveille. Il n'aura eu que le tort d'avoir appliqué son intelligence et son talent à une lecture « passéiste » qui ne donne qu'une image étriquée du génie de Shakespeare.

— Michèle GRANDIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Michèle GRANDIN. OLIVIER LAURENCE (1907-1989) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Laurence Olivier - crédits : Bettmann/ Getty Images

Laurence Olivier

Marilyn Monroe et Laurence Olivier - crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

Marilyn Monroe et Laurence Olivier

<it>Rebecca</it>, d'Alfred Hitchcock - crédits : Twentieth Century-Fox Film Corporation/ Collection privée

Rebecca, d'Alfred Hitchcock

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

    • Écrit par
    • 3 446 mots
    • 4 médias
    ...Brève Rencontre, 1945), adapta splendidement des romans de Dickens (Les Grandes Espérances, 1946 ; Oliver Twist, 1948), alors qu'au même moment, le comédien Laurence Olivier revisitait Shakespeare avec grand succès (Henry V, 1944 ; Hamlet, 1948). On rapprochera de ce genre la biographie historique...
  • LEIGH VIVIEN (1913-1967)

    • Écrit par
    • 748 mots
    • 1 média

    Vivien Leigh, de son vrai nom Vivian Mary Hartley, est née le 5 décembre 1913 à Darjeeling (Inde). Fille d'un agent de change du Yorkshire, elle reçoit une éducation religieuse en Angleterre et en Europe continentale. Suivant l'exemple de sa camarade de classe Maureen O'Sullivan...