CUKOR GEORGE (1899-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il y a dans la cinquantaine de films réalisés par George Cukor, de 1930 à 1981, la continuité et la cohérence d'une œuvre. Même s'il fut, comme beaucoup d'autres à Hollywood, un cinéaste travaillant à la commande, voire un technicien de confiance sauvant des tournages de la catastrophe ou terminant des réalisations commencées par d'autres (il est obligé lui-même d'abandonner le tournage de Autant en emporte le vent ou empêché de réaliser Chéri d'après Colette) ; même s'il s'est surtout défini comme director, réalisateur et directeur d'acteurs – il en fut un de tout premier plan –, force est pourtant de considérer Cukor, parmi les plus grands, comme l'un des auteurs du cinéma américain, pour l'élégance et la subtilité de ses mises en scène et surtout pour l'obstination étonnante de son propos et de ses thèmes.

Le spectacle comme sujet

« Il n'y a qu'un seul sujet au cinéma, disait un jour Jacques Rivette : le théâtre. » À l'instar de Jean Renoir ou de Sacha Guitry avec lesquels il n'est pas sans affinités, Cukor fait de ce sujet par excellence la préoccupation constante de la quasi-totalité de ses films, leur obsession, diversement formulée au gré des prétextes imposés par les producteurs et des scénaristes de rencontre ou de prédilection (dont Garson Karnin, surtout). La métaphore théâtrale donne, en effet, aux films de Cukor (comédies, comédies musicales, drames psychologiques, mélodrames, jusqu'au western et au film d'aventures), dans tous les genres alors en vigueur (à l'exclusion du thriller), un décor en même temps que des références très nettes au spectacle, privé ou public, et des personnages, avant tout des femmes qui plus ou moins explicitement sont toujours, librement ou par contrainte, des actrices.

Du spectacle, le cinéma de Cukor énumère les lieux en toile de fond de ses récits. Ces lieux sont, carrément, ceux du théâtre : outre l'adaptation de Roméo et Juliette (1936), A Double Life (1947), Les Girls (1957), ou Le Roman de Marguerite Gautier (Camille, 1937), jusqu'aux spectacles ambulants du théâtre forain dans l'admirable Sylvia Scarlett (1935), ou dans La Diablesse en collant rose (1959) ; ou encore : ceux du music-hall ou du show-business avec Zaza (1938), Les Girls ou Le Milliardaire (Let's Make Love, 1960) ; ceux du cinéma, avec What Price Hollywood (1932), The Actress (1953) et Une étoile est née (A Star is Born, 1954), voire ceux de la télévision ; ceux de la publicité dans Une femme qui s'affiche (It Should Happen to You, 1953), ou ceux des tribunaux dans Madame porte la culotte (Adam's Rib, 1949), et de nouveau dans Les Girls. Mieux, même parmi ses films qui ne se situent pas dans ce décor explicite, le théâtre n'en demeure pas moins la référence de la fiction, son centre de gravité. Cette théâtralité provient du parti pris de la mise en scène à devenir, avec ironie ou sécheresse, « mise en boîte ». Ce qui est alors filmé, ce sont, à huis clos, des paroles : le brouhaha et la cruauté des mots comme dans The Women (1939) où n'apparaissent à l'écran que des femmes, et ailleurs les aveux d'une extrême solitude qui est celle du couple comme dans Liaisons coupables (The Chapman Report, 1963), où la rigueur des cadrages enferme les personnages les uns à la suite des autres et les soumet à un véritable jeu de la vérité.

Le Roman de Marguerite Gautier, G. Cukor

Photographie : Le Roman de Marguerite Gautier, G. Cukor

Réalisée en 1937, cette nouvelle adaptation de La Dame aux camélias marque une apothéose pour la mise en scène raffinée de George Cukor et l’interprétation de Greta Garbo (ici avec Robert Taylor) dans un de ses plus grands rôles. 

Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Pictures/ Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Cette théâtralité naît généralement d'une volonté de redoubler, à l'intérieur même de l'écran, la mise en scène sous ses divers aspects, qu'elle soit imposée ou plus ou moins librement décidée. Ici, elle est pure manipulation ; ainsi dans Hantise (Gaslight, 1944), où un homme exerce peu à peu son empire sur sa femme, possédant son corps et son esprit pour la rendre folle, afin de chercher en paix un symbolique trésor de famille. Cela avant qu'un enquêteur amant ne s'introduise dans le domicile conjugal, pour dissiper les fantasmes, mettre au jour la machination et donner à l'épouse la force de jouer en toute conscience à son mari la comédie de la folie, passant ainsi de la possession à la simulation. Là, la mise en scène est davantage une façon d'être et donc de paraître. Elle est le comportement professionnel de ceux qui vivent de la représentation, de ceux et de celles qui font métier de se montrer, de séduire, de convaincre, de s'afficher. Cukor filme, à cette occasion, la fragilité du spectacle, l'éphémère de ses instants de joie ou de gloire, le travail de la célébrité – bonheurs chèrement gagnés, mais aussi épuisement au travail qui, peu à peu, provoque la séparation de la vie publique et de la vie privée et les rend inconciliables, comme dans Une étoile est née. Ailleurs, elle est encore, cette mise en scène que déploient les personnages, un art de vivre ou de survivre que ne justifie pas l'exercice d'un métier, une réaction instinctive mais déterminée socialement, une manière de se comporter en société, un moyen de se protéger soi-même et de se protéger du regard des autres. C'est toute la beauté d'un film tel que The Philadelphia Story (Indiscrétions, 1940), tour à tour comédie et psychodrame, d'en montrer la logique au cours d'une inoubliable journée de noces au terme de laquelle le marié ne sera pas celui qui devait épouser Katharine Hepburn. La grâce de Cukor est de ruiner l'équilibre du malentendu, de détruire le théâtre par le théâtre, d'opposer aux conventions d'une mise en scène (le mariage) les risques et les plaisirs du jeu et du désir, en sorte que l'ordre des choses se trouble peu à peu de digressions, de glissements, de surprises, de retournements imprévisibles, magiques mais nécessaires.

Hantise, de George Cukor

Photographie : Hantise, de George Cukor

Charles Boyer et Ingrid Bergman dans Gaslight (Hantise, 1944), de George Cukor. 

Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

Afficher

Indiscrétions, de George Cukor

Photographie : Indiscrétions, de George Cukor

James Stewart, Katharine Hepburn et Cary Grant dans The Philadelphia Story (Indiscrétions, 1940), de George Cukor. 

Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

Afficher

Indiscrétions, G. Cukor

Photographie : Indiscrétions, G. Cukor

Katharine Hepburn et Cary Grant dans Indiscrétions (The Philadelphia Story), une grande comédie américaine de George Cukor (1940). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Le Roman de Marguerite Gautier, G. Cukor

Le Roman de Marguerite Gautier, G. Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Pictures/ Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

photographie

Hantise, de George Cukor

Hantise, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie

Indiscrétions, de George Cukor

Indiscrétions, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie

Indiscrétions, G. Cukor

Indiscrétions, G. Cukor
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CUKOR GEORGE (1899-1983)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma américain classique »  : […] Mais le registre de Capra demeure limité. Howard Hawks et Leo Mac Carey, qui sont ses rivaux en matière de comédie, ont un projet bien plus vaste. Pour l'un et l'autre, la comédie représente simplement le terme privilégié d'une alternative personnelle. L'œuvre de Hawks oscille entre le burlesque ( L'Impossible Monsieur Bébé [ Bringing Up Baby ], 1938) et le tragique ( Scarface [ Scarface Shame o […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 218 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xix e  siècle ( The Black Crook , 1866) aux États-Unis. Ils év […] Lire la suite

GORDON RUTH (1896-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 523 mots

Né en 1896 à Quincy (Massachusetts), Ruth Gordon avait commencé sa carrière dans des films muets produits à Fort Lee ( Camille , 1915 ; The Whirl of Life , ibid .). Elle la poursuivit à Broadway où, en 1937, elle donne une interprétation peu conventionnelle de Nora, héroïne de Maison de poupée d'Ibsen. Sa prestation insolite ne passe pas inaperçue aux yeux des talent-scouts hollywoodiens, qui lui […] Lire la suite

HEPBURN KATHARINE (1907-2003)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 804 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du théâtre au cinéma »  : […] Katharine Houghton Hepburn est née le 9 novembre 1907 à Hartford, dans le Connecticut, d'un père éminent chirurgien et d'une mère suffragette. Au terme de ses études à Bryn Mawr, fameuse université pour jeunes filles de la bourgeoisie, elle épouse un agent de change dont elle divorcera en 1934. Après avoir étudié l'art dramatique, elle fait ses débuts sur scène en 1928, à Baltimore, puis, la même […] Lire la suite

LEMMON JACK (1925-2001)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 879 mots
  •  • 1 média

Né à Boston, Jack Lemmon est engagé dans la marine à la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout en poursuivant ses études à Harvard, où il découvre l'art dramatique. Pendant une dizaine d'années, il fait son apprentissage dans les tournées théâtrales, le music-hall, puis la télévision. Dès son premier film, Une femme qui s'affiche (1954), de George Cukor, il tient la vedette face à Judy Holliday. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jérôme PRIEUR, « CUKOR GEORGE - (1899-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-cukor/