MARIE DE BOURGOGNE (1457-1482) duchesse de Bourgogne (1477-1482)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille unique du duc de Bourgogne Charles le Téméraire et de sa seconde épouse Isabelle de Bourbon. En 1477, âgée de vingt ans, Marie prend la tête des États bourguignons à la suite de la mort accidentelle de son père devant Nancy. Sa jeunesse et son inexpérience politique lui font perdre une partie de ses États. Louis XI, ennemi acharné de sa dynastie, reprend la Bourgogne proprement dite, envahit la Picardie et l'Artois, tandis que l'Alsace, la Lorraine, la Gueldre, le Zutphen et Liège se séparent de l'État bourguignon. Les états généraux réunis à Gand en février 1477 obligent Marie à signer le « Grand Privilège de par-deçà », qui abolit les institutions centrales établies par les ducs de Bourgogne, notamment le parlement de Malines, cour de justice suprême, et qui signifie le retour aux anciennes institutions et privilèges régionaux. Bien qu'engagée par Louis XI au dauphin de France, alors âgé de sept ans, Marie épouse en août 1477 Maximilien de Habsbourg, fils unique de l'empereur Frédéric III. Protecteur des États bourguignons, Maximilien arrête l'armée française en août 1479 à Guinegatte. Marie meurt en 1482 des suites d'une chute de cheval, laissant deux enfants : Philippe le Beau et Marguerite d'Autriche. Ainsi prend fin le règne de la maison de Bourgogne. Maximilien exerce la régence jusqu'à la majorité de Philippe le Beau en 1494. Il rencontre beaucoup de difficultés de la part des provinces, excédées par la politique centralisatrice des Bourguignons.

—  Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARIE DE BOURGOGNE (1457-1482) duchesse de Bourgogne (1477-1482)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une galerie de princes »  : […] De fortes personnalités présidèrent aux destinées des régions de la Belgique actuelle au cours des xv e et xvi e  siècles. Après le fondateur Philippe le Hardi vint Jean sans Peur, obnubilé surtout par la France et Paris. Son assassinat par les Armagnacs déchaîna la haine de son fils Philippe le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_22461

FRANCE : MISE EN PLACE DE L'ÉTAT MODERNE, XVe-XVIe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 566 mots

1453 L'armée du roi Charles VII met fin à la présence anglaise en Guyenne à la bataille de Castillon (17 juillet). La guerre de Cent Ans est terminée. 1456 Un an après l'occupation des terres de Jean V, comte d'Armagnac (qui sera banni en 1460), un autre grand féodal, le duc Jean II d'Alençon, est puni (21 mai) pour avoir demandé une interven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-mise-en-place-de-l-etat-moderne-xve-xvie-siecle-reperes-chronologiques/#i_22461

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Réflexes particularistes régionaux (fin du XVe siècle et XVIe siècle) »  : […] Le soulèvement contre l'Espagne au cours de la seconde moitié du xvi e  siècle revêtait-il un caractère progressiste ou conservateur ? La question n'a cessé de hanter les historiens tant néerlandais qu'étrangers. En général, on tend plutôt à le considérer comme conservateur. Il s'agit en effet de la résistance des particularismes locaux au phénomè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_22461

Pour citer l’article

Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS, « MARIE DE BOURGOGNE (1457-1482) - duchesse de Bourgogne (1477-1482) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-de-bourgogne/