MALADIES MENTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fréquence des maladies mentales

Les maladies mentales sont-elles plus fréquentes dans telle région, dans telle couche de la population, à certaines périodes plutôt qu'à d'autres ? C'est un problème difficile et controversé en raison des variables multiples qui sont impliquées. Il est l'objet d'une science encore balbutiante : l'épidémiologie psychiatrique.

Une des variables est constituée par le niveau d'exigence de la société. On trouve plus de malades mentaux dans les milieux urbains que ruraux, dans les sociétés en rapide développement que dans celles ayant une relative stabilité. Cela ne signifie pas que ces conditions sociales soient la cause première d'un certain nombre de maladies mentales, mais laisse plutôt entendre que ces conditions révèlent des incapacités adaptatives qui seraient restées sans cela inapparentes, donc pratiquement inexistantes.

Rien ne le montre mieux que quelques statistiques portant sur une des formes les moins sensibles à l'environnement : l'arriération mentale. En Angleterre, en 1906, la Commission royale chargée d'une enquête sur ce point estimait à 4 p. 1 000 la proportion des arriérés. En 1924, une nouvelle enquête officielle (docteur Lewis) estime cette proportion à au moins 8 p. 1 000 en moyenne. Une autre étude de Lewis, en 1929, montre que ces proportions varient suivant l'âge, puisqu'on trouve 25,6 arriérés pour 1 000 habitants entre dix et quatorze ans, contre 1,2 p. 1 000 en dessous de cinq ans. C'est dire que l'exigence scolaire révèle l'arriération qui, dans un milieu non scolarisé, serait restée inapparente.

C'est sans doute la principale raison qui fait parfois prétendre que les malades mentaux sont plus rares dans les pays les moins développés techniquement. Or diverses études épidémiologiques montrent qu'il n'en est rien si l'on ne considère que les cas grossièrement évidents. Par contre, des différences considérables apparaissent si l'on tient compte de troubles plus discrets que révèle la vie dans les cités modernes.

Une étude de Lin (1953), conduite avec méthode, mais ne tenant compte que des cas avérés de toute nature, montre une proportion de 10,8 malades mentaux pour 1 000 habitants. Une étude de Michael (1960), portant il est vrai sur un autre échantillon, mais tenant compte d'une large variété de symptômes psychiatriques, arrive à la conclusion que tous les habitants, à l'exception de 185 p. 1 000, présentent l'un ou l'autre de ces symptômes, soit une proportion de 815 « malades mentaux » pour 1 000 habitants.

Si l'on se fonde sur des données concrètes, on obtient, pour 1 000 habitants de plus de seize ans, un nombre de cas traités dans l'année de l'ordre suivant : environ 3 hospitalisations en service spécialisé, 5 consultations externes, 85 cas psychiatriques vus par les praticiens non spécialisés, soit environ 10 p. 100 de la population.

Des enquêtes sur des échantillons représentatifs ont permis, par ailleurs, de déceler des symptômes névrotiques infracliniques, c'est-à-dire encore inapparents, dans environ 350 cas sur 1 000 habitants. C'est dans cette population en équilibre instable que les variations et les nuisances de la société contemporaine provoquent d'éventuelles recrudescences de cas pathologiques.

Depuis 1960, on constate une diminution assez régulière du nombre des malades mentaux hospitalisés. Cela tient en grande partie au fait que les malades mentaux sont traités de plus en plus précocement et activement, soit en consultation externe, soit en hôpital de jour. Ces traitements précoces permettent d'éviter dans bien des cas l'évolution vers les formes aliénantes.

Plus sûres, sans être mieux expliquées, sont nos connaissances sur les variations du nombre des malades mentaux au cours du temps. Les périodes de guerre extérieure s'accompagnent à peu près régulièrement d'une baisse spectaculaire du nombre des malades mentaux. Ce nombre augmente au contraire dans les périodes qui suivent les guerres comme dans celles de tension sociale interne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : psychiatre honoraire des hôpitaux, Paris, professeur émérite à l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  MALADIES MENTALES  » est également traité dans :

MALADIES MENTALES (NOSOGRAPHIE DES)

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 872 mots

La nosographie des maladies mentales, c'est-à-dire l'identification des signes cliniques et leur regroupement au sein d'une maladie définie, a de tout temps posé de délicats problèmes d'interprétation, eux-mêmes souvent liés aux représentations des troubles mentaux dans la société. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le besoin de disposer d'un […] Lire la suite

ALIÉNISME (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Jean GARRABÉ
  •  • 1 573 mots

Dans le chapitre « De la « manie » à l'aliénation mentale »  : […] Au début du xix e  siècle, plusieurs auteurs européens ont publié dans leurs pays respectifs, sous des régimes politiques très différents, des ouvrages posant la question de savoir quel devrait être désormais le traitement médical de la folie : en Toscane, Vincenzo Chiarugi (1759-1820), en Savoie, Joseph Daquin (1732-1815), en France, Philippe Pinel (1745-1826) et, en Angleterre, Samuel Tuke (1784 […] Lire la suite

DÉFICIENCES MENTALES

  • Écrit par 
  • Bernard GIBELLO
  •  • 3 792 mots
  •  • 1 média

Les déficiences mentales ont été reconnues médicalement depuis le début du xix e  siècle. Esquirol distinguait l'idiot, qui a toujours été pauvre en intelligence, du dément, qui a perdu tous ses moyens intellectuels (cf. démence ). Ce critère départageant processus de déperdition et pathologies originelles et chroniques a été conservé, mais d'autres catégories de déficiences sont apparues : les i […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 974 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Épigénétique et atteintes du système nerveux chez l’homme »  : […] La délétion de la région 15q11-q13 du bras long d’un chromosome 15, l’autre chromosome étant normal, provoque des maladies mentales chez l’enfant. En effet, cette région est soumise à l’empreinte parentale. Si le chromosome tronqué est d’origine maternelle, les enfants développeront un syndrome d’Angelman, un retard sévère du développement mental associé à des troubles neurologiques divers. En re […] Lire la suite

EXPERTISE PSYCHIATRIQUE CIVILE ET PÉNALE

  • Écrit par 
  • Paul BENSUSSAN
  •  • 3 732 mots

Dans le chapitre « L’expertise psychiatrique pénale »  : […] En matière pénale, l’expertise psychiatrique des auteurs présumés d’une infraction – délit ou crime – porte essentiellement sur le diagnostic d’une éventuelle pathologie mentale, permettant l’évaluation de la responsabilité pénale et de la dangerosité. S’il est admis que le malade mental criminel doit être soigné et non puni, encore faut-il, pour qu’il soit considéré comme irresponsable pénalemen […] Lire la suite

HYGIÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe HARTEMANN, 
  • Maurice MAISONNET
  •  • 9 483 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  L'hygiène du XXIe siècle »  : […] Le siècle dernier a enregistré, à partir de sa seconde moitié, des progrès considérables en termes de gain d’espérance vie. Dans le domaine des maladies infectieuses et parasitaires, les progrès des sciences médicales permettent de lutter à l'échelon mondial contre les affections qui exerçaient (et qui, dans certains pays, exercent toujours), d'importants ravages. La mise au point de nombreux vac […] Lire la suite

SUICIDE ET CONDUITES SUICIDAIRES

  • Écrit par 
  • Fabrice JOLLANT
  •  • 5 950 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Facteurs de stress »  : […] Les facteurs de stress sont principalement les événements de vie douloureux proximaux (évoqués plus haut), les épisodes de décompensation aiguë de maladie mentale et l’intoxication par l’alcool ou les drogues. La maladie mentale augmente considérablement le risque suicidaire (idées et actes). C’est le cas notamment de la dépression (dans le cadre d’un trouble dépressif ou bipolaire), de la schizo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul SIVADON, « MALADIES MENTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-mentales/